1000mercis fait partie de ces entreprises françaises qu’on ne présente plus… A bientôt 17 ans et plus de 52 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2015, le pionnier du Data Marketing continue à rêver les yeux ouverts.

Pour Welcome to the Jungle, Yseulys Costes a extrait quelques souvenirs de sa base de données.

23 février 2000 - L’acte de naissance

Sur le moment c’était un peu comme ça, on n’avait pas vraiment d’enjeu…” Dans le gris hivernal de Paris, le 23 février 2000, Yseulys Costes et Thibaut Munier enregistrent leur entreprise, 1000mercis, au registre du commerce. Les deux vingtenaires sont alors bien loin d’imaginer qu’ils viennent de donner naissance à un futur géant du Data Marketing... “Cette création était un peu inattendue” sourit Yseulys Costes. “Thibaut et moi venions du monde académique, nous n’avions jamais eu l’envie particulière de monter une boîte… À la base, nous cherchions juste des données pour nos thèses : lui dans le Marketing relationnel, moi dans le Marketing interactif.” C’est en croisant leurs besoins que l’idée de 1000mercis a jailli. “On s’est dit : si on ne se lance pas maintenant, on ne se lancera jamais.

Octobre 2002 - La consécration

C’est en octobre 2002 que 1000mercis réalise sa première grosse opération de Marketing interactif, avec l’opération “vols à gratter” pour Voyages-sncf. “C’était vraiment le début de notre travail opérationnel sur la data, les prémices de tous nos métiers, sur la donnée nominative puis non-nominative.” 142 000 internautes y participent : un véritable cas d’école, qui a longtemps hanté les pages du Mercator (best-seller du Marketing). “On a pu se rendre compte que notre vision, celle que la donnée allait changer la façon de faire du Marketing, avait un vrai sens pour les entreprises.”

Yseulys Costes

9 février 2006 - L’entrée en bourse

A tout juste six ans, déjà accompagnée financièrement par des grands comme Marc Simoncini (fondateur de Meetic), la jeune entreprise se paie le luxe d’une entrée en bourse. Un double enjeu : lever de l’argent pour accélérer le développement à l’international, tout en conservant l’autonomie stratégique. Un souvenir qui fait se mêler fierté et amusement dans la voix de la présidente. “Déjà, à la base, une IPO c’est une vraie aventure. Mais en plus, nous, on l’a fait sans DAF...” Outre l'intérêt financier, Yseulys salue un moment de grande introspection pour sa boîte : “Une entrée en Bourse nécessite de raconter le passé et l’avenir. C’est une espèce de miroir de nous-même qu’on a dû porter aux investisseurs.

Mai 2008 - Un premier rachat avec Ocito

Pour la première fois, 1000mercis rachète une entreprise : Ocito, spécialiste de la Pub et du Marketing mobile. “C’était stratégique : il nous fallait dépasser notre culture très desktop et accélérer dans le mobile.” Le rachat, cet “exercice nouveau” pour Yseulys et les siens, se passera excessivement bien : encore aujourd’hui le mobile reste une activité centrale pour le groupe. “Ocito, c’était aussi une histoire de personnes et d'une culture d’entreprise très proche de la nôtre. C’est pour cela que ça c’est si bien passé.

Juin 2009 - Premier bureau à l’étranger

Après des premiers clients opérés