Boost #12 | 5 conseils pour réussir ses premier pas en tant que manager

  • Thomas Deruyter Thomas Deruyter
  • Publié il y a 6 jours
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Linkedin

Boost #12 | 5 conseils pour réussir ses premier pas en tant que manager

  • Thomas Deruyter Thomas Deruyter
  • Publié il y a 6 jours

Manager, c’est comme marcher, ça s’apprend.

Souvent intimidant de par les nouvelles responsabilités à assumer, ce tournant dans votre carrière est également une opportunité de développer de nouvelles compétences et d’apprendre à mieux vous connaître. Vous allez maintenant devoir gérer et motiver une équipe, faire preuve d’autorité ou encore conduire la stratégie de votre entreprise pour la première fois. Autant de nouvelles missions sur lesquelles vous ne vous sentez pas forcément prêt. Et c’est normal.

C’est pour cela que le 9 octobre 2018, Welcome to the Jungle a organisé son 12ème événement Boost autour de cette question : comment réussir ses premiers pas en tant que manager ? À l’occasion, nos deux invités nous ont donné leurs conseils pour bien démarrer vos nouvelles missions managériales :

Marie Camier est coach et fondatrice du cabinet de coaching Nouveaux Chemins ainsi que partenaire 1 heure 1 coach. Avant cela, Marie a été pendant près de 10 ans Manager chez Orange et a donc dirigé plusieurs équipes. Elle s’intéresse aux techniques de management, questionnant des sujets comme le bien être des collaborateurs ou la motivation d’équipe.

Yann Simon est co-fondateur d’une start-up parisienne spécialisée dans le bien-être éco-responsable au travail : Wildesk. Lors de la création de cette entreprise, il a été amené à piloter la stratégie de son entreprise mais aussi très rapidement à gérer une équipe.

Cinq conseils clés à retenir de cet échange :

1. Apprenez à vous connaître

Devenir manager ne fait plus forcément rêver. Le poids des objectifs, l’administratif, le stress… Tout le monde n’est pas forcément prêt à assumer tout cela. Dès lors, la première étape lorsqu’on a l’opportunité d’assumer un poste de manager est de se poser la question : « Est-ce que je veux devenir manager ? » et si oui, « pourquoi ? »

Selon Marie Camier « certaines personnes ont une véritable appétence pour le sujet. Ils vont développer cette curiosité pour la matière managériale et s’instruire sur les méthodes et les techniques à adopter. » Des intérêts pour la gestion d’équipe, la stratégie d’entreprise ou bien le pilotage de projets sont des marqueurs quant à votre capacité à manager. En revanche, si vous voulez devenir manager "car il en faut bien un" ou parce qu’à la clé il y a un gain de salaire, vos raisons de prendre le poste sont probablement mauvaises. Prenez le temps et faites un bilan de vos valeurs et de vos motivations, vous trouverez votre réponse.

Si après cette période de réflexion, vous vous sentez prêt à prendre ces responsabilités, sachez qu’il reste encore un long chemin d’introspection afin de définir votre style de management. « Il y a autant de styles de management qu’il y a de managers. L’idéal est de développer son style de confort, c’est-à-dire basé sur la connaissance de soi. C’est quand on est aligné avec soi-même et ses valeurs qu’on trouve l’énergie de manager » explique Marie.

Évitez donc de donner une fausse image de vous car cela marche rarement et risque de vous épuiser. Restez naturel et essayez d’adapter votre management à vos collaborateurs. « Trouvez le style où vous êtes dans votre bonne énergie, cela vous permettra de tendre la main aux collaborateurs qui vous "correspondent" moins » conseille Marie. Yann Simon explicite cette recommandation en racontant comment il joue sur sa personnalité pour conduire ses missions chez Wildesk : « Avec mon associé, Alexis, on connait nos limites et on s’appuie sur nos traits de caractères. Par exemple Alexis est quelqu’un d'assez tourné vers la culture du résultat et donc souvent il gère plutôt les Sales et il les drive dans le sens de la performance. Moi j’ai plutôt la casquette relationnel, je fais le lien entre les équipes opérationnelles et logistiques. Il faut se connaître soi-même et jouer sur ses points forts. »

« Il y a autant de style de management qu’il y a de managers. L’idéal est de développer son style de confort basé sur la connaissance de soi. C’est quand on est aligné avec soi-même et ses valeurs qu’on trouve l’énergie de manager » - Marie Camier, Coach en management et fondatrice de Nouveaux Chemins.

