De la banque à Paris à la mode en Californie : une reconversion professionnelle réussie

  • May 29, 2017

Selon une étude de l’AFPA, 42% des moins de 30 ans envisageraient un changement d’orientation dans les 3 prochaines années. Chedia, 33 ans, a sauté le pas. Après 7 ans comme conseillère patrimoniale dans une grande banque française, elle décide de tout quitter pour faire de sa passion pour la mode son métier. Embauchée comme responsable caisse dans l’une des boutiques parisiennes de Christian Louboutin, Chedia gravit rapidement les échelons pour devenir assistante manager opérationnelle avant de poursuivre son second rêve : partir travailler pour la marque aux Etats-Unis.

Quelles sont les étapes d’une reconversion professionnelle ? Comment se lancer et quelles sont les difficultés rencontrées ? Chedia nous raconte son choix et donne les clés d’un changement de carrière réussi.

1/ Le déclic : lorsque le rêve devient un choix de vie

« Je rêvais de me marier avec une paire de Louboutin aux pieds ! »

Passionnée de mode depuis toujours, Chedia n’envisage cependant pas de travailler dans cet univers au début de son parcours professionnel. Après un passage à la Sorbonne, elle décide de s’orienter vers la banque, un secteur qui recrute, pour trouver un emploi rapidement après sa sortie d’études. Elle effectue donc un BTS banque et finance en alternance, tout en continuant à nourrir sa passion pour la mode dès qu’elle le peut : “Dès que je rentrais chez moi le soir, je me branchais sur FashionTV et je regardais les défilés en boucle !”.

Ses études terminées en 2005, elle est embauchée comme conseillère patrimoniale dans une grande banque à Paris. Les années se suivent, la crise économique de 2009 frappe et la pression au travail se fait de plus en plus grande. “J’allais travailler la boule au ventre, il y avait une énorme pression commerciale. En 2012, j’ai donc pris un congé sabbatique d’un an, et suis partie aux Etats-Unis, à Los Angeles pendant 8 mois.. En rentrant, il me restait quelques mois avant de reprendre le travail, et j’ai décidé d’essayer de postuler à des jobs pour suivre ma passion : la mode, les chaussures, et plus particulièrement Christian Louboutin. Je rêvais de me marier avec une paire de Louboutin aux pieds ! ”.

2/ Se lancer en évaluant les risques

« J’aime prendre des risques mais j’assure toujours mes arrières, ça doit être mon côté “banque” ! »

Chedia l’admet, elle ne se serait pas lancée dans cette reconversion sans filet ni sans le soutien total de ses proches. Alors que son congé sabbatique est sur le point de se terminer, elle trouve une offre de responsable de caisse dans l’une des boutiques parisiennes de Christian Louboutin. Elle postule, passe l’entretien avec succès, et commence dès le lendemain. “Je n’avais pas encore donné ma démission à la banque, donc je me suis dit c’est fun, je n’ai rien a perdre et si ça ne me plaît pas je retourne à mon ancien job. Au bout de deux mois, je savais que je n’y retournerai jamais !

3/ Mettre les compétences acquises au service de sa reconversion

« J’ai toujours tiré quelque chose de positif de mes expériences professionnelles. La banque m’a appris le sens de l’organisation. »

Alors que les mondes de la banque et de la mode sont opposés sur bien des points, l’expérience de Chedia va s’avérer être un véritable atout dans sa reconversion. “Mon CV était très orienté banque donc je n’y croyais pas trop. Lors de l’entretien d’embauche, le directeur de boutique m’a clairement dit que mon expérience était un vrai plus, notamment parce que je n’étais pas effrayée par le fait de manipuler de grosses sommes d’argent.” Lorsque Chedia rejoint Christian Louboutin en 2012, la Maison est en pleine ascension et le fonctionnement de l’entreprise est encore assez familial. Chedia est d’abord un peu déstabilisée par cette transition d’un univers extrêmement structuré à une Maison de mode où tout l’aspect organisationnel reste à mettre en place.

