Le métier de Communication Manager | Interview de Tristan Lebleu à NUMA

  • Pierre-GaëlPierre-Gaël
  • Publié il y a 2 ans
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Linkedin

Le métier de Communication Manager | Interview de Tristan Lebleu à NUMA

  • Pierre-GaëlPierre-Gaël
  • Publié il y a 2 ans

Communication Manager, Community Manager, Social Media Manager… Les métiers du management autour de la communication ont des titres qui semblent se décliner à l’infini. 

Pour en savoir un peu plus nous avons rencontré Tristan Lebleu de NUMA, cette ancienne association devenue depuis entreprise qui aide les grandes sociétés à être plus agiles, et les startups à décoller.

Hello Tristan, pourquoi « International Communication Manager » ?

A l’origine j’ai surtout été attiré par la structure avant d’être attiré par le poste. Un ami avait repéré cette annonce sur Twitter et j’ai donc décidé d’aller jeter un oeil à NUMA pour voir à quoi cela pouvait bien ressembler. Quand j’ai vu les espaces de co-working et l’énergie qui se dégageait de ce lieu j’ai eu tout de suite envie d’en faire partie et d’aider à faire connaître au plus grand nombre ce projet.

Comment accède-t-on à ce type de poste ?

À l’origine, ayant fait une école de journalisme, j’étais très axé presse, mais j’avais envie de tenter une nouvelle aventure et d’être challengé. Lorsque j’ai découvert le NUMA j’ai tout de suite senti que j’allais m’éclater et que le projet méritait que je mobilise toute mon énergie.

J’ai d’abord commencé comme Community Manager en stage avant que l’on me propose un CDI, pour lequel mon spectre d’actions s’est très nettement élargi. Par conséquent mon titre se devait également d’évoluer. Je ne crois pas que l’on puisse dire qu’il y ait un parcours type pour accéder à ce type de poste, c’est plus une question de personnalité.

Si tu devais nous expliquer, dans les grandes lignes, tes principales missions ?

Je suis un peu le centre de tri de la boite ! On a la chance d’avoir une marque très forte et par conséquent l’essentiel de mon boulot consiste à trier les demandes, à rencontrer les personnes avec qui j’ai envie de construire quelque chose et de “re-dispatcher” les informations.

Avec l’internationalisation de NUMA qui s’ouvre dans trois nouveaux pays, j’ai aussi un gros travail de communication interne. Je dois faciliter et fluidifier les informations pour que l’ensemble de la communauté sache exactement où en est tel ou tel pôle dans tel ou tel pays.

Je travaille également à faire en sorte que la marque continue à garder cette image forte et que l’on parle toujours plus de nous. Par conséquent cela passe par les réseaux sociaux, le site web, les relations avec la presse, les visites de nos locaux, etc. Bref je ne chôme pas !

Côté salaire ça fonctionne comment ?

C’est un sujet qui est en train d’évoluer de manière significative, ce type de poste devenant clé dans de plus en plus d’entreprises. Jusqu’ici je n’avais pas de partie variable dans mon salaire mais on m’a justement demandé de définir des objectifs pour aller dans ce sens. C’est encore un peu flou pour l’instant parce que je vois difficilement comment traduire du qualitatif en quantitatif, mais je vais finir par trouver !

Quels sont les avantages pour un jeune diplômé de commencer par cette expérience professionnelle ?

Dans mon cas c’était clairement la situation rêvée car on m’a tout de suite mis au défi : dès le premier jour j’avais des missions très concrètes et j’ai pu organiser des événements, rencontrer des gens avec lesquels j’avais envie de mettre en place des partenariats, etc. Et tout cela avec l’autonomie la plus totale.

Plus globalement, ce qui est top avec ce type de poste c’est d’être le point de contact principal avec toutes les parties prenantes du projet. On rencontre énormément de monde et les gens comptent sur nous pour que l’on actionne les bons leviers au bon moment.

Quelles sont les qualités essentielles d’un Communication Manager ?

Il faut impérativement être à l’aise avec l’idée d’échanger avec des gens en permanence, savoir s’exprimer correctement et bien entendu être irréprochable sur l’exercice de la rédaction. Le bonus c’est d’être créatif, car il faut souvent trouver des idées et se démarquer.

C’est également important que l’entreprise ait envie que tu la représentes. Une qualité qui ne dépend pas que du candidat mais plus du « fit ». Pour cela, il faut absolument connaître l’entreprise dans laquelle on met les pieds.

Quelques conseils donnerais-tu à un candidat qui souhaiterait se lancer dans ce métier ?

Il faut croire en la boite ! Si l’on ne croit pas au projet et à ce que l’on fait, les résultats seront nécessairement décevants. Du coup ça nécessite une phase d’exploration importante avant de postuler dans une société. Je vois beaucoup de lettres de motivation standardisées et c’est évident que cette même lettre a pu être envoyée à 300 autres entreprises. Pour travailler dans le milieu de la communication ce n’est clairement pas un bon début !


Suivez Welcome to the Jungle sur Facebook pour recevoir chaque jour nos meilleurs articles dans votre timeline !


Envie de rejoindre NUMA ?

Pour aller plus loin

Les derniers articles

Suivez-nous!

Chaque semaine dans votre boite mail, un condensé de conseils et de nouvelles entreprises qui recrutent.

Et sur nos réseaux sociaux :