Située dans le nord de Paris entre la Porte de Clichy et la Porte de Saint-Ouen, l’école 42 fut créée en 2013. Trois ans plus tard, un deuxième campus ouvrit ses portes dans le Fremont, de l’autre côté de la Baie de San Francisco, en Californie. Elle compte chaque année plus de 5.000 étudiants, divisés entre les deux établissements.

Les origines

À l’origine de cette école, Xavier Niel, que l’on ne présente plus et Nicolas Sadirac, fondateur de l’école informatique EPITECH et de la Web@cadémie. Tous deux veulent créer une école en opposition avec le système éducatif français traditionnel. Pour Xavier Niel, la structure actuelle de l’enseignement en France est obsolète : il est trop onéreux et inadapté au monde de l’entreprise.

C’est pourquoi ils ont choisi de créer une école révolutionnaire proposant une formation qualitative, totalement gratuite et accessible par tous (cf. édito site). Une vraie mutation académique, dans laquelle ils abandonnent certaines fondations éducatives habituelles comme le concept de professeurs et d'élèves. À la place, des projets intéressants et collaboratifs destinés à des étudiants autonomes et rigoureux.

[ Et pourquoi... 42 ? À lire : L'énigme du chiffre 42 dans la culture geek ]

Les fondateurs de l'ecole 42 : Xavier Niel (gauche) et Nicolas Sadirac (droite) | © Martin Bureau, AFP. cf. ecole 42/ equipe

La sélection

Accessible par tous ne veut pas dire que chaque candidat pourra intégrer l’école. Sur 70.000 participants, seulement 3.000 seront sélectionnés. L’entrée à 42 se divise en 2 étapes : une série de tests en ligne et un entretien informel appelé le « check-in ». 

  • Les tests à passer sur le portail candidature de l’école peuvent durer plusieurs jours, ils consistent à mettre à l’épreuve les capacités de logique et de mémoire des candidats. Ils permettent de mesurer l’appétence pour l’informatique, la motivation à apprendre et la capacité de travail. 
  • Le check-in (entretien formel) a pour objectif de faire découvrir l’établissement aux potentiels futurs étudiants. Il peut être évité en se présentant à l’école lors des journées Rencontres et Ateliers.

« On peut être en échec scolaire et pourtant correspondre à ce qui est un génie en informatique. On peut ne pas avoir le bac et pourtant devenir le développeur le plus brillant de sa génération. » - Xavier Niel, fondateur de l’école 42.

Damien, 23 ans, étudiant en master à HEC a choisi de passer son année de césure à 42 : « Comme j'aime beaucoup bidouiller sur les ordinateurs depuis jeune, que j'avais adoré les cours d'informatique en prépa, et que je cherchais des perspectives professionnelles plus variées, j'ai compris que dans le fond je voulais apprendre à programmer. Je me suis inscrit à 42 durant l’été et j'ai passé les tests de logique et de mémoire, que j’ai d’ailleurs beaucoup aimés. Une fois sélectionné, j’ai démarré la Piscine, qui fut plus intense que ma prépa, pour finalement intégrer l'école en novembre. »

La Piscine

Pour garantir un haut niveau d’éducation malgré les critères de sélection très souples, Xavier Niel et Nicolas Sadirac ont du faire preuve d’ingéniosité en créant… la piscine. Damien nous confie : « La piscine de 42 est une épreuve vraiment hors du commun. 4 semaines, des exercices tous les jours de la semaine, 39h pour les résoudre, un gros projet par semaine, un examen tous les vendredis, et un gros exercice par équipe chaque week-end. Il faut être capable de se dédier à 100% sur quelque chose pendant 1 mois, travailler entre 12 et 14h par jour, et être concentré sur son objectif ». Si la prépa est un marathon, la piscine de 42 un sprint !

Sur 3.000 participants à la piscine, environ un tiers des participants sont sélectionnés, même si le chiffre est souvent variable en fonction du niveau des candidats ; il n'y a pas de numerus clausus.

Photo by 42

Le cursus

Choix de cours

Durant leurs séjours à l’école 42, les étudiants n’ont pas de cours supervisés par des professeurs mais ont accès à un système pédagogique basé sur la gamification. Les étudiants réalisent des projets proposés par l’école et sont libres d’organiser leur propre temps et d’utiliser internet. Les corrections sont effectuées par d’autres élèves et une fois un projet validé, l’étudiant monte d’un niveau et accède à des défis plus difficiles.

Validations

Pour valider leur cursus, les étudiants doivent également entreprendre des stages. Pour être admissible à un stage, un étudiant doit avoir validé un certain nombre de projets et passé un total de cinq examens.

Damien nous fournit plus de détails sur le contenu des projets : « 42 apprend à apprendre. La programmation est un domaine sans cesse en évolution et des branches apparaissent et se développent fréquemment. Dans ce sens, 42 est excellente pour mettre le pied à l'étrier et former des développeurs très agiles. Il permet d'étudier le roc, le dur du développement, c'est-à-dire les technologies les plus anciennes (développées dans les années 70, NDLR), pour avoir de bons réflexes et de bons automatismes. »

Photo by 42

Visée des programmes

Mais 42 n’a pas que pour objectif d’apprendre aux étudiants la programmation, elle permet également de bénéficier d’infrastructures de qualité, de rencontrer de bons développeurs et surtout d’apprendre à devenir autonome pour pouvoir entreprendre. « Comme l’école accepte sans conditions, elle souffre de quelques passagers clandestins qui ne s'investissent pas toujours suffisamment. Mais il y a de tout à 42 dont des petits génies de l'informatique qui forcent le respect par des qualités innées et un dévouement à leur passion. Je ne dirais pas que je suis fort satisfait pour les rencontres, car il y a plus de mauvais que de bon, mais quand c'est bon, c'est vraiment très bon. », explique Damien.

Au sein même de l’école, les étudiants peuvent intégrer des programmes inter-écoles tels que la Majeure Digitale – Entrepreneur, issu d’une collaboration avec HEC Paris. L’école a également développé un partenariat avec l’accélérateur Creative Valley avec lequel elle a créé le programme Matrice, qui confronte sciences humaines et technologie pour entreprendre et innover dans des milieux complexes.

Et après : quels débouchés ?

L’école se termine au rythme de chacun, et la plupart des étudiants ne prennent pas la peine de finir leur cursus car ils sont très souvent courtisés par des entreprises

« Le cœur de 42, c’est le code. » Et le code est au cœur de toutes les activités informatiques actuelles. Les étudiants de 42 ont donc généralement de nombreux débouchés dans le domaine de l’innovation. Le système éducatif de l’école permet de perfectionner sa capacité à entreprendre et à gérer des projets. « Le fait de n'avoir personne derrière soi pour dire de travailler pousse à avoir un état d'esprit d'entrepreneur, qui se motive de lui-même pour faire avancer ses projets, et qui les lance, conscient des probabilités d'échec, mais motivé pour le faire réussir » confirme Damien.

Pour finir

Grâce à un système éducatif unique en son genre sur le territoire français, l’école 42 a réussi en moins d’une décennie à se faire sa place parmi les meilleures écoles de programmation de l’hexagone, de renommée mondiale. Ce modèle éducatif est déjà pratiqué dans des pays comme Israël, également appelée la start-up nation, et devrait à l’avenir inspirer des programmes d’autres types d’école. 


Suivez Welcome to the Jungle sur Facebook pour recevoir tous nos meilleurs articles dans votre timeline !

Photo by 42

Newsletter

Suis-nous !