"Montre-moi ton compte Facebook, je te dirai si je t'embauche". Un proverbe très 3.0 qui résumerait bien l'importance de la e-reputation, à l'heure de l'explosion des réseaux sociaux. Le saviez-vous : près de 7 recruteurs sur 10 pratiqueraient le "name-googling" : action de vérifier tout ce que le nom d'un candidat tapé dans Google peut donner comme résultats. Ce qu'ils peuvent trouver ? Un compte Facebook (30 millions d'utilisateurs en France) plus ou moins privé, des comptes Twitter / LinkedIn / Instagram, mais aussi photos, commentaires... en bref : votre identité numérique ! 

Les plus pessimistes verront cette sur-exposition digitale d'un mauvais oeil, persuadés qu'elle pourra toujours tôt ou tard nuire à leur carrière via l'affichage de données trop personnelles (photos, commentaires etc.). Les plus optimistes verront au contraire l'affichage de cet ADN en ligne comme une occasion en or de se montrer sour leur meilleur jour ! C'est ce que l'on appelle le Personal Branding : faire son propre marketing, via une gestion optimale et rigoureuse de son "moi" 2.0. 

Contrôler son image en ligne est indispensable et peut même être bénéfique ! Mais et vous, êtes-vous sûr de bien maîtriser votre e-reputation ? 


| CHECK & CONFIDENTIALITÉ |

1. « Googlisez-vous » sur une fenêtre de navigation privée

La première étape, avant d’échafauder une stratégie de « personal branding », est de faire le point sur ce qui circule à votre sujet sur Internet. Recensez les informations que vous avez communiqué sur vous mais aussi ce que d’autres ont pu publier à votre propos. Rien de tel pour cela que de taper votre nom et votre prénom dans Google. Effectuez de préférence cette recherche sur une fenêtre de navigation privée afin de ne pas fausser les résultats par vos propres interactions.

Vérifiez ensuite un à un les contenus publics des liens de la première page. Vous y trouverez généralement vos comptes sur les principaux réseaux sociaux et professionnels mais aussi, peut-être, votre compte Couchsurfing, vos petites annonces sur EBay, les vestiges d’un vieux blog, etc. Pensez également à jeter un œil aux onglets « Images », « Vidéos » et « Actualités » où se cachent parfois bien des surprises ! Ces résultats doivent être conformes à l’image que vous souhaitez donner de vous. Step.2 : faites le tri !

2. Gérez la confidentialité de vos différentes comptes sur les réseaux sociaux 

FACEBOOK

Commencez par faire un Privacy Checkup ! Cliquez sur le point d'interrogation, en haut à droite de votre profil, à gauche de la flèche. Dans le menu déroulant, allez dans Privacy Checkup (EN) / Assistance confidentialité (FR). Vous pourrez ainsi vérifier l'état de confidentialité de votre compte sur 3 éléments-clés : qui peut voir vos posts, quelles applications ont accès à vos informations personnelles, quelles informations rendez-vous visibles. Par défaut, tout est public. Vous serez surpris de découvrir certaines informations visibles de tous, comme votre numéro de téléphone par exemple. Donc n'hésitez pas à bien paramétrer votre compte !

Allez ensuite dans Privacy shortcuts (EN) / Raccourcis de confidentialité (FR). Vous pourrez choisir tout en bas, si vous voulez que votre profil soit référencé ou non dans les moteurs de recherche (Google, Yahoo etc.) (tout en restant toujours visible dans le moteur de recherche Facebook). Ce module vous permettra aussi d'accéder à votre "activity log" dans la section "Qui peut voir mon contenu ?". Vous arrivez alors sur votre "Timeline review" et pouvez contrôlez les photos sur lesquelles vous voulez être identifiées ou non. Pour activer ce filtre manuel, cliquez sur la molette en haut à droite de la Timeline Review et activez-la. Toujours utile pour éviter d'être identifié sur une photo compromettante !

→ Vous avez ainsi la main sur tous les éléments visibles de votre profil ! Envie de savoir comment vos amis voient votre page ? Cliquez sur votre profil, et sur les "..." en bas à droite de la photo de couverture. Vous trouverez l'option "View as" et pourrez taper en haut à gauche de votre écran le nom d'un ami. Si vous souhaitez aller plus loin, vous pouvez même créer des listes d'amis qui restreignent vos contenus à un certain groupe de personnes. Pour se faire, cliquez sur "Friends lists" dans le menu à gauche de votre fil d'actualité, classez vos amis puis vos publications !

Règles d'or de la confidentialité sur Facebook

Vous restez craintif par rapport à ce réseau social ? Rendez votre compte encore moins visible en modifiant votre nom (une partie seulement de votre nom de famille ou prénom, un tiret, un surnom etc.).


Les options sont plus limitées sur les autres réseaux sociaux. Mais certaines précautions sont à prendre !

LINKEDIN

Gérez la confidentialité de votre compte depuis le menu accessible ici : Votre photo / Préférences & confidentialité / Compte / Confidentialité (au milieu). Vous pouvez ainsi décider si vous voulez que votre profil soit public ou non, idem pour vos relations, le partage des modifications de votre profil et d'autres options.

Aide LinkedIn

TWITTER

En cliquant sur votre photo puis Paramètres & Confidentialité / Confidentialité & Sécurité, déterminez si vous souhaitez ajouter ou non la localisation dans vos tweets, permettre aux gens de vous identifier ou non sur des posts, de vous trouver avec votre mail ou votre numéro de téléphone, de vous envoyez des messages privés etc.