2. Organisez-vous

Selon votre poste et la culture d’entreprise, il se peut que vous ayez beaucoup de travail opérationnel. Mais au-delà de la réalisation de certains projets, vous devez dorénavant trouver le temps pour réfléchir à la stratégie ou la direction à prendre. Trouver l’équilibre entre vos missions opérationnelles et stratégiques n’est pas chose aisée. Marie explique qu’il faut rapidement clarifier son périmètre d’action car « il y a la tentation de faire avancer ses projets en propres, et pourtant si on n’avance pas sur certains points managériaux, comme l’allocation des ressources (humaines, matérielles, financières), on peut bloquer plusieurs personnes. »

L’organisation de votre travail est donc primordial. Réfléchissez bien aux projets que vous pouvez assumer en fonction des exigences managériales auxquelles vous devez répondre. Privilégiez les projets qui peuvent être suspendus en cas de problème et réservez-vous du temps pour remplir votre rôle de manager.

Cette limite entre anciennes et nouvelles missions pose un autre problème de taille. Si vous aviez l’habitude dans vos précédents postes de vous référer à un supérieur en cas de doute ou de problème, vous n’avez dorénavant plus cette option. « On a plus la même escalade sur les projets, l’escalade étant d’aller trouver un arbitrage au-dessus de vous. En tant que manager, on est vite juge et partie, sans personnes au-dessus capable de "decision making" » explique Marie. Donc même s’il est très tentant de prendre le projet phare car vous êtes le manager, il est sûrement plus sage de vous contenter d’un plus petit projet qui vous permettra d’être plus présent en soutien de votre équipe.


3. Construisez une relation de confiance

Vous êtes maintenant dans une nouvelle équipe qui ne vous connaît pas forcément ? L’un de vos premiers challenges sera donc de faire rapidement vos preuves afin de commencer à construire un lien de confiance avec votre équipe, nécessaire au bon déroulement de votre collaboration. Pour arriver à créer cette relation de confiance, Yann Simon préconise de se mettre au service de son équipe : « Il faut se positionner en tant que "problem solver" pour eux. Il faut toujours être à leur service, faire en sorte que la machine soit bien huilée et que ça fonctionne bien. S’il y a des outils sur lesquels ils ont besoin d’être appuyés, il faut leur donner des conseils. Ils doivent se dire qu’on est là pour les soulager et qu’on est tous ensemble. » Essayez donc, dans un premier temps d’identifier et de comprendre les besoins de l’équipe, vous serez d’autant plus efficace dans le soutien que vous pouvez leur apporter. Marie, quant-à-elle, indique que la confiance se gagne également par la prévisibilité : « Gagner la confiance de son équipe c’est quelque chose qui se construit beaucoup par la prévisibilité. Si j’ai dit que j’allais faire quelque chose, je le fais. Il faut établir un cadre de fonctionnement, le respecter et le faire respecter dans les temps, comme ça tout le monde sait à quoi s’attendre. » Montrez l’exemple en honorant vos promesses et en montrant que l’on peut compter sur vous et votre parole. Cela rassurera vos collaborateurs (parfois inquiets de l’arrivée d’un nouveau manager) et vous aidera à poser les fondations d’une relation de confiance.

Marie ajoute qu’il faut également se positionner en tant que leader qui sait protéger son équipe et prendre ses responsabilités de manager : « S’il y a une difficulté qui émerge, il faut prendre le téléphone, appeler le client ou le fournisseur et prendre ses responsabilités. Il faut se présenter comme quelqu’un qui résout les problèmes sans pointer du doigt et sans attiser la culpabilité. »

« Il faut se positionner en tant que "problem solver" pour eux. Il faut toujours être à leur service, faire en sorte que la machine soit bien huilée et que ça fonctionne bien. Ils doivent se dire qu’on est là pour les soulager. » - Yann Simon, co-fondateur de Wildesk.

4. Développez une culture du feedback

Les feedbacks sont l’opportunité pour un manager d’inviter au changement ou bien, au contraire, de renforcer les bonnes pratiques au sein de l’équipe. Mais cet exercice peut être intimidant pour les nouveaux managers. Comment structurer ses retours ? Comment donner un feedback constructif sans être blessant ?

