Coopter ses nouveaux collègues : risques et opportunités

  •  Ingrid Dupichot Ingrid Dupichot
  • Publié il y a 5 mois
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Linkedin

Coopter ses nouveaux collègues : risques et opportunités

  •  Ingrid Dupichot Ingrid Dupichot
  • Publié il y a 5 mois

Avez-vous entendu parler du terme « cooptation » ou « parrainage » au sein de l’entreprise ? Plus évocateur sous l’appellation "recrutement participatif" ce mode de recrutement alternatif, où employeur et employé mettent la main à la patte pour dégoter la perle rare, ne cesse de faire parler de lui. 

En effet, l’attraction des meilleurs talents est aujourd’hui devenue un élément central de la stratégie des entreprises, représentant un considérable investissement financier et temporel. Côté candidat, cette façon de rejoindre une tribu, en contournant le processus classique de la course aux offres d’emploi officielles, paraît très séduisante. Qu’est-ce qui motive un collaborateur déjà en place au sein de la tribu à participer à ce processus traditionnellement exclusivement réservé aux RH ? Pourquoi les entreprises apprécient-elles ce mode de recrutement ? 

Welcome to the Jungle décortique pour vous le recrutement par cooptation, vous expose ses avantages et inconvénients et vous conseille pour, à votre tour, bien recommander quelqu’un de votre réseau.

La cooptation, qu’est-ce que c’est ?

Selon l’APEC (Association Pour l’Emploi des Cadres), en France, 36% des entreprises utilisent la cooptation pour leurs recrutements de cadres. Et 7% des postes cadres, sont finalement pourvus par le biais de la cooptation des salariés. Ce pourcentage est encore plus élevé dans les secteurs de l’informatique (15%) et l’hôtellerie-restauration-loisirs (14%). Elle s’est véritablement développée au début des années 2000 avant de connaître une forte accélération en France en 2012.

La cooptation permet à un salarié de recommander un membre de son réseau à son employeur pour pourvoir une offre d’emploi. C’est avant tout une affaire de personnalisation et de recommandation. Un moyen de recruter plus efficacement des profils ciblés et qualifiés via une large diffusion des offres d’emploi par les salariés de l’entreprise au sein de leur propre réseau professionnel.

Selon l’APEC, en France, 36% des entreprises utilisent la cooptation pour leurs recrutements de cadres, 7% sont finalement pourvus par ce biais. 

Particulièrement adapté aux grandes et moyennes entreprises, le recrutement par cooptation promeut un objectif simple : mettre la confiance au cœur de toute relation. Initialement utilisée pour recruter des profils expérimentés, cette pratique s’est désormais démocratisée auprès de tous types de profils.

La cooptation connaît un vif succès car elle est en phase avec l’essor du digital qui a modifié les comportements des employeurs comme celui des candidats et des employés. En effet, le développement des réseaux sociaux (LinkedIn, Viadeo, Facebook …) permet aux collaborateurs de communiquer autour des bonnes pratiques et idées personnelles comme professionnelles, ainsi que de partager, transmettre et repérer les profils qui pourraient correspondre au besoin de l’entreprise.

Les avantages et les inconvénients de la cooptation

Côté entreprise

Les avantages

  • Un recrutement qualitatif. Les candidats cooptés, recommandés par les collaborateurs, ont plus de chances d’être de qualité et de correspondre aux exigences du poste, et d’être engagés. En effet la nouvelle recrue fait partie du réseau d’un collaborateur qui a déjà fait ses preuves, or ce dernier engage sa crédibilité en présentant un candidat à coopter. Plus encore, le cooptant sera à même de cerner et de comprendre les besoins de l’entreprise, et surtout de partager ses valeurs avec le coopté. Ce mode de recrutement alternatif permet notamment de trouver des profils pour les postes où les candidats sont rares, et le plus souvent assez similaires à celui des employés déjà en place.
  • Le recrutement est moins coûteux et plus rapide. Il y a plus de chance pour que la personne cooptée accepte une offre d’embauche car le candidat a déjà présenté l’entreprise et le poste. Le tri de centaines de CV et de lettres de motivation peut être écarté et le temps minimisé dans le traitement des candidatures et moins de sessions d’entretiens seront nécessaires.
La cooptation permet notamment de trouver des profils pour les postes où les candidats sont rares, et le plus souvent assez similaires à celui des employés déjà en place.
  • Ce mode de recrutement développe la culture d’entreprise et renforce le sentiment d’appartenance. Collaborateurs de l’entreprise deviennent de véritables ambassadeurs.
  • Séduire les jeunes candidats est facilité. Dans une entreprise qui recrute beaucoup de jeunes diplômés, la cooptation permet de solliciter une population pour qui faire appel à son réseau est devenu un réflexe. En effet, avec l'émergence des réseaux sociaux et la circulation de l’information décomplexée, les nouvelles générations ont intégré que toute rencontre est une opportunité professionnelle qui s’ignore.
  • Le turnover est moins important pour les salariés cooptés. Le cooptant a pu transmettre en amont plus d’informations sur l’entreprise. Décrire concrètement son expérience au sein de l’entreprise, les conditions de travail, l’ambiance, la culture, les perspectives d’évolution … Le coopté peut plus facilement savoir à quoi s’attendre, et aura donc moins de chances de se tromper de boite.

