Comment demander un feedback après un échec ?

  • CécileCécile
  • Publié il y a 8 mois
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Linkedin

Comment demander un feedback après un échec ?

  • CécileCécile
  • Publié il y a 8 mois

Recevoir une réponse négative à la suite d’un entretien d’embauche n’est jamais agréable. Quand en plus on ne comprend pas pourquoi, c’est pire. Entre déception, doute et perte de confiance en soi, on ne sait pas toujours comment rebondir. Dans ce contexte, demander un feedback au recruteur peut se révéler très utile pour la suite de votre recherche d’emploi. Mais comment s’y prendre pour l’obtenir et comment en tirer parti ?

Pour en savoir plus, nous avons rencontré Maja Wolkiewicz, Talent Acquisition Manager chez Vectaury, start-up spécialisée dans le big data. À la fois RH, chargée de marque employeur et CHO, elle aime se définir comme le Human Gate de son entreprise : elle recrute, accueille et guide les nouveaux-venus avec un objectif principal : faire en sorte qu’ils soient à l’aise, en phase avec leurs missions et heureux de venir travailler. Pour elle, le feedback est indispensable pour pouvoir progresser et il ne faut pas hésiter à le solliciter.

Pourquoi le feedback est-il important ?

Le feedback est un guide

« Pourquoi n’ai-je pas été retenu ? » C’est la question que se posent nécessairement les candidats qui reçoivent une réponse négative après un entretien. On a besoin de comprendre pourquoi on n’a pas été choisi. Et quand personne ne nous apporte de réponse concrète à cette question, on a tendance à se livrer à des interprétations souvent très éloignées de la vérité, qui peuvent nous amener à douter de nous-mêmes et qui ne nous permettent pas de nous améliorer.

Pour Maja, « le feedback est un outil de développement professionnel. Il permet de guider les candidats en leur expliquant ce qui, dans leur CV, dans leur discours ou dans leur attitude, fait qu’ils n’ont pas réussi à convaincre. Sans feedback on répète les mêmes erreurs, cela crée une sensation d’échec permanent qui fragilise et fait perdre confiance en soi. C’est un cercle vicieux. »

« Sans feedback on répète les mêmes erreurs, cela crée une sensation d’échec permanent qui fragilise et fait perdre confiance en soi. »

Transformer du négatif en positif

Recevoir une réponse négative peut être vécu très douloureusement. Le feedback permet de transformer le sentiment d’échec en expérience constructive. Car comprendre ses erreurs est indispensable pour ne plus les reproduire.

« La réponse négative n’est pas forcément un échec, quand elle est accompagnée d’un feedback qui va permettre de comprendre ce qu’il faut changer ou améliorer pour la suite. Par exemple, j’ai reçu une personne qui avait passé cinq entretiens et ne comprenait pas pourquoi ça ne marchait pas. Il m’a demandé un feedback, je lui ai fait un retour précis et bienveillant en lui expliquant point par point ce qu’il devait améliorer dans son CV et dans son attitude. Il était très heureux de ce feedback qu’il a estimé formateur. Il comprenait enfin et cet entretien a donc été positif pour lui. »

Comment solliciter un feedback ?

Bien souvent, on n’ose pas demander le feedback qu’on aimerait tant avoir. Soit par timidité, pour ne pas déranger ou abuser du temps de notre interlocuteur, soit par peur d’entendre des choses blessantes ou humiliantes. Pourtant, lorsque les entretiens se multiplient sans jamais aboutir, demander une explication peut s’avérer indispensable.

Si vous n’osez pas par timidité, dites-vous que demander un feedback, c’est naturel. Vous avez le droit de savoir ce qui n’a pas marché et personne ne vous en voudra de poser la question. C’est même le rôle du RH de vous fournir une explication ! Maja explique : « Avant on ne nous donnait jamais de feedback, on recevait une réponse automatique par mail et c’était fini. Du coup, encore aujourd’hui, on a l’impression de ne pas le mériter, de déranger le recruteur. Pourtant, expliquer pourquoi on ne retient pas une candidature, c’est la moindre des choses quand on travaille dans les ressources humaines ! »

Et si vous n’osez pas par peur d’entendre des choses désagréables, dites-vous qu’une analyse de votre candidature n’a pas pour objectif de vous blesser. « Pour moi, c’est au contraire un acte de bienveillance. Si on me fait un feedback c’est qu’on se soucie de moi, qu’on me respecte et qu’on veut me faire progresser. C’est comme ça qu’on peut apprendre des choses sur soi et monter en compétences. »

« Expliquer pourquoi on ne retient pas une candidature, c’est la moindre des choses quand on travaille dans les ressources humaines ! »

Comment le demander ?

Soyez naturel, exprimez votre besoin en toute simplicité, sans jamais être agressif ou insistant.

Si vous apprenez que vous n’avez pas été retenu par mail, répondez au recruteur en lui demandant s’il peut vous expliquer ce qui n’a pas marché. Si on vous appelle pour vous en informer, n’hésitez pas à demander des précisions, en veillant à rester agréable et courtois. Expliquez à votre interlocuteur que ce retour vous sera très utile pour la suite de vos recherches.

