Les FabLabs, ces espaces dédiés aux makers

  • CécileCécile
  • Publié l’année dernière
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Linkedin

Les FabLabs, ces espaces dédiés aux makers

  • CécileCécile
  • Publié l’année dernière

Partout en France, les FabLabs se multiplient. Lieux d’innovation et de créativité, ils sont le symbole d’un monde digitalisé de plus en plus ouvert, favorisant la transmission de savoirs et la mutualisation des ressources. Pour en savoir plus sur ces lieux atypiques et fascinants, nous avons rencontré Nicolas Bard, co-fondateur d’Ici Montreuil, l’un des premiers FabLab français.

Qu’est-ce qu’un FabLab ?

Un FabLab, ou laboratoire de fabrication, est un endroit ouvert qui met à la disposition de ses visiteurs des outils, ordinateurs ou machines permettant de concevoir, fabriquer ou créer toutes sortes d’objets. Ces lieux peuvent accueillir des designers, entrepreneurs, artistes, artisans, architectes… ils permettent notamment aux entrepreneurs de passer rapidement et à moindre coût de l’idée au prototype.

Les FabLabs entrent dans la catégorie des Tiers-Lieux, concept introduit par le sociologue Ray Oldenbourg, c’est-à-dire des lieux où l'on prend plaisir à se rassembler, à converser et échanger.



Petite histoire des FabLabs

Au milieu des années 90, Neil Gershenield, professeur au MIT, invente le concept de FabLab, des lieux conçus pour sensibiliser les étudiants à la fabrication numérique. Neil Gershenfield a ensuite développé son concept hors du MIT et des USA. Encore aujourd’hui, pour être appelé FabLab, il faut respecter la charte mise en place par le Massachusetts Institute of Technology, qui en définit précisément la nature, les objectifs et le mode fonctionnement.

En France, le FabLab Artilect fut le premier à ouvrir ses portes en 2007, à Toulouse.

En 2012, année de la création du FabLab Ici Montreuil, il n’existait que 15 FabLabs en France.

Aujourd’hui en 2017, il en existe entre 200 et 300.

Fonctionnement : des visiteurs et des résidents

Les Fablab sont ouverts à tous, avec différentes formules proposées aux visiteurs ponctuels et résidents permanents. Les visiteurs ponctuels payent à la demi-journée. Ils viennent quand ils veulent durant les plages horaires qui leur sont réservées. Les résidents s’acquittent d’un abonnement mensuel. En échange, ils ont accès au parc de machines et à des formations pour les utiliser. Le FabLab leur apporte également des opportunités professionnelles via son portefeuille client et les modules de formation à dispenser.

Les FabLabs proposent aussi des places de coworking en abonnement. Ceux-ci ne permettent pas d’accéder aux parcs de machines.



Se former à tous types de métiers

« Notre objectif, c’est de mettre à disposition de tous un lieu, des outils mais aussi des acteurs qui peuvent leur permettre de réaliser leurs projets. Le plus important, c’est les savoir-faire humains et pas les machines », rappelle Nicolas Bard. Car mettre à la disposition du tout venant des machines et outils n’est pas suffisant. Encore faut-il savoir les utiliser. Chez Ici Montreuil, les modules de formations sont animés par les résidents qui cumulent 63 savoir-faire artisanaux, numériques, design ou artistiques.

Aujourd’hui, 50% des français souhaitent devenir artisan. 

Pourquoi un tel succès ?

La quête de sens

« Aujourd’hui, 50% des français souhaitent devenir artisan. Les gens sont en quête de métiers passion qui nécessitent une intelligence du cerveau et de la main. », explique Nicolas Bard. Des métiers qui ont du sens et permettent de créer des objets tangibles, qui vont rester.

Le savoir-faire français

« La France est championne du monde en matière de métiers d’arts et d’artisanat, le monde entier recherche nos savoir-faire », rappelle Nicolas Bard. Or pour rendre ces savoir-faire accessibles, il est nécessaire de les digitaliser et c’est précisément ce que font Les FabLabs.

Un mode de consommation en mutation

Il y a une volonté de plus en plus forte de consommer de façon plus durable. On aime acheter local, réparer plutôt que jeter, fabriquer soi-même ou chiner des objets anciens. Une tendance qui se traduit par l’essor des recycleries, des sites d’occasion, du DIY… et par la multiplication des FabLabs ! Ici Montreuil organise ainsi régulièrement La clinique des objets : les gens viennent avec leurs objets malades, les résidents posent un diagnostic et leur permettent de le réparer.



Deux belles histoires d’Ici Montreuil

Julien, un ébéniste indépendant d’une trentaine d’années, a décidé de se lancer seul en intégrant le FabLab Ici Montreuil. Eric, un designer, a lui aussi rejoint le FabLab quand il est devenu indépendant. Ils ont collaboré sur quelques projets et ont finalement créé leur marque « boys in the woods », qui a depuis embauché 2 personnes.

Arrivé seul il y a 1 an, il quitte aujourd’hui le FabLab devenu trop petit pour son équipe de 9 personnes qui vient de signer un contrat avec Google.

Ronan, fondateur de Parallel Studio, débutait dans le jeu vidéo. Il a intégré le FabLab et s’est servi des outils de l’atelier électronique pour la création de ses premières maquettes en 3D. Arrivé seul il y a 1 an, il quitte aujourd’hui le FabLab devenu trop petit pour son équipe de 9 personnes qui vient de signer un contrat avec Google.



Les grands enjeux d’avenir pour Les FabLabs

Le modèle économique

Trouver un modèle économique n’est pas simple pour Les FabLabs. Ce sont des lieux dont les coûts de fonctionnement sont très élevés (machines, outils, personnel, etc.) et difficiles à rentabiliser. Ce sera un véritable enjeu de survie à l’avenir.

L’interconnexion des FabLabs

De plus en plus de villes veulent avoir un FabLab. Pour cela, il faut pouvoir s’intégrer dans un écosystème existant, se reposer sur un réseau local en tirant partie des savoir-faire spécifiques à chaque ville, à chaque région, tout en créant un réseau de FabLabs interconnectés qui permettra aux résident d’aller de l’un à l’autre en fonction des outils ou des savoir-faire dont ils ont besoin.

Le recrutement

Pour fonctionner, Les FabLabs se reposent sur de nouveaux métiers qui ne s’apprennent pas dans les écoles : maîtrise des machines, réparation, conciergerie, métiers d’ateliers, gestion de la communauté de résidents, évènementiel, formation. Cela pose le problème de la reconnaissance des savoir-faire et des compétences, de l’identification précise des besoins et de la bonne définition des métiers, la clé pour un recrutement efficace.

Notre expert

Nicolas Bard, co-fondateur d’ICI Montreuil, un FabLab qui se définit comme une manufacture collaborative et solidaire pour les artisans, artistes, designers, startups et entrepreneurs du « faire ».

Suivez Welcome to the Jungle sur Facebook pour recevoir tous nos meilleurs articles dans votre timeline !

Photos : MAKE ICI

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Linkedin

Envie de rejoindre MAKE ICI ?

Pour aller plus loin

Les derniers articles

Suivez-nous!

Chaque semaine dans votre boite mail, un condensé de conseils et de nouvelles entreprises qui recrutent.

Et sur nos réseaux sociaux :