Le Leveraged Finance est une activité essentielle pour la banque, en lien direct avec les fonds de Private Equity, en particulier les fonds LBO. En clair, il est l’autre acteur incontournable des opérations à effet de levier, mais du côté dette.

Petit rappel sur le LBO

Le LBO (Leverage Buy-Out) est un montage financier permettant à une structure (par exemple un fond d’investissement) de racheter une société cible à travers un financement essentiellement constitué de dette. Ainsi, l’acheteur mobilisera très peu de capital, augmentant significativement sa rentabilité.

Lorsqu’un fonds sponsor (KKR, Blackstone, Bain, Carlyle, etc.) souhaite acquérir une entreprise via un LBO (comme cela a été le cas en France avec Foncia, Unilabs, BUT ou encore Feu Vert), il va d’une part apporter du capital et d’autre part chercher à lever de la dette qui s’ajoutera à l’Equity pour financer la transaction. Deux scénarii sont alors possible, soit la rentabilité économique de l’entreprise est supérieure au coût de son endettement et on parle alors d’effet de levier positif, soit elle est inférieure et on parle alors d’effet "boomerang" (l’activité de l’entreprise chute et/ou les taux d’intérêts grimpent, le poids de la dette augmente et son remboursement se complique). 

Le rôle des équipes Leveraged Finance

Cette dette peut être fournie par une ou plusieurs banques, par des fonds de dette uni-tranche ou encore des mezzaneurs. Dans un premier temps, le département Leveraged Finance d’une banque d’investissement reçoit de la documentation sur l’entreprise, qui va permettre de comprendre le business principal de la société rachetée, sa santé financière, et son positionnement stratégique dans son marché. Cette connaissance sur l’entreprise est primordiale : les analyses et les modèles reposent sur ces informations et déterminent à terme la hauteur et les conditions de leur soutien dans le financement.

Le rôle premier d’une banque, lorsqu’elle finance un projet, est de s’assurer que l’entité emprunteuse pourra tenir ses engagements. La banque va donc regarder plusieurs indicateurs financiers clés de l’emprunteur. Souvent elle réalisera un « stress test » : la banque va établir un business plan dégradé (par rapport à celui proposé initialement) afin de voir si, dans ce cas pessimiste, le remboursement est toujours assuré. Une manière de se projeter dans un contexte plus difficile que prévu.

La banque peut alors souscrire à tout ou partie du montant total de la dette (i.e. prendre en charge le risque lié) et de finir la transaction par une syndication, c’est-à-dire revendre sur le marché tout ou partie de son exposition.

Au niveau du recrutement : comment postule-t-on en LBO ?

Etat des lieux

Le Leveraged Finance est un métier relativement fermé, peu d’offres de jobs sont publiées notamment en raison de la faible rotation des équipes en comparaison avec le M&A. En général, les personnes y restent plus longtemps. À la différence du M&A, le Leveraged Finance ne s’appuie pas sur un pool très important de juniors pour pitcher. Par conséquent, les jeunes recrutés sont généralement des étudiants issus des Grandes Ecoles de commerce et d’ingénieurs qui n’ont pas décidé de se diriger vers le M&A ou le Private Equity. Les acteurs du Leveraged Finance sont friands des profils multilingues, avec un bonus pour la maîtrise de l’allemand. Pour prétendre y postuler, une expérience antérieure en M&A ou en Leveraged en stage comme en Summer Internship, constitue généralement un atout spécifique.

Les exigences de l'entretien

Vient ensuite l’étape de l’entretien. Comme pour la majorité des entretiens en banque, il est impératif de : 

  • connaître les principes de base de la finance et de la comptabilité, c’est-à-dire savoir faire le lien entre le bilan, le compte de résultat et le tableau de flux de trésorerie. 
  • Il faut également avoir une idée des principaux indicateurs auxquels la discipline s’intéresse : indicateurs financiers liés à l’entreprise (marge d’EBITDA, flux de trésorerie, besoin en fonds de roulement, dépenses d’investissement…) ou au deal (ratio de leverage, minimum d’equity, covenants…). 
  • Enfin, il est nécessaire d’avoir quelques connaissances quant au fonctionnement des entreprises dans leur secteur d’activité. Les recruteurs ne se privent pas de tester les candidats à l’occasion de petits cas pratiques, ils peuvent par exemple vous demander les principales différences entre une entreprise télécom et une entreprise de services sur internet.
  • Il faut également savoir construire un modèle financier simple avec des prévisions, savoir justifier des hypothèses et en tirer des conclusions. 

En bref, en Leveraged Finance, les postulants sont généralement testés sur un grand nombre de sujets, aussi variés soient-ils. Vous pouvez être amené à identifier les principaux risques auxquels peut faire face une société établie sur son marché, en général un exemple vous sera donné.

Au cours de l’entretien, il faut toujours garder en tête le rôle de la banque en Leveraged Finance. En effet, sa position est claire, contrairement au Private Equity dont le but est d’obtenir le meilleur retour sur investissement quitte à prendre des risques, la banque a tout intérêt à minimiser les risques et de s’assurer de la solidité financière de l’entreprise afin d’être remboursée !

Et quand on y est enfin ?

Pour les heureux élus qui auront la chance de débuter une carrière en Leveraged Finance, les tâches et les horaires varieront énormément selon les banques et leur orientation mid-cap ou large-cap. En tant qu’analyste ou stagiaire en Leveraged Finance, il n’y a pas vraiment de journée type. Plus la banque est de haut niveau, plus les horaires sont importants (semblables au M&A), et la hiérarchie définie. En contrepartie, le salaire et le bonus sont plus élevés. L’intérêt du Leveraged Finance est de réaliser des missions variées, de travailler sur plusieurs secteurs sans pour autant nécessiter de spécialisation. La probabilité moyenne de « closer » des deals s’avère supérieure à celle du M&A dans la mesure où les équipes travaillent plus souvent sur des deals « live », que sur des pitchs.

En fonction de son implication et de ses performances, l’analyste ou le stagiaire peut rapidement être amené à travailler sur plusieurs étapes du deal, que ce soit au niveau analytique en amont (analyse financière et stratégique, modélisation, business plan) ou dans l’exécution du deal (rédaction des documents internes afin d’accorder le prêt, préparation de la syndication). Il s’agit donc d’un métier très polyvalent qui permet de comprendre en profondeur plusieurs business et secteurs d’activités.

En plus d’être un métier passionnant, le Leveraged Finance constitue une porte d’entrée vers plusieurs métiers différents : aussi bien en entreprise qu’en Private Equity, fonds de dette, de mezzanine, comme les hedge funds. Le M&A reste néanmoins toujours la voie royale pour le Private Equity : les recruteurs sont rassurés à l’idée d’engager ce type de profil, réputé pour être capable d'endurer les longues heures de travail.


-----

AlumnEye est le leader français de la préparation aux candidatures et entretiens en Finance, Conseil en Stratégie et Masters Spécialisés.

-----

Suivez Welcome to the Jungle sur Facebook pour recevoir chaque jour nos meilleurs articles dans votre timeline !

Photo by WTTJ @GrantThornton

Newsletter

Suis-nous !