Selon Yann, la réponse est simple, il faut « toujours mettre du positif. Un bon feedback met quelqu’un dans le bon état d’esprit et dans tous les cas, il y a toujours du positif à trouver. » Il ajoute qu’un feedback se doit également d’être concis et organisé afin de ne pas assommer votre collègue sous une avalanche de retours désorganisés et donc incompréhensibles.

Avant de faire le point, prenez donc le temps de définir l’objectif du feedback, de le structurer et essayez d’être le plus précis possible sur les points d’amélioration : « Un feedback sur quelque chose qui marche moins bien a pour objectif que ça fonctionne mieux. Il faut donc commencer par des faits précis, on doit savoir de quoi on parle. Ensuite il faut présenter l’impact qu’il a eu. Soit les actions ont permis de gagner un client, par exemple, et dans ce cas il faut dire "merci", soit l’effet n’était pas au rendez-vous et il faut alors trouver ce qu’on peut mieux faire la prochaine fois. Dans tous les cas, ces moments de retours n’ont pas pour but de trouver un coupable mais de faire évoluer le collaborateur » explique Marie.

« Il faut toujours mettre du positif. Un bon feedback met quelqu’un dans le bon état d’esprit et dans tous les cas, il y a toujours du positif à trouver. » - Yann Simon, co-fondateur de Wildesk.

5. Faites grandir votre équipe

Manager c’est aussi faire évoluer votre équipe et être à l’écoute des besoins de développement professionnel de vos collaborateurs. Il faut comprendre leurs plans de carrière et leurs envies d’évolution. Pour cela, il faut d’abord instaurer un dialogue avec vos collègues et cultiver la transparence :

« Le point de départ est d’avoir une discussion avec les personnes concernées sur ce qui les motivent, ce qu’elles souhaitent faire, les compétences qu’elles veulent développer, etc. Le mieux est d’arriver à mettre ça en parallèle avec les besoins qu’on a dans l’équipe. » indique Marie. Maintenant que vous gérez l’attribution des missions, il est de votre ressort d’aider vos collaborateurs à s’épanouir : « Il faut soutenir la personne, lui dire "si tu veux évoluer vers telle chose, et bien, par rapport à ton métier d'aujourd'hui, je peux te confier telle mission (ou te permettre de réaliser telle formation) qui pourra t’aider à développer tes compétences". Ça se construit vraiment avec chaque collaborateur » explique Marie. En clair, essayez de faire le lien entre les besoins de chacun et les objectifs de l’équipe, tout le monde y gagnera : les missions seront remplies et les collaborateurs épanouis.

« Il faut soutenir la personne, lui dire "si tu veux évoluer vers telle chose, et bien, par rapport à ton métier d'aujourd'hui, je peux te confier telle mission". » - Marie Camier.

Si vous devez vous montrer accessible et à l’écoute pour assurer l’évolution et la cohésion de l’équipe, il faut aussi apprendre à vous faire respecter. Concrètement, cela veut aussi dire mettre des barrières et rester professionnel lors des moments plus informels. Vous êtes maintenant dans un poste à responsabilités et "copiner" n’est pas forcément dans l’intérêt du groupe. « Je m'interdis quand même pas mal de choses… Je ne me positionne pas sur certains sujets et je ne rentre pas dans les détails de ma vie, je ne suis pas aussi "friendly" que dans ma vie de tous les jours. Je crée une petite cloison pour ne pas donner à mes collègues du grain à moudre sur des sujets où j’ai aussi besoin d’avoir mon petit cocon. Je me protège en tant que manager mais c’est également sain pour l’équipe et la structure hiérarchique » nous confie Yann.

Vous l’aurez compris, être à l’aise dans votre nouvelle position de manager se fera avec le temps et surtout avec votre équipe. N’ayez pas peur, apprenez à vous connaître et à connaître vos collaborateurs. Vous pourrez alors donner une vision et une direction claire, ce qui permettra de rassurer et de mettre tout le monde en confiance.

Vidéo

Si vous souhaitez voir ou revoir la conférence dans son intégralité, c'est juste ici !

Suivez Welcome to the Jungle sur Facebook et abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir chaque jour nos meilleurs articles !

Photo by WTTJ

Envie de rejoindre Wildesk ?

Pour aller plus loin

Les derniers articles

Suivez-nous!

Chaque semaine dans votre boite mail, un condensé de conseils et de nouvelles entreprises qui recrutent.

Et sur nos réseaux sociaux :