Le M&A (Mergers & Acquisitions), ou Fusions-Acquisitions en français, est un métier de conseil aux entreprises sur leur stratégie de croissance externe. Dans une équipe M&A, vous serez amené à apporter votre expertise à des dirigeants d’entreprises sur leurs opportunités de rachat ou de vente de sociétés. Il s’agit d’un métier où l’analyse financière et le sens stratégique sont au cœur de vos réflexions quotidiennes.

Le Private Equity et le Conseil en Stratégie sont des filières largement plébiscitées par les jeunes diplômés, mais le M&A reste pourtant la voie la plus prestigieuse et demandée. C'est notamment le cas pour les jeunes candidats désirant débuter une carrière en finance, malgré les horaires à rallonge mêlés à un état de stress important.  Mais pourquoi ont-ils choisi le M&A ? Certains éléments ci-dessous vous permettront de mieux comprendre les raisons de ce succès et de trouver des arguments pour répondre à la fameuse question “Pourquoi souhaitez-vous faire du M&A ? ”.

Le M&A, un métier tout aussi prenant que prestigieux

Le métier de banquier d’affaires n’est pas simple, et les talents ne manquent pas. L’une des raisons de ce succès réside dans le caractère stimulant du job. Les candidats qui souhaitent travailler en M&A et surtout ceux qui ont la volonté d’y rester, sont sans aucun doute à la recherche d’un métier prenant, tous ont entendu parler de l’intensité du travail, de l’exigence dans la qualité des rendus et de la disponibilité totale dont un Analyste en M&A doit faire preuve. Ceux qui tiennent la cadence ressentent une grosse satisfaction alors nécessairement, l’orgueil est stimulé mais à quel prix ? Il est important de prendre ce critère en compte dans son choix d’orientation.

Les heureux élus bénéficieront d’un certain prestige social, les banquiers d’affaires sont issus des toutes meilleures Ecoles et Universités du monde. Les salaires sont élevés, et ce même en début de carrière, et le M&A est considéré comme la discipline maîtresse de la banque d’affaires. Pas de place pour l’erreur, le client est roi et il faut coûte que coûte remplir la mission pour laquelle on a été mandaté. Pour ce faire, les boutiques parisiennes recrutent des étudiants issus des Grandes Ecoles de commerce et d’ingénieurs qui n’ont pas décidé de mettre les voiles vers la City. Cette culture élitiste renforce encore davantage le statut particulier accordé à ce métier.

Un univers très formateur

À la différence de métiers plus “classiques” exercés au sein de grands groupes, l’analyste M&A est d’emblée confronté à des problématiques variées, il bénéficie donc d’un apprentissage continu et à vitesse grand V. Pour faire face à ses responsabilités, l’analyste en M&A acquiert rapidement des connaissances pointues dans un grand nombre de secteurs. Outre les connaissances sectorielles, l’exigence de ce métier impose de développer une rigueur de travail et bien évidemment des compétences techniques : la capacité de constituer un business plan en quelques heures, ou encore de modéliser sur Excel la stratégie de croissance d’une entreprise selon plusieurs hypothèses. Ces connaissances sont largement valorisables à la sortie et permettront aux candidats de trouver aisément un job.

Les banquiers d’affaires sont au cœur de transactions massives, internationales et en relation directe avec des managers de haut vol évoluant dans les plus grandes entreprises de leur secteur. En charge de conseiller les entreprises sur des enjeux stratégiques de grande envergure, l’analyste se trouve dans une situation stimulante et se doit de saisir les enjeux d’un secteur, il analyse le positionnement d’une entreprise pour en tirer des enseignements, il se doit également de comprendre l’intérêt de chacun des acteurs que sont les régulateurs, gouvernements, actionnaires, acheteurs potentiels, cibles potentielles, etc. Son travail est enrichissant, son rôle est essentiel pour le bon déroulement d’une transaction et il aura rapidement l’occasion de se retrouver à travailler sur des opérations à la une de la presse financière: une du Financial Times, des Echos, ou du Wall Street Journal.

L’environnement de travail dynamique dont bénéficie la banque d’affaires attire également les jeunes diplômés, la culture de l’exigence, un engagement maximum, une équipe ultra réactive, des collègues extrêmement compétents, qui rythment le quotidien d’un analyste en M&A. Travailler dans une équipe de qualité est très stimulant, et permet souvent d’aborder la charge horaire avec moins d’appréhension. Semaines de 90 heures voire plus, accès 24h/24 aux espaces de travail, repas et taxis payés par l’entreprise : les analystes peuvent se consacrer pleinement à leur tâche. Rares sont les structures à laisser partir leurs employés avant 23h, les journées sont donc longues et la philosophie n’est pas de remettre au lendemain ce qui peut être fait le jour même.

Des débouchés multiples

Cette polyvalence acquise lors de vos années en M&A vous permettra, sans aucun doute, de vous rediriger vers de multiples métiers. Parmi l’ensemble des possibilités, 3 secteurs se démarquent toutefois :

  • Le Private Equity : en effet, avoir conseillé plusieurs opérations de fusions et acquisitions vous rendra absolument légitime à intégrer une équipe qui a vocation à racheter des sociétés. Vous passez ainsi du côté « conseil » au côté « investisseur » ;
  • Le « M&A Corpo » : ici, vous intégrerez l’équipe M&A d’un grand groupe, par exemple Danone, Air Liquide, etc. Cette équipe est chargée de suivre et structurer la stratégie de rachat et revente de sociétés au sein du groupe. Sans être une condition sine qua non, votre expertise sectorielle développée en banque d’affaires peut représenter un avantage important dans votre recrutement ;
  • Les grandes entreprises du digital et start-up en croissance : une expérience significative en M&A représente un avantage au sein de structures en forte croissance telles qu’Uber, AirBnB, etc. En effet, vos capacités à assumer une grande charge de travail et à résoudre des problématiques diverses et inconnues représentent un atout certain.

Un milieu assez conservateur

L’ambiance de travail varie en fonction de la banque, de l’équipe. Au sein même d’une promotion donnée d’une banque, les avis peuvent diverger, parfois à quelques mois d’intervalle. Certains verront la banque d’affaires comme un milieu simplement cordiale, d’autres considèrent l’ambiance agréable mais il faut être honnête, l’ambiance n’est pas celle que l’on peut connaître par exemple en startup. Pour en savoir plus sur l’ambiance au sein de la banque de vos rêves, le meilleur moyen est d’en parler à des collaborateurs en interne, ou des anciens de la banque, et le réseau AlumnEye est une très bonne opportunité pour accéder à ce genre de profils.


Pour conclure, le statut du métier des Fusions-Acquisitions ne doit pas éclipser une réalité quotidienne extrêmement exigeante. Il est déconseillé de choisir ce métier uniquement pour des considérations de prestige social, ou encore de rémunération : ces candidats seront peu nombreux à tenir le rythme plus d’un an. Le goût d’apprendre sans cesse, l’intérêt pour les questions financières, l’envie de rester au plus proche des enjeux stratégiques des entreprises, et au sein d’équipes de qualité doivent être les principaux moteurs de votre choix.


-----

AlumnEye est le leader français de la préparation aux candidatures et entretiens en Finance, Conseil en Stratégie et Masters Spécialisés.

-----

Suivez Welcome to the Jungle sur Facebook pour recevoir chaque jour nos meilleurs articles dans votre timeline !

Photo by WTTJ @GrantThornton

Newsletter

Suis-nous !