Dans une tenue hors de propos ou de mauvais goût, même le plus brillant candidat au CV étincelant verra ses chances de réussite en entretien fondre comme neige au soleil. Dans un milieu où la forme vaut autant que le fond, un faux-pas vestimentaire peut coûter cher et ruiner des semaines d’efforts nécessaires à décrocher une interview. Voici pour vous messieurs le guide de survie vestimentaire en entretien.

La finance est un monde conservateur

Qu’elle est loin l’époque des bretelles de Gordon Gekko et des mocassins Gucci. A l’heure où les banquiers ne jurent que par le classicisme, il est indispensable de se fondre dans la masse et de respecter une certaine sobriété propre à la finance. Exit donc les costumes trop rock de chez Zadig & Voltaire et welcome les costumes plus formels.

COSTUME | Un costume sobre, c’est avant tout des couleurs adaptées : sombres. Et dans le meilleur des cas, unies. Le gris anthracite et le bleu marine s’imposent alors comme des évidences pour constituer un parfait dressing de banquier d’affaires. De très légers motifs peuvent être tolérés par la suite (fines rayures, prince de galle) lorsque l’on acquiert une certaine aisance dans le choix de ses tenues.

Privilégié dans d’autres métiers, le costume noir demeure un sujet sensible dans l’industrie bancaire, et son usage est à éviter. Bien qu’il soit mieux perçu que par le passé, on évitera cette couleur, quitte à diversifier les nuances de gris ou de bleu.

CHEMISE | Afin d’éviter toutes fautes de goût on privilégiera les chemises blanches et bleu clair, unies dans les 2 cas. Ces pièces intemporelles sont l’assurance de pas commettre d’impair. Avec le temps, d’autres couleurs sont envisageables, avec modération, la norme étant de toujours porter une couleur claire : rose ou beige. De même pour les motifs, on peut se laisser tenter par de fines rayures ou de légers carreaux, à condition que la qualité de la pièce assure un certain raffinement. Les chemises noires sont à bannir dans n’importe quelle circonstance : faute de goût impardonnable.

 La combinaison des motifs est aussi un sujet périlleux, au risque de passer pour un dandy. La simplicité est de rigueur, au détriment d’assemblage farfelu du style « chemise à pois, cravate à rayures et costume pieds de poule ». Un costume gris anthracite sur une chemise blanche, avec une cravate à motifs discrets sont largement suffisants pour assurer une allure chic et adaptée.

@SeaBird

La forme au service du fond

Trop petit ou trop large, même le plus beau costume ne pourra sauver votre apparence. Tout est question de proportions et, à nouveau, certaines règles prévalent :

  • La coupe se doit d’être cintrée, tout en évitant d’être trop slim. Un juste milieu s’impose et les coupes trop fashion ou sport sont inadaptées au monde de la finance. Les parties mises en valeur par le costume doivent être le buste, ainsi que le haut du dos et les épaules.
  • La longueur de l’épaulette est cruciale et doit être ajustée au tomber de l’épaule, ne devant en aucun cas déborder de son prolongement. En effet, des épaules trop larges donneront l’impression de flotter dans le costume et rendront vains vos efforts.
  • La manche de la veste ne doit pas dépasser le niveau de la paume de la main, et idéalement laisser apparaitre un centimètre de la chemise afin de faire un rappel de couleurs. Ce signe de raffinement fait indéniablement son effet visuel. Par ailleurs, le dos ne doit pas tomber plus bas que le trois-quarts des fesses.
  • La longueur du pantalon est aussi un sujet périlleux : le pantalon doit toucher le haut de la chaussure sans néanmoins s’écraser dessus. Seul un léger pli doit apparaitre au-dessus des chaussures.

Il est donc formellement interdit de sacrifier son confort. Passer treize heures par jour en costume impose que celui-ci ne soit pas inconfortable, au risque que la journée de travail se transforme en chemin de croix. La seule matière tolérée est la laine, et les matières synthétiques sont clairement à bannir. En empêchant la transpiration de s’évacuer et la peau de respirer, elles seront un fardeau pour le porteur du costume, et pour son entourage (gare aux odeurs).

Un costume en laine, ou une autre matière naturelle, assure que la température soit bien régulée. Un beau costume dans une mauvaise matière se révélera donc inutile.

@Hector Advisory

Le diable est dans les détails

CHAUSSURES | Point d’orgue de la tenue, les chaussures doivent faire l’objet d’une attention particulière. A nouveau, la simplicité est de rigueur. Les chaussures doivent être des derbys ou des richelieus, noires de préférence (le marron au UK est très mal vu), cirées et lustrées. L’assortiment à la ceinture est aussi une des règles de base. Les chaussures à boucles sont périlleuses, et donc à éviter. Trop cheap, les chaussures à bout pointus sont un rappel aux discothèques. Enfin, les mocassins demeurent trop connotés et, à moins d’être un jeune banquier à Milan, sont à bannir.

CHAUSSETTES | Noires, éventuellement bleu très foncé en cas de costume bleu marine, les chaussettes se doivent d’être discrètes. Pas d’effet de style avec des chaussettes rouges ou violettes. Et celles-ci se doivent d’être bien remontées, au risque de laisser apparaitre quelques poils disgracieux s’échappant du pantalon au moment de s’asseoir.

VESTE | Ce souci du détail passe par le respect de codes simples, et trop souvent oubliés. La veste se doit d’être boutonnée debout, et déboutonnée assis, afin éviter tout bâillement et des écarts peu avantageux entre le buste et la veste. En ce qui concerne les boutons, sur une veste à deux boutons on ne ferme que celui du haut, et celui du milieu sur une veste à trois boutons.

ACCESSOIRES | Respecter les règles précédentes est un moyen d’assurer un sans-faute. Ajouter un accessoire raffiné permettra en plus de sublimer l’ensemble et de se démarquer par son bon goût. Sans jamais tomber dans l’extravagance (ou pire, le ridicule), une pince à cravate discrète, des boutons de manchette sobres ou une montre élégante, permettent de donner un supplément d’âme à sa tenue. Néanmoins, la prudence reste de mise, et en aucun cas l’accessoire ne doit se vouloir « tape-à l’œil ».

MARQUES | En effet, à moins d’apporter du business sur un plateau ou d’être en mesure de générer des millions d’euros de fees, on s’abstiendra au niveau junior de se présenter en entretien en cravate Hermès, ou une Audemar Piguet au poignet. La tenue d’un banquier d’affaires (qui plus est au niveau junior) se veut discrète, et le show off est à bannir !


Etant la vitrine d’un candidat en entretien, une tenue classe et élégante sera le supplément de confiance qui permettra de briller un peu plus et de faire la différence. Ayant pour objectif principal de renvoyer une image sérieuse et crédible de vous, une tenue soignée ne pourra pas masquer des carences techniques, mais marquera positivement l’interlocuteur en cas de prestation convaincante. Dès lors que vous avez votre stage ou emploi en poche, à vous de constituer une garde-robe adaptée et supposée vous faciliter la vie.


-----

AlumnEye est le leader français de la préparation aux candidatures et entretiens en Finance, Conseil en Stratégie et Masters Spécialisés.

-----

Suivez Welcome to the Jungle sur Facebook pour recevoir chaque jour nos meilleurs articles dans votre timeline !

Photo by WTTJ @Seabird

Newsletter

Suis-nous !