Politique de confidentialité de Twitter

INSTAGRAM

Depuis votre mobile, vous pouvez charger l'état de votre compte : de public à privé. Cliquez sur la molette en haut à droite et activez le mode "privé" en bas. Celui-ci rendra vos photos inaccessibles par une personne non membre de vos followers, et vous permettra d'accepter ou non les demandes de follow. Une bonne démarche si vous ne voulez pas qu'un éventuel recruteur puisse accéder à tout !


AUTRES :

  • Pour les posts de blogs et les articles mensongers ou obsolètes, vous pouvez depuis mars 2016 faire jouer votre « droit à l’oubli ». Il consiste à faire déréférencer des moteurs de recherche les contenus erronés pouvant nuire à votre e-réputation (uniquement depuis les pays de l’UE). Voici le formulaire à remplir pour Google.
  • Dans le reste des cas, vous n’aurez d’autre solution que de faire preuve de diplomatie en contactant directement le webmaster du site.

Pour l’avenir, créez-vous une alerte Google sur votre nom afin de prévenir les mauvaises surprises. Et posez-vous toujours la question avant de poster quoi que ce soit sur Internet : à qui voulez-vous montrer ce contenu, le support est-il adéquat ?


| PERSONAL BRANDING |

Une fois débarassé(e) des contenus indésirables, vous pouvez vous consacrer à la mise en valeur de votre e-réputation. Essayez d’avoir les idées claires sur votre projet professionnel car selon le type de poste que vous recherchez ou encore l’esprit de l’entreprise pour laquelle vous souhaitez postuler, les canaux de promotion de votre identité numérique à adopter varient.

1. Identifiez les canaux de comm' reconnus par votre secteur

Avoir un compte Twitter est par exemple une évidence pour un communicant ou un spécialiste du digital. Les créatifs travaillant dans un métier très visuel préfèreront eux entretenir un compte Pinterest ou Instagram (dans ce cas, ne pas le mettre en en mode « privé »). L’interface de partage de nouvelles Medium pourra aussi se révéler être un bon outil pour les professionnels de l’écriture ou les experts dans un domaine souhaitant s’épancher en plus de 140 caractères. A vous de choisir le média qui vous convient le mieux, le tout étant d’y interagir régulièrement pour gagner en visibilité.

2. Faîtes des listes de mots-clés pour booster votre référencement

Pour montrer au recruteur que vous correspondez bien au profil qu’il recherche ou tout simplement être repéré, utilisez des mots-clés pour booster le référencement de vos contenus sur les moteurs de recherche (marketing, IoS, commercial, RH). Afin de trouver les termes les plus justes, listez les expressions récurrentes dans les annonces correspondant au type de poste que vous recherchez. Le titre et le résumé de votre profil ainsi que les intitulés de postes et les compétences que vous mettez en avant sur LinkedIn doivent reprendre ces termes. 

3. Gardez une cohérence entre vos différents comptes

Pour simplifier au maximum la tâche du e-recruteur et inspirer confiance, efforcez-vous de vous créer une e-personnalité cohérente.

  • Conservez la même identité visuelle sur chaque réseau social en reprenant la même photo de profil et le même descriptif de poste. Les centres d’intérêt mis en avant doivent également être similaires et ne pas dépasser deux ou trois thématiques phares, sans quoi votre identité numérique risque de se diluer.
  • Enfin, créez des ponts entre vos différents comptes en insérant par exemple un lien hypertexte vers votre profil LinkedIn depuis votre compte Twitter et vice-versa.
  • N'oubliez pas mettre à jour vos informations régulièrement sur les réseaux

4. « Fact-checkez » votre CV

Votre présence numérique est l’opportunité de donner à l’employeur des preuves de vos accomplissements. Sur LinkedIn plus particulièrement, n’hésitez pas à joindre des articles, vidéos ou recommandations pour appuyer vos expériences. Chaque accomplissement doit être, dans la mesure du possible, appuyé d’une « preuve ».

5. Ayez de « vraies » relations virtuelles

Les réseaux sociaux comme Twitter ou Instagram peuvent vous faire gagner en crédibilité si vous parvenez à y faire interagir positivement des professionnels de votre secteur. Pour ce faire, recourrez aux hashtags. Les communautés professionnelles utilisent généralement des outils de veille sur des mots-clés.

6. Evitez les selfies et les fautes d’orthographe

« La première impression est toujours la meilleure, surtout quand elle est mauvaise ». 

  • Parmi les fausses bonnes idées de photos sur les plateformes de recrutement : le selfie, le cliché de vacances où vous êtes certes bronzé(e) mais pas très professionnel, votre portrait de lycéen, etc. 
  • Enfin, si vous décidez de vous lancer dans la rédaction d’articles pour votre blog ou de longs posts sur les réseaux sociaux, accordez une importance toute particulière à l’orthographe. Si vous publiez un article sur LinkedIn Pulse, sachez que tous vos contacts recevront une notification les invitant à le lire.


Et l’absence numérique ? Un pari risqué

Construire ces vitrines virtuelles est un moyen de capter l’attention du recruteur pour l’emmener vers ce que vous voulez lui montrer et qui vous met le plus en valeur. Sans ce travail, vous vous exposez au risque de prendre un train de retard par rapport à d’autres candidatures plus étoffées en ligne. Par ailleurs, en ne donnant rien à se mettre sous la dent au recruteur, vous lui laissez le champ libre pour s’intéresser à d’autres contenus potentiellement moins glorieux. A vous de juger…


Pour aller plus loin : 


Suivez Welcome to the Jungle sur Facebook pour recevoir chaque jour nos meilleurs articles dans votre timeline !

Photo by WTTJ @Ykone


Newsletter

Suis-nous !