E-learning, video learning, adaptive learning… la digitalisation n’épargne pas le domaine de la formation professionnelle. Des innovations technologiques, notamment rendues possibles par le développement d’outils d’intelligence artificielle, permettent d’adapter au maximum les parcours de formation au profil de chaque salarié.

Intrigante, inquiétante, terriblement innovante… De la santé à l’industrie en passant par le jeu vidéo, les transports ou la robotique, l’intelligence artificielle s’immisce partout et ce n’est que le début. En reproduisant « par des systèmes artificiels les diverses capacités cognitives de l’être humain, en particulier en ce qui concerne leurs capacités à résoudre des problèmes complexes », d’après la définition donnée par le site Digitalab, l’IA peut s’appliquer à des tâches extrêmement variées comme la détection d’objets et la reconnaissance de visages dans une vidéo, la traduction d’un texte, l’établissement d’un diagnostic médical en fonction des données d’un patient… Et s'il y a un domaine qu’elle est en train de révolutionner, c’est bien celui de la formation professionnelle.

Objectif : la personnalisation des programmes de formation

Après des décennies de valorisation du « one fits all », qui consistait à rentabiliser au maximum les coûts de formation en établissant des programmes pouvant s’adresser au plus grand nombre, la tendance actuelle est à une individualisation et une personnalisation de plus en plus poussées des programmes de formation. Avec pour objectif final, une amélioration constante des compétences des salariés au fil de leur carrière grâce à une meilleure rétention des informations apprises et donc des formations plus efficaces et plus rentables. Mais comme il serait extrêmement coûteux et concrètement impossible d’affecter un formateur à chaque salarié, des solutions technologiques innovantes sont aujourd’hui mises au point, notamment grâce à cette fameuse intelligence artificielle.

L'équipe de Kumullus


Quelques mots techniques sur l’« adaptive learning »

D’après Stéphanie Rousseau, Digital Manager chez Speexx, l’IA appliquée au domaine de la formation professionnelle consiste à « développer un algorithme intelligent qui va s’insérer dans les outils de formation afin d’établir une analyse prédictive et intuitive du comportement de l’apprenant. » En clair, il s’agit d’adapter au maximum les modules proposés aux salariés en fonction de leurs besoins, de leur niveau et de leur rythme d’apprentissage, en construisant des sortes de cours particuliers en ligne. Afin d’assurer une meilleure expérience d’apprentissage à chaque salarié, plusieurs paramètres doivent être personnalisables, selon la Digital Learning Academy :

  • le parcours de formation, en proposant une sélection et un ordre de déroulement des contenus le plus pertinent possible
  • les contenus proposés, en adaptant la méthode pédagogique à chaque apprenant
  • les révisions des formations dispensées, en ajustant les contenus qui doivent être approfondis
  • les recommandations de formations complémentaires adaptées au niveau et aux objectifs que chaque salarié s’est fixés.

Cette personnalisation à l’extrême, c’est ce que l’on appelle l’ « adaptive learning ». De nouvelles fonctionnalités digitales dotées d’intelligence artificielle qui permettent de placer l’engagement des apprenants au coeur des dispositifs de formation grâce à l’interprétation des données par les plateformes de diffusion. Toujours d’après la Digital Learning Academy, l’adaptive learning repose ainsi sur plusieurs principes :

  • la collecte de données en temps réel
  • l’analyse du comportement de l’apprenant afin d’adapter en permanence les contenus qui lui sont proposés
  • l’analyse des résultats qui permettent de connaître le niveau de l’apprenant et d’ajuster éventuellement la difficulté de ses séquences de formation
L'équipe de Kumullus