Les inconvénients

Trop de cooptation au sein d’une même tribu peut vite entraîner un manque de diversité des profils. Favoriser l’entre soi c’est se priver des profils atypiques nécessaires à la vitalité et à la créativité de l’entreprise. Ce qui peut rapidement baisser le potentiel de performance de l’entreprise. Pour ces raisons il est préférable que la cooptation reste ponctuelle.

Trop de cooptation au sein d’une même tribu peut vite entraîner un manque de diversité des profils. 

Côté cooptant

Les avantages

  • Un apport financier. Le cooptant améliore souvent son revenu. Une prime de cooptation est alors versée au collaborateur qui recommande un candidat recruté. Elle peut aller de quelques centaines d’euros à quelques milliers en fonction de l’entreprise et du poste concerné. Cette prime est généralement versée à la fin de la période d’essai, lorsque le candidat recommandé est définitivement embauché.
  • Ou des avantages en nature. Certaines entreprises préfèrent offrir des avantages en nature (bons voyages, bons cadeaux …) au cooptant.
  • Le nombre de cooptations n’est pas souvent plafonné. Un collaborateur avec un bon réseau peut facilement coopter de nombreux profils.
  • La cooptation représente un nouveau challenge à relever. Surtout pour un nouveau collaborateur. Placé au cœur du dispositif, de dernier se sentira valorisé et verra que son avis compte pour l’entreprise.
  • Une manière supplémentaire de penser son réseau et les liens entre les collaborateurs qui témoigne d’un état d’esprit collaboratif. Coopté et cooptant intègrent une communauté à part entière.
La cooptation représente un nouveau challenge à relever. Placé au cœur du dispositif, de dernier se sentira valorisé.

Les inconvénients

Il n’y a pas de réel inconvénient pour un collaborateur à coopter quelqu’un, la prise de risque est minime, sous réserve de correctement sélectionner le coopté.

Côté coopté

Que des avantages

  • Le coopté quant à lui a accès au marché caché des offres d’emplois. Et c’est surtout un mode de recrutement qui le valorise car il se sent unique et choisi parmi de nombreux profils.
  • Il rejoint une tribu où il est intégré par une personne de confiance. En plus d’être rassuré, il voudra surement faire ses preuves pour ne pas perdre la confiance de la personne qui l’a coopté. 

Bien recommander quelqu’un de son réseau

Comment être sûr de sa recommandation ?

Si aucun cooptant n’est évidemment à l’abri d’une erreur de casting, il est nécessaire de se rappeler qu’il ne faut pas confondre cooptation et piston ou un autre bon moyen d’avoir des copains dans la même boîte. Le collaborateur coopté sera in fine considéré comme n’importe quel collaborateur. Le cooptant engage sa crédibilité. Il est donc primordial de présenter un candidat compétent, en qui on a confiance et qui "fit" avec les valeurs de l’entreprise.

Évitez donc de recommander par cooptation l’arrière neveu du grand oncle qui vivait outre-manche et qu’on n’a jamais rencontré, ou le fils (que vous ne sentez pas du tout) du business angel qui a investi dans la boîte de votre frère pour le remercier.

Il est primordial de recommander un candidat compétent, en qui on a confiance et qui "fit" avec les valeurs de l’entreprise.

Qui coopter ?

Un ex collègue, un ami, une relation… Au-delà de coopter des connaissances, la démarche de cooptation est de plus en plus généralisée. Certains cooptants recommandent des personnes qu’ils n’ont pas rencontrées, avec qui ils ont seulement échangé sur les réseaux sociaux. Aussi fleurissent de nombreux posts annonçant une recherche de candidat et permettant d’échanger via message privé si la personne est intéressée. Cette pratique apparaît souvent plus engageante, plus simple et plus accessible pour le potentiel candidat qu’une offre d’embauche classique.

Au-delà de coopter des connaissances, la démarche de cooptation est de plus en plus généralisée. Certains cooptants recommandent des personnes qu’ils n’ont pas rencontrées.

Éviter le lien hiérarchique direct pour le confort des deux, ainsi que de leurs collègues. Les risques ?

  • créer un certain malaise si le coopté se sent éternellement redevable ou si le cooptant se sent éternellement responsable des erreurs du coopté,
  • laisser la possibilité de créer des groupes, des relations privilégiées au sein de la société, desquelles les autres employés se sentiraient exclus.

Pour aller plus loin :

Le succès de cette pratique est tel qu’aujourd’hui des personnes externes à l’entreprise peuvent être amenées à proposer des profils contre rémunération. Comment ? Via des plateformes intermédiaires dédiées au recrutement participatif comme Myjob.Company, Keycoopt, RolePoint, Cooptime, PathMotion… Ces dernières mettent à disposition des cooptants extérieurs aux entreprises contre une rémunération.


Suivez Welcome to the Jungle sur Facebook pour recevoir tous nos meilleurs articles dans votre timeline !

Photo by WTTJ

Pour aller plus loin

Les derniers articles

Suivez-nous!

Chaque semaine dans votre boite mail, un condensé de conseils et de nouvelles entreprises qui recrutent.

Et sur nos réseaux sociaux :