« Le corps est le tombeau de l’âme ». 

Ce que disait Platon est d’autant plus vrai lors d’un entretien d’embauche où le jugement d’une personne se fait très rapidement compte tenu du temps de rencontre très court. Si vous êtes reçu en entretien c’est que vous avez tous les atouts pour le poste, mais la différence se fera principalement sur votre attitude et le fameux « feeling » qu’un recruteur peut avoir (ou non) avec vous. 

Or au-delà de votre discours, c’est votre corps qui laissera transparaitre votre vraie personnalité. En effet, une étude menée par le professeur Albert Mehrabian de l’Université de Californie prouve que le jugement d’une personne se fait à 93% par « body language » et seulement à 7% par la parole. Alors pour être sûr d’avoir la bonne attitude, découvrez cinq conseils pour réussir à bien faire parler... votre corps !

1. L’expression du visage

Dès que vous rencontrez et saluez la personne qui vous reçoit en entretien, affichez un sourire franc et amical. Cela parait évident, mais sourire ne va pas de soi pour tout le monde. Pourtant, c’est le meilleur moyen d’envoyer des ondes positives dès le départ. Bien sûr, il ne s’agit pas d’afficher un sourire plaqué pendant toute la durée de l’entretien. Cela doit rester naturel et spontané. Guillaume Duchenne de Boulogne, neurologue français du XIXe siècle, s'est en effet penché sur le langage corporel à travers les expressions faciales. Selon lui, un sourire forcé est facilement repérable au regard de la personne  car « lorsque l’on rit franchement, les joues se relèvent et les muscles orbiculaires de l’oeil se contractent ». Adoptez ainsi le "sourire de Duchenne" et souriez... avec les yeux ! 

Dans les moments où vous ne souriez pas, veillez à adopter un air décontracté afin de ne pas avoir l’air fâché ou renfrogné.

2. La poignée de mains

C'est le tout premier geste que va découvrir le recruteur de vous. Si cela vous parait anodin, détrompez-vous, la poignée de mains en dit long sur vous ! 

  • Une poignée de mains molle est synonyme de manque d’engagement, d’une forte introversion et donc une faible envie de communiquer. Pas très engageant.
  • Au contraire, serrer trop fort la main de l’autre sera perçu comme une volonté de masquer certains complexes. 

Le tout est donc de trouver le bon équilibre : une poignée de main franche mais pas écrasante. Voici les types de poignées de mains et ce qu’ils révèlent sur vous :

  • La poignée de mains en bec de canard : elle semble négligée et signifie que vous n’avez pas une haute estime pour la personne à qui vous la tendez.
  • La poignée de mains écrasante : broyer la main de quelqu’un peut être synonyme d’un manque de confiance en soi. Il peut aussi s’agir d’une façon de masquer son sentiment d’infériorité.
  • La poignée de mains agrippante : serrer la main de quelqu’un et agripper simultanément le bras de votre interlocuteur de l’autre main est oppressant et montre une volonté de le dominer ou de l’influencer. Attention !
  • La poignée de mains molle : à éviter absolument ! Elle donnera l’impression que vous n’avez pas envie de vous engager.
  • La poignée des deux mains : serrer la main de quelqu’un en réunissant ses deux mains est un signe amical, mais à éviter lors d’un entretien d’embauche.
  • La poignée de mains du bout des doigts : elle est synonyme d’un grand désintérêt.
  • La poignée de mains interminable : une poignée de mains trop longue trahira une personnalité ayant besoin d’attention au risque d’être épuisante.

Mais alors, comment bien serrer la main ? Tout est une question de position de votre paume. Si votre paume est dirigée vers le bas, vous donnerez l’impression de vouloir dominer votre interlocuteur. Si au contraire elle est dirigée vers le haut, cela signifie que vous vous laissez dominer. Pour qu’une poignée de main soit égale, il faut que votre main soit bien droite et que votre paume soit orientée vers la gauche, le tout en exerçant une pression ni trop forte ni trop faible.

De même, veillez à ce que votre main ne soit pas moite. Cela peut arriver en cas de stress, mais il est important de ne pas le faire ressentir à la personne en face de vous.

3. L’évolution dans l’espace

La façon dont vous allez avancer au sein des bureaux dans lesquels le recruteur vous reçoit compte aussi beaucoup. On ne parle pas ici de démarche mais bien d’évolution dans l’espace. Dans la majorité des cas, l’entretien d’embauche se déroule dans l’entreprise pour laquelle vous postulez. Il s’agit donc du lieu de travail de la personne qui vous reçoit. Aussi, il est donc important de respecter cela et de ne pas se sentir en terrain conquis trop rapidement. 

  • Attendez que la personne vous indique vers où aller. Elle préfèrera peut-être passer devant vous afin de vous montrer le chemin, ou bien elle vous invitera à la devancer. Mais c’est à elle d’en décider. En prenant les devants, vous risqueriez d’être perçu comme quelqu’un de trop à l’aise. 
  • De la même façon, attendez qu’elle vous indique la place à laquelle vous asseoir ainsi que son invitation à prendre place avant de vous installer.

4. La position du corps

Votre corps en dit plus sur vous que vous ne le pensez ! Une fois que vous êtes assis, veillez à bien positionner vos bras. Deux cas de figure se présentent : soit vous êtes assis devant une table de réunion ou un bureau, soit vous êtes installé dans un fauteuil. 

  • Si vous êtes face à une table, il est essentiel de placer vos bras dessus. Vos bras doivent être visibles. Si vous les cachez sous le bureau, cela donnera l’impression que vous aussi vous avez envie de vous cacher ! Positionnez vos bras sur le bureau, et si vous le souhaitez, vous pouvez croiser vos mains.
  • Si vous êtes dans un fauteuil, placez vos bras sur les accoudoirs. Ne croisez jamais vos bras, cela est le signe d’une absence d’envie de communiquer.

Dans les deux cas, ne vous affalez pas et tenez-vous bien droit !

  • Evitez également d’agiter vos jambes, vous passerez pour quelqu’un de nerveux. Vous pouvez les croiser ou bien les garder bien droites. 
  • Enfin, si vous avez tendance à vous tripoter les cheveux, vêtements ou même  bijoux quand vous êtes stressé, obligez-vous à garder vos mains sur le bureau. Elles pourront toutefois accompagner vos propos avec des gestes calmes.

5. Le regard

Avant même de vous entretenir oralement avec le recruteur, il est important de créer un contact visuel avec lui. Si vous êtes reçu par plusieurs personnes, n’en négligez pas une et regardez bien chacune d’entre elles dans les yeux, même si l’une d’elle demeure silencieuse. Le regard est avant tout une marque de considération, et ne pas regarder quelqu’un peut s’apparenter à de l’indifférence voire de l’irrespect. Regarder vos interlocuteurs dans les yeux prouve au contraire que vous êtes concentré et ouvert à la communication. Certains y voient même une preuve de fiabilité. Une personne qui fuit le regard peut ne pas inspirer confiance.

Attention toutefois à une exception : si le recruteur reçoit un appel pendant votre entretien, ne le scrutez pas pendant sa conversation téléphonique ! Regardez ailleurs (par la fenêtre, le bureau etc…) afin de ne pas l’oppresser. (Et évitez bien sûr de vous jeter vous aussi sur votre téléphone portable !)


Suivez Welcome to the Jungle sur Facebook pour recevoir chaque jour nos meilleurs articles dans votre timeline !

Photo by WTTJ @Armis

Partager sur

Newsletter

Suis-nous !