L’exemple de la plateforme de video learning interactif créée par Kumullus

De nombreuses entreprises s’intéressent à ces nouvelles formes d’apprentissage digital et proposent désormais des solutions intégrant des outils d’intelligence artificielle. La société Kumullus a, par exemple, développé une plateforme de video learning interactif pour les entreprises. « Nous avons fait le pari de la vidéo car c’est le média qui s’impose aujourd’hui lorsque l’on cherche à acquérir un savoir ou une compétence dans sa vie quotidienne », déclare Christophe Bruno, CTO chez Kumullus. « La plupart des recherches sur Google qui commencent par « how to » mènent à un contenu vidéo sur Youtube et les tutoriels sont la catégorie de vidéos la plus appréciée par les internautes », ajoute-t-il, précisant que « pour faire du video learning de manière efficace, pour pouvoir faire de la recherche et de l’analyse de données à l’intérieur des vidéos, la seule solution, c’est l’intelligence artificielle. »

« Pour faire du video learning de manière efficace, la seule solution, c’est l’intelligence artificielle. » Christophe Bruno, CTO chez Kumullus

Leur outil, baptisé SIVITS pour « Smart Interactive Video Training System », fonctionne comme un moteur de recherche qui va cartographier l’ensemble du patrimoine vidéo et audio d’une structure et confectionner, à partir de ces ressources, des modules de formation personnalisés pour les salariés. « Le moteur de recherche va pouvoir aller détecter des contenus pertinents dans des vidéos qui n’étaient pas initialement pensées pour faire de la formation comme des films institutionnels ou des captations de conférences où des product managers présentent un produit en développement », explique Christophe Bruno. « L’apprenant va ensuite pouvoir composer son propre module de formation en quelques clics à partir des ressources vidéo que SIVITS aura détectées et qui correspondent le plus à ce dont il a besoin », ajoute-t-il.

Intelligence artificielle et interactivité, la solution pour booster la performance de la formation

Christophe Bruno choisit l’exemple d’un conseiller de vente dans une grande enseigne qui souhaiterait s’informer sur les spécificités d’un nouveau produit qui vient d’entrer sur le marché. « Il se connecte sur la plateforme Kumullus et saisit sa requête qui correspond ici au nom du produit concerné. Il se voit alors proposer plusieurs sous-thèmes dont, par exemple, "application et bénéfices pour le client". Il indique ensuite le temps dont il dispose pour suivre sa formation. Puis, grâce au réseau de neurones intégré dans notre outil, la plateforme va identifier les séquences qui sont les plus pertinentes par rapport à sa demande, et elle va les agréger dans un module de formation en vidéo interactive », explique-t-il. Le fait que le contenu soit interactif va permettre au salarié d’accéder à des contenus additionnels (texte, autre vidéo, quizz, image…) au sein même de la vidéo, sans devoir changer d’onglet ou télécharger un nouveau document. Cela permet, d’une part, de rendre les parcours beaucoup plus dynamiques (relance de la concentration, meilleure rétention des informations), et d’autre part, cela permet au formateur de récolter des informations sur l’engagement et la compréhension des apprenants.

« L’apprenant va pouvoir composer son propre module de formation en quelques clics à partir des ressources vidéo. » Christophe Bruno, CTO chez Kumullus

Les technologies d’intelligence artificielle qui sont intégrées dans ce type de plateforme en ligne permettent en effet de détecter les moments où l’apprenant va décrocher, le rythme auquel il va progresser dans la vidéo, les erreurs qu’il aura éventuellement commises si un quizz lui est proposé… Des informations utiles pour que la plateforme s’adapte à ses besoins et qui sont transférées au formateur de l’entreprise qui pourra suivre l’évolution de son salarié, voir s’il est allé au bout de sa formation, et éventuellement le féliciter ou l’encourager en personne. Utilisée par près de 500 000 apprenants, la solution Kumullus semble avoir fait ses preuves. « Alors que les taux d’engagement moyens constatés sur une formule e-learning classique (nombre d’apprenants qui sont allés au bout de la formation) tournent autour de 40-60%, chez nous en moyenne, ce chiffre monte à 85% », se félicite Christophe Bruno.


Suivez Welcome to the Jungle sur Facebook et abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir chaque jour nos meilleurs articles !

Photo by WTTJ @Kumullus

Envie de rejoindre Kumullus ?

Newsletter

Suis-nous !