Les visages derrière La Gueule de l’emploi

  • ClémenceClémence
  • Publié il y a 6 mois
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Linkedin

Les visages derrière La Gueule de l’emploi

  • ClémenceClémence
  • Publié il y a 6 mois

La Gueule de l’emploi, c’est notre nouvelle série de portraits inspirants, à la rencontre de parcours professionnels atypiques et audacieux. Un projet Welcome to the Jungle orchestré par Louise Monlaü et Julien Demond. Derrière la cam' et l’écran, depuis près d’un an, le duo de frangin(e)s mène le projet en mode carte blanche. Rencontre avec des travailleurs passionnés, eux-mêmes en quête de sens.

D'où vous est venue l'idée de cette nouvelle série, La Gueule de l'emploi ?

Julien : Pour comprendre la genèse, je pense qu’il faut revenir un peu en arrière. Avec Louise on est arrivés début 2017 chez Welcome to the Jungle pour développer de nouveaux contenus vidéos. Du coup, on cherchait comment traiter l’emploi, un sujet pas forcément très sexy, de la meilleure manière possible et avec notre patte à nous. C’est Louise, avec sa sensibilité très tournée vers l’humain et le social, qui a commencé à chercher des sujets dans ce sens là.

Louise : L’idée c’était d’affirmer notre vision à 360° de l’emploi, de parler de ceux que l’on voit peu mais qui portent pourtant des histoires fortes. Un jour, je suis tombée sur un article qui parlait de Simplon, une école qui forme gratuitement au numérique des personnes éloignées de l’emploi...

Julien : Au début, on voulait réaliser un sujet sur l’école en elle-même, mais en allant sur place on est tombé sur Ahmad, un réfugié Afghan au parcours admirable. Avec cette rencontre ça a été évident pour Louise et moi : il fallait faire le film sur lui. Parce qu’en fait, au-delà du sujet, ce qui marche c’est d’avoir un personnage, une histoire à raconter. En sortant de Simplon, on savait que c’était en réalisant des portraits hyper forts qu’on voulait développer notre mini-série documentaire ! D’ailleurs, le titre “La Gueule de l’emploi” s’est imposé à nous quelques minutes plus tard, quand on était sur le scooter arrêtés à un feu rouge !


Le titre est fort... Qu'est-ce que vous vouliez dire avec ça ?

Julien : Dans ce titre, il y a tout ce qu’on voulait dire avec cette série. C’est le contre-point de tout ce qu’on nous fait croire, sur le fait que suivant d’où on vient ou le chemin qu’on prend on est forcément destiné à tel ou tel taff. Nos héros, à commencer par Ahmad, ont justement tout sauf la gueule et l’histoire qui correspondent à leur emploi ! Et des gens comme ça, il y en a plein en France !

Louise : C’est aussi pour cela qu’un an s’est déroulé entre le début de notre travail et le lancement officiel : on voulait proposer une galerie de portraits, pas juste un portrait seul. Chaque “gueule” met en valeurs les autres, leur donne de la puissance par le collectif. Et le lien entre tous ces personnages est clair. Tout d’abord, un ton hyper positif et inspirant, avec une vraie force tirée de ce qu’on aurait pu prendre pour des faiblesses. Deuxièmement, des gens qui ont fait un pas de côté par rapport à un parcours classique. Enfin, hyper important : la volonté, à travers son métier, non seulement de se réaliser soi mais aussi de changer les choses, d’être tourné vers les autres. (lire ci-dessous les résumés des épisodes)


Et vous avez eu carte blanche dès le départ ?

Louise : Tout à fait ! Parce que la création de nouveaux formats étaient alors une priorité pour Welcome to the Jungle. Bertrand, le cofondateur et directeur créatif avait été clair : à côté des vidéos pour les profils des entreprises, il attendait surtout de nous que l’on développe la partie média. Alors, quand on a présenté Ahmad et notre idée de série documentaire au printemps 2017, lui et Jérémy (l’autre cofondateur, ndlr) ont immédiatement dit “go !”.

Julien : Chez Welcome to the Jungle, on est en train de se définir en tant que média et on a eu la chance d’arriver à ce moment-là. Surtout, comme on a tout le matériel de production nécessaire en interne et toute la latitude pour lancer des pilotes, on a une liberté incroyable ! C’est quelque chose d’énorme, que l’on ne retrouve dans aucune boîte de prod'.


Comment vous êtes-vous répartis les tâches ?

Louise : Pour schématiser, il y a trois parties dans un film : la préparation, le tournage et le montage. Avec Julien, on s’est vraiment réparti ça de manière hyper naturelle : moi je gère en amont en cherchant le personnage et en réfléchissant à l’univers visuel qui lui correspond, lui s’occupe de monter à la fin, et pour le tournage on fait vraiment ça ensemble.

Julien : Sur le tournage, moi je suis là pour la partie technique et pour “sécuriser” le montage. Avec 15 ans d’expérience, je sais ce dont on a obligatoirement besoin comme image pour pouvoir monter par la suite avec de bons raccords ! Mais Louise, c’est vraiment elle la tête pensante du film et la vision artistique sur le tournage. Toutes les plus belles images, c’est elle qui les a imaginées et tournées ! D’ailleurs, toujours dans la lignée de ce que nous permet Welcome to the Jungle, on avait aucune obligation de format. On a donc pris une liberté artistique monumentale : des bandes noires (au format “scope”) comme au cinéma, un univers hyper fort et évocateur pour chaque personnage… Et aussi - j’en suis plutôt fier ! - une bande-son dont j’ai composé 90% des musiques !

Louise : On a vraiment essayé de faire un format docu un peu hybride, dans lequel on transmettait notre vision.

Julien : Et ce qui est magique dans cette vision commune, c’est que niveau photos comme musiques, on est toujours en accord Louise et moi.


C'est le moment de dire que vous êtes frère et soeur... C'est parce que vous vous connaissez par coeur que c'est si naturel dans le boulot ?

Julien : (Silence) Je ne pense pas. Avant d’être ma soeur, Louise est surtout quelqu’un que j’admire énormément et dont j’aime l’intellect et la sensibilité. C’est parce qu’on a la chance de bien s’entendre que l’on bosse bien ensemble !

Louise : Je rejoins Julien sur l’idée, car c’est très réciproque ! Après, moi ça m’a aidé qu’il soit mon frère car j’ai pu me sentir complètement libre, dire les choses clairement et ne pas avoir peur du jugement ! Je n’ai pas peur que Julien me dise « ce n’est pas bien » ! S’il le fait, je sais que c’est pour la bonne raison et je lui fais confiance.

Louise Monlaü et Julien Demond

Vous avez mis beaucoup de vous dans ce projet, ce qui n'est pas donné à tout le monde en entreprise. Comment cette réalisation si personnelle s'est-elle inscrite dans le projet Welcome to the Jungle et auprès de vos collègues ?

Louise : Cette question m’a beaucoup travaillée ! Parfois, j’avais peur qu’on ait développé juste un truc à deux avec Julien, que les autres voient ça d’un oeil un peu lointain… Mais en fait c’était une crainte non fondée : on a toujours été très soutenus et je pense que toute l’équipe avait envie de parler davantage de quête de sens avec Welcome to the Jungle ! L’idée d’organiser un événement sur cette quête, en présence des personnalités de la série, nous a d’ailleurs beaucoup touchés.

Julien : Ce qui est important c’est qu’on a jamais perdu le lien avec les autres ! On a continué à travailler sur tous les autres projets à la prod', on a inclut d’autres collègues sur les tournages de la Gueule de l’emploi... Surtout, on est dans une boîte où on est tous les uns à côté des autres, on s’entend tous très bien et il y a une vraie transparence de l’information. Donc on n’était pas dans notre coin avec “notre” série ! Par contre oui, on y tient. On m’a déjà demandé si je pourrais laisser quelqu’un d’autre faire un épisode sans moi et euh… (Rires) Pour le moment c’est compliqué dans ma tête !

Et vous,  vous donnez quel sens à votre travail ?

Julien : Déjà, personnellement, je suis incapable de faire quotidiennement quelque chose qui ne me procure pas du plaisir. C’est d’ailleurs pour ça que j’ai arrêté l’école avant le Bac : parce que ce système d’apprentissage ne me convenait pas et que j’ai préféré tout apprendre en autodidacte. Après, bien sûr, dans tout travail et le mien y compris il y a des choses pénibles - comme rédiger des sous-titres ! - mais ce qui compte c’est qu’à la fin de ma journée je sois heureux d’avoir bossé. L’autre chose c’est que dans mon taff de réalisateur, autant que faire se peut, j’essaie de transmettre mes émotions. C’est ça qui a du sens pour moi.

Louise : C’est très compliqué comme question ! (Rires) Je pense que mon moteur ça a toujours été de raconter des histoires, de faire réagir. Et comme je n’ai jamais été une grande communicante, pouvoir le faire en photos et en vidéos à été pour moi un vrai soulagement. Je fais mon métier aujourd'hui parce que je me sens vivante grâce à lui et que c'est le seul endroit où j'arrive vraiment à m’exprimer… Avec la Gueule de l’emploi, j’ai la chance d’être en plus utile dans une mission forte, et cela ajoute encore du sens à mon travail.


EPISODE 1 // AHMAD

Ahmad Habibi est un réfugié Afghan arrivé à Paris il y a deux ans. Actuellement apprenti codeur à l’école Simplon, il voudrait devenir web-développeur, travailler pour des entreprises françaises et créer des applications afin d’aider la communauté afghane en France.

EPISODE 2 // YOUSSOUF

Après un court passage dans le secteur bancaire, Youssouf Fofana décide de s’engager dans un projet qui a du sens pour lui et crée les Oiseaux Migrateurs, qui vient en aide aux TPE et PME africaines. Pour financer cette association Youssouf fonde Maison Château Rouge, un label qui remet au goût du jour l’habit traditionnel africain avec un esprit contemporain.

EPISODE 3 // CHARLOTTE

Handicapée de naissance, Charlotte de Vilmorin a fondé Wheeliz en 2015, une start-up de location de voiture pour les personnes en fauteuil élue meilleur projet d’innovation sociale par la Commission Européenne. Cette jeune entrepreneuse nous parle de ses combats et des obstacles rencontrés pour monter sa boîte. Elle nous livre une vision résolument optimiste sur le handicap et s’amuse à répéter :

« On n’est pas responsable de la tête qu’on a, mais on est responsable de la gueule qu’on fait. »

EPISODE 4 // ELLIOT

Elliot Lepers est à la fois designer, réalisateur, conseiller en stratégie politique, défenseur de l’open source et cofondateur de nombreux sites engagés. Si on ne devait retenir qu'une seule casquette, ce serait celle de web activiste. Depuis tout petit, Elliot souhaite changer les choses et le monde qui l’entoure et c’est par l’outil digital qu’il a décidé de s’emparer des sujets qui lui tiennent à coeur. Il a créé, entre autres, l’application Amazon Killer, ou encore 90 jours qui met l’écologie à la portée de chacun.

Retrouvez les épisodes de La Gueule de l'emploi et les autres séries Welcome to the Jungle sur notre page vidéos

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Linkedin

Envie de rejoindre Welcome to the Jungle ?

Pour aller plus loin

Les derniers articles

Suivez-nous!

Chaque semaine dans votre boite mail, un condensé de conseils et de nouvelles entreprises qui recrutent.

Et sur nos réseaux sociaux :