En 2016, moins de 2% des postulants chez JP Morgan ont obtenu un poste. Ce ratio n’est pas aussi élevé dans toutes les banques mais les places sont chères. Qui plus est, les professionnels cherchant un stagiaire/junior/collaborateur en finance n’aiment pas y consacrer beaucoup de temps ! Le recrutement s’ajoute à leur charge de travail qui peut être déjà conséquente et ils essaieront de minimiser le nombre d’entretiens pour au final ne passer qu’à peu près deux minutes par CV, qui auront déjà été au préalable filtrés par les Ressources Humaines. Le CV, votre seule arme face aux autres candidats, doit donc absolument être impeccable !

1. Optez pour un format transparent

Une chronologie claire

Les expériences professionnelles et diplômes seront le nerf de la guerre de votre CV. Ils doivent donc être lisibles, l’ensemble des dates du CV étant organisées en une seule colonne claire. Le recruteur doit ainsi pouvoir cerner d’un seul coup d’œil votre progression. Inutile donc d’essayer de brouiller les pistes : un CV peu clair ne sera pas pris en compte quoi qu’il arrive. Certains recruteurs en M&A vont jusqu’à juger la qualité d’un candidat par sa capacité à rédiger un CV de qualité ! A bon entendeur…

Sectionner son CV

Il convient de séparer les sections éducation, expériences, langues, et hobby de manière claire. A vous de voir ce que vous voulez mettre en premier : si vos expériences professionnelles sont en rapport avec l’offre à laquelle vous souhaitez postuler, n’hésitez pas à les mettre en premier. Sinon, autant mettre le diplôme, car une expérience professionnelle hors sujet en en-tête pourrait vous handicaper dès le début.

Eviter de faire trop de volume

Inutile d’élaborer sur vos responsabilités en stage marketing ou en mission humanitaire, une seule ligne suffit. Même pour un stage en rapport avec le poste, tenez-vous en à l’essentiel, le recruteur n’a peut-être pas une connaissance approfondie de votre précédente activité, et trop de détails ne l’inciteront pas à aller jusqu’au bout. En règle générale pour un jeune diplômé ou un étudiant, tout doit tenir sur une page. Un CV synthétique se lira plus vite et se comprendra mieux.

Des niveaux de langue précis

Pour le niveau de langue, évitez les mots du type « conversationnel » ou « intermédiaire ». Mettez plutôt des niveaux de langue reconnus, par exemple vos résultats au TOEIC/TOEFL. Sinon, si la langue s’avère importante vous risquez de vous faire piéger en entretien. Autrement cela ne vous apportera rien.

2. Sachez où vous postulez

La finance est un secteur très vaste, et votre CV doit non seulement être adapté à ce milieu mais à la branche au sein de laquelle vous candidatez. Posez-vous la question : Inspection Générale ? Trading ? M&A ou Private Equity ? Risk ? Coverage ? Rassurez-vous, il est possible de postuler dans plusieurs branches, mais mieux vaut savoir ce qui est recherché.

  • En M&A, la comptabilité est reine. Par conséquent, tout diplôme ou cours y touchant doit être mis en valeur. En termes d’expérience, hormis une précédente expérience en M&A ou private equity, les recruteurs sont friands de profils ayant fait de l’audit pour de grands cabinets. Une telle expérience est à mettre en premier rang pour ceux qui l’ont ! De même, les adeptes de droit auront un avantage par rapport aux autres, l’aspect juridique étant crucial dans le secteur du M&A. Un diplôme en la matière, quel qu’en soit le niveau, est à mettre en gras.
  • En Trading, les mathématiques sont reines. De plus en plus les profils ayant une double compétence commerce/ingénieur sont recherchés. Par conséquent, toute formation matheuse doit être mise en avant ! Sinon, les compétences informatiques les plus recherchées sont Excel VBA et Mathlab, mais attention à ne pas donner de fausses informations : un cours d’introduction à Excel ou à VBA ne suffit pas pour vous rendre compétent en la matière, même si cela vaut mieux que rien.
  • En Risque de Marché, toute expérience en front office, particulièrement en trading mais aussi dans une moindre mesure en sales, permettra de comprendre les opérations et sera donc valorisée. Mais sinon, la règle est globalement la même qu’ailleurs : maîtriser les outils informatiques, et maitriser les mathématiques. Les certifications de type CFA ou autre auront une grosse valeur ajoutée, pour ceux qui auront eu la patience de les valider.
  • En Risque de Contrepartie, les compétences en finance d’entreprise seront clés. L’audit est beaucoup apprécié, mais le contrôle de gestion peut aussi beaucoup servir : le risque de contrepartie est segmenté par type de contrepartie. Une expérience en contrôle de gestion dans une contrepartie du type pour lequel vous postulez pourrait donc être un atout majeur !
  • En Model Management, les compétences informatiques sont clés. Les outils comme VBA et Mathlab sont indispensables. Sinon, un diplôme qui sous-entend un bon niveau en mathématiques sera apprécié.