En revanche, si vous n’obtenez pas de réponse, même après relance, il est préférable de ne pas trop insister, sous peine de braquer l’interlocuteur. « Parfois l’interlocuteur est bloqué, il n’a pas le temps ou pas envie, il ne sait pas comment s’y prendre. Dans ce cas, il vaut mieux éviter de trop insister car même si on finit par obtenir le feedback attendu après plusieurs relances, il risque de ne pas être constructif et pas forcément bienveillant. Or, il n’y a rien de pire pour un candidat que de recevoir un feedback mal donné. »

 « Parfois l’interlocuteur est bloqué, dans ce cas, il vaut mieux éviter de trop insister. Il n’y a rien de pire pour un candidat que de recevoir un feedback mal donné. »

Comment tirer parti d’un feedback ?

Ce n’est pas toujours simple de savoir tirer parti d’un retour négatif, surtout quand on est peu sûr de soi, fragilisé par une longue période sans emploi. Pourtant il ne tient qu’à vous d’utiliser les conseils reçus pour vous améliorer. Pour cela, il faut les considérer comme des outils, non comme des critiques gratuites. Analysez-les sous un angle pragmatique et non émotionnel. Ce n’est pas votre personne qui est visée mais votre candidature à un poste en particulier.

Peut-être qu’à l’issue de la conversation, vous prendrez conscience que :

  • Vous ne postulez pas dans le bon type d’entreprise, 
  • L’intitulé de votre CV ne correspond pas à votre profil,
  • Vous ne visez pas le bon poste,
  • Vous vous exprimez de façon inappropriée (trop familière, trop guindée, trop virulente…),
  • Vous ne valorisez pas certains aspects de votre parcours ou de votre personnalité etc.

Même si on pointe du doigt quelques-unes de vos faiblesses, ne le considérez pas comme une attaque mais comme un service qu’on vous rend. Transformez ces retours négatifs en force !

À lire sur ce sujet : 10 conseils indispensables pour rendre votre CV plus attractif

Ce qu’il faut garder à l’esprit

  • Un feedback est une démarche bienveillante et constructive.
  • Ce n’est pas vous qu'on remet en question quand on ne donne pas suite à votre candidature, c’est votre compatibilité avec un poste.
  • Le feedback est un échange, vous pouvez rebondir sur ce que vous dit votre interlocuteur, demander des précisions et des conseils.
  • « Non » un jour ne signifie pas « non » pour toujours, si ça n’a pas marché cette fois, rien ne dit que ça ne marchera pas quelques temps plus tard !
« Non  » un jour ne signifie pas « non » pour toujours, si ça n’a pas marché cette fois, rien ne dit que ça ne marchera pas quelques temps plus tard !

Que faire en cas de feedback blessant ?

Un feedback maladroit peut être dur à entendre pour un candidat. Pour ne pas en ressortir blessé, il faut relativiser et savoir admettre que certaines remarques désagréables sont parfois fondées. Il peut donc être utile de mixer les retours du recruteur avec votre propre analyse de l’entretien. En revanche, s’il vous semble que la personne cherche vraiment à vous blesser, dites-vous que cela en dit plus sur les valeurs du recruteur que sur vous-mêmes.

« Certaines personnes ne savent pas faire de feedback et peuvent faire du mal sans le vouloir, en étant blessant, en touchant à la personne et pas à sa compatibilité avec le poste. Quand on ressort blessé d’un entretien, la première chose à se dire, c’est donc " heureusement que je n’ai pas été pris dans cette entreprise qui ne partage manifestement pas mes valeurs, car j’y aurais été malheureux. " Il faut toujours garder à l’esprit que si le feedback touche à votre identité, ça veut dire que la personne s’y est mal pris, car en réalité, ça n’a rien à voir avec vous. »

« Il faut toujours garder à l’esprit que si le feedback touche à votre identité, ça veut dire que la personne s’y est mal pris, car en réalité, ça n’a rien à voir avec vous. »

Le feedback, bien plus qu’une simple politesse

« Donner un feedback aux candidats qu’on reçoit en entretien, c’est mettre l’accent sur l’humain dans les ressources humaines. Car les RH, c’est d’abord un métier humain, qu’on fait parce qu’on aime les gens. Les candidats ne sont pas de simples produits. La manière dont elle recrute, c’est la première chose qu’une entreprise donne à voir à ses futurs collaborateurs. Si on vous maltraite dès l’entretien, posez-vous la question de savoir si vous avez vraiment envie de travailler dans cette ambiance ! »

Pour Maja, la notion de feedback dépasse donc la simple notion d’explication fournie à un candidat. C’est un outil qui s’insère dans une manière plus globale de concevoir la relation employé/employeur basée sur la transparence, le respect et la bienveillance.

Suivez Welcome to the Jungle sur Facebook pour recevoir chaque jour nos meilleurs articles dans votre timeline !

Photo by WTTJ


  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Linkedin

Envie de rejoindre VECTAURY ?

Pour aller plus loin

Les derniers articles

Suivez-nous!

Chaque semaine dans votre boite mail, un condensé de conseils et de nouvelles entreprises qui recrutent.

Et sur nos réseaux sociaux :