5 conseils pour obtenir un job en finance | by AlumnEye

  • AlumnEyeAlumnEye
  • Publié l’année dernière
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Linkedin

5 conseils pour obtenir un job en finance | by AlumnEye

  • AlumnEyeAlumnEye
  • Publié l’année dernière

Étape obligatoire dans la quête d’un stage, d’un Graduate program ou d’un CDI, l’entretien en finance est un exercice périlleux, demandant une préparation intense et adaptée, et varie selon les banques. Néanmoins, un certain nombre de conseils sont applicables à tous les entretiens, et sont indispensables pour décrocher une offre.

1. Savoir postuler efficacement pour décrocher un entretien

Loin d’être une formalité, obtenir un entretien en finance dans les institutions les plus prestigieuses peut relever du parcours du combattant, qui plus est pour les étudiants venant d’écoles dites « non cibles ». La première étape, décisive pour la suite, est donc de se créer un réseau qui permettra de passer l’étape du screening (revue de CV par les RH). En effet, le networking est omniprésent dans la sphère financière, et possède une place à part entière dans le processus de recrutement des banques. Bien souvent il sera demandé en entretien : « Qui connaissez-vous chez nous ? » Ainsi, en contactant des opérationnels, en se rendant aux évènements organisés par des banques, ou en prenant contact avec les anciens de son école/association, on augmente considérablement ses chances d’être rappelé. Face aux centaines de CV que reçoivent chaque année les banques, les RH accordent de l’importance aux recommandations de leurs collègues dans le choix des profils.

2. Ne pas rester passif en attendant l’entretien

Véritable course de fond, un processus de recrutement requiert un travail important en amont afin d’être performant durant le sprint final. Si des semaines, voire des mois, peuvent s’écouler entre la candidature en ligne et le moment où un candidat est rappelé par la banque, celui-ci ne doit pas attendre de manière passive. En effet, une fois rappelé, le candidat peut être invité trois jours plus tard à Londres à un Assessment Center pour un dernier round d’entretiens. Ainsi, le délai d’attente avant d’être rappelé doit permettre aux candidats d’optimiser leur préparation pour être prêt le jour J et ne pas ruiner une opportunité qu’ils auront attendu des semaines. La technique est un des points qui nécessite le plus de travail en amont. Emmagasiner les connaissances nécessaires pour avoir le niveau requis en entretien exige une réelle préparation. Les questions de fit ne doivent pas être négligées et nécessitent-elles aussi qu’on y accorde du temps.

À ce titre, il est préférable d’aborder ces processus en groupe. Que ça soit dans la création du réseau, la rédaction du CV ou des lettres de motivation : travailler en groupe créera une dynamique positive. Par ailleurs, avoir un regard neuf sur son travail permet d’éviter certaines erreurs pouvant se révéler fatales dans votre quête de stage.

3. Être particulièrement bien informé

À Londres, les processus de recrutement peuvent se révéler très complexes, et une bonne connaissance de ces derniers permettra d’adapter sa préparation. À nouveau, utiliser à bon escient son réseau pour obtenir des informations privilégiées sur les processus est fondamental ; aussi bien sur le timing (les premiers entretiens ont-ils commencé ?), sur la forme (comment se passent les entretiens de groupe ?) ou que sur le fond (quelles connaissances sont attendues ?) La meilleure source d’information sera sans conteste les opérationnels que vous aurez eu l’occasion de croiser durant les évènements de networking. Il est important de maintenir le contact, et de bien noter toutes les informations relatives à ces personnes : leur nom, le poste, le contexte de la rencontre.

4. Considérer l’entretien comme un échange

Si une grande partie de l’entretien sera concentrée sur vos expériences et votre parcours, tirez profit de cette occasion pour échanger avec l’intervieweur sur son parcours, son métier ou ses clients. L’intérêt est double : d’une part c’est l’occasion d’en apprendre plus sur le métier que vous visez, d’autre part c’est un moyen de se démarquer. En effet, les compliments demeurent un outil très puissant pour se rendre intéressant aux yeux d’un recruteur et celui-ci aura une opinion positive de vous, quand bien même il ne parle que de lui. S’intéresser à son interlocuteur est donc primordial pour enrichir un entretien.

De même, il est fondamental de préparer en amont des questions à poser en fin d’entretien. C’est ici l’occasion de convertir un bon échange en excellente interview. Ne pas poser une question pertinente à la fin donne un sentiment d’inachevé et portera préjudice à votre candidature.

5. Savoir se vendre

Si le fond est fondamental, la forme est aussi un élément déterminant des entretiens. Le choix de la tenue n’est pas anecdotique et une erreur d’appréciation sera très pénalisante pour votre prestation. Au vu de l’importance des premières minutes d’entretien, il est fondamental que vous donniez une bonne impression en ayant une tenue en accord avec votre attitude : classe et sûr de soi. Vous devez dégager un sentiment de maturité afin que le recruteur voit en vous un candidat posé et réfléchi. À la fin de l’entretien, l’intervieweur ne doit pas avoir peur de l’impression que vous pourriez donner face à un client.

Enfin, la forme du propos est un des éléments clés de l’entretien. Il est impératif de savoir quoi dire pour se vendre, et comment le dire. La méthode STAR (situation-task-action-result) est indispensable pour structurer son discours et capter l’attention de votre interlocuteur. Dans un milieu très compétitif, il est primordial de soigner son argumentaire afin de pouvoir montrer sa valeur aux yeux des recruteurs. Si on attend d’un candidat qu’il sache faire preuve de courtoisie et de respect de la hiérarchie, un excès de modestie est mal venu et le recruteur attend de vous que vous soyez sûr de vos capacités et de vos motivations.

De fait, il est important que l’intervieweur comprenne qu’il n’est pas le seul à s’intéresser à vous. Aussi bien pour le rassurer quant à son choix de vous recevoir que pour vous rendre désirable, il est primordial que le recruteur sache qu’il fait face à la concurrence pour vous attirer chez lui. Néanmoins, cet exercice requiert une certaine maîtrise et peut être à double tranchant. Dans le cas où l’on vous demande si vous êtes en processus ailleurs, il est important de garder une certaine crédibilité : dire à Goldman Sachs que l’on hésite avec Standard Chartered vous desservira plus qu’autre chose. De même, attention à ne pas paraître trop dispersé et de rester cohérent dans ce que vous visez : affirmer qu’on passe aussi des entretiens pour devenir Sales face à un recruteur en M&A remettra en cause votre réelle motivation pour ce métier.

-----

Clé de voute de l’entretien de motivation, une préparation minutieuse de cet exercice vous permettra donc de vous démarquer et de vous tirer de situations périlleuses. Avoir envisagé les questions les plus difficiles et inattendues vous fera gagner en confiance, éloignant la crainte des questions pièges, ce qui influencera considérablement votre attitude. Et in fine, vos chances de décrocher une offre.

-----

AlumnEye est le leader français de la préparation aux candidatures et entretiens en Finance, Conseil en Stratégie et Masters Spécialisés.

-----

Suivez Welcome to the Jungle sur Facebook pour recevoir chaque jour nos meilleurs articles dans votre timeline !

Photo by WTTJ @TrustBK

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Linkedin

Pour aller plus loin

Les derniers articles

Suivez-nous!

Chaque semaine dans votre boite mail, un condensé de conseils et de nouvelles entreprises qui recrutent.

Et sur nos réseaux sociaux :