En règle générale, les recruteurs apprécieront que vous ayez de l’expérience dans la même branche ou dans une branche qui utilise des compétences proches. Mettez-le en avant ! A défaut, les entreprises optent souvent pour une mentalité de branding, à savoir qu’elles seront toujours rassurées de voir le nom d’une entreprise connue et prestigieuse sur le CV, même si elle n’a pas de rapport. Si c’est votre cas, mettez-là, sans pour autant détailler plus que nécessaire. Les outils informatiques que sont Excel ou VBA sont aussi indispensables aujourd’hui, et toute expérience qui prouvera que vous avez un certain niveau en la matière doit être mis en avant.

3. Valorisez vos diplômes

Listez-les clairement 

Vos formations doivent être ordonnées chronologiquement. Rappelez-vous que le recruteur ne regardera que le nom de votre établissement et l’intitulé de votre diplôme dans la plupart des cas. S’il ne les comprend pas, il ne vous prendra pas.

Soulignez l’excellence

Particulièrement pour ceux qui n’ont pas énormément d’expérience, mettez en avant toute mention d’excellence (mention au baccalauréat, bon classement, etc…), ainsi que votre maîtrise des langues étrangères. En clair, tout ce  qui serait susceptible de montrer que vous sortez du lot.

Expliquez-les sommairement

Inutile de lister tous vos cours, le recruteur s’y perdra. A la place, résumez la discipline de base et votre éventuelle spécialisation (ou projet de spécialisation). Si vous avez rédigé un document important de type mémoire ou projet de recherche sur un sujet en lien avec le poste (même incomplet), n’hésitez pas à inclure l’intitulé ! Cela montrera que vous avez un réel intérêt en la matière. Attendez-vous par contre à ce que l’on vous en parle en entretien…

4. Mettez en avant votre maîtrise des langues étrangères

L’anglais est aujourd’hui un must. Par conséquent, il est impératif d’expliquer de manière claire et lisible quel est votre niveau. Tests de niveau de langue de type TOEIC, TOEFL, mais aussi expérience dans des pays anglo-saxons doivent être précisés, et si vous avez suivi des cours en anglais, n’hésitez pas à le faire savoir ! Mais ne vous attendez pas à ce que l’anglais soit un atout de grande valeur : aujourd’hui de plus en plus de candidats le parlent correctement, et il a tendance à devenir non pas un atout mais un pré-requis.

Les autres langues parlées peuvent avoir une importance cependant : l’allemand chez Deutsche Bank et les banques suisses ou le japonais chez Nomura peuvent vous faire sortir du lot, même si vous n’avez qu’une maîtrise imparfaite de la langue : cela montre que vous vous adapterez plus facilement à la culture de l’entreprise. Les banques ont de nombreuses implantations à l’étranger et de nombreux collaborateurs à travers le monde, et un candidat qui maîtrise plusieurs langues rassure. Comme toujours cependant, évitez les indications vagues. Si vous avez le temps de prévoir à l’avance, pourquoi ne pas en profiter pour passer un test de niveau de langue ?

5. Montrez qui vous êtes

Les recruteurs aiment les personnes qualifiées et intelligentes, mais ils choisissent avant tout quelqu’un avec qui ils vont devoir travailler quotidiennement. Avoir un petit encart dans lequel vous mentionnez vos passions, activités sportives ou associatives vous donnera un visage plus humain et rassurera votre employeur. Ne pas le faire, à contrario, pourrait vous pénaliser. Attention à ne pas prendre trop de place cependant !


Pour récapituler…

  • Un CV lisible en une traite
  • Qui résume vos études avec clarté
  • Avec les expériences pertinentes pour votre employeur cible mises en avant
  • Qui inclut vos qualités personnelles et culturelles
  • Et avec vos compétences linguistiques et informatiques expliquées clairement

Suivez Welcome to the Jungle sur Facebook pour recevoir chaque jour nos meilleurs articles dans votre timeline !

Photo by WTTJ@VO2 Group

Les derniers articles

À lire ensuite

Arrow right white
Arrow left white

Newsletter

Suis-nous !