Cependant, elle s’aperçoit très vite que son expérience peut être un énorme atout pour aider l’entreprise à s’organiser. “Ma progression a finalement été assez rapide ! J’ai expliqué que je voulais faire plus que la caisse parce que j’avais l’habitude de gérer un portefeuille de 600 clients à la banque. Il ne faut pas avoir peur de demander plus de responsabilités. J’ai commencé à faire des reportings, à m’occuper des commandes spéciales des clientes.”

Ses qualités sont vite reconnues, et la Maison lui propose de créer un poste d’assistante manager opérationnelle pour mettre en place le côté structurel de la boutique.

4/ Faire preuve de patience et persévérance pour réaliser ses rêves

« J’ai pris sur moi, je ne me suis pas découragée et peu à peu je leur ai prouvé de quoi j’étais capable. »

Si la reconversion de Chedia semble simple et naturelle, celle-ci ne s’est pas faite sans difficultés. Elle a dû faire preuve de persévérance à plusieurs reprises, notamment pour réaliser son second rêve : partir vivre aux Etats-Unis. Chedia saisit cette opportunité en 2015, lorsque la Maison lui propose un poste à Los Angeles. Cette étape de son changement de vie sera certainement la plus difficile, car le prix à payer est élevé : “Tout s’est fait avec pas mal de difficultés. Je suis arrivée sur un poste de “floor supervisor” qui était en dessous du poste que j’occupais à Paris. J’ai donc perdu pas mal de responsabilités et j’avais du mal à me faire à cette idée.L’impression d’un retour en arrière et les différences culturelles profondes ne viennent cependant pas à bout de la motivation de Chedia qui s’accroche pour gagner la confiance de ses supérieurs.

Aujourd’hui Chedia a retrouvé son poste d’assistante manager dans l’une des boutiques de Los Angeles, et son éventail de responsabilités s’est élargi puisqu’elle s’occupe également du merchandising de la boutique et du training des équipes de vente à Los Angeles et à San Francisco.

5/ Changer de carrière pour devenir “soi”

Je me suis prouvée que je pouvais m’adapter à un milieu plus extravagant, tout en restant moi-même. Je suis assez cérébrale mais avec un côté créatif que je ne pouvais pas exprimer dans la banque.” Chedia a trouvé dans cette reconversion un moyen de s’épanouir durablement en accordant toutes les facettes de sa personnalité.

Cinq ans après avoir sauté le pas, elle dresse le bilan d’une reconversion réussie : “Il n’y a pas un jour où je regrette d’avoir quitté la banque. Pourquoi ? Parce que je suis plus proche de ma véritable personnalité. Chez Louboutin j’ai découvert une réelle passion, pas un simple intérêt pour la mode. C'est un bonheur tous les jours d'aller travailler, de conseiller les gens sur leurs chaussures, d'évoluer dans cet univers...__ Ça fait 5 ans, et j’ai l’impression que je viens de commencer !

Ses conseils à ceux qui hésiteraient à se lancer :

  • être passionné et à l’écoute de ses envies profondes
  • évaluer les risques et élaborer un plan d’action à moyen et long terme
  • être prêt à repartir à zéro, même si cela implique un premier poste “junior” ou moins bien payé - faire preuve de persévérance
  • faire valoir les compétences acquises lors des expériences passées

Un autre exemple de parcours atypique ? Celui de François du Chastel, fondateur de la marque de chaussures Chatelles. Après un début de carrière à Londres chez Merrill Lynch il décide de lancer une marque de chaussures haut de gamme ! Son témoignage vidéo et toutes les informations sur Chatelles sont à retrouver ici.

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Linkedin

Clémentine

Pour aller plus loin

Les derniers articles

Suivez-nous!

Chaque semaine dans votre boite mail, un condensé de conseils et de nouvelles entreprises qui recrutent.

Et sur nos réseaux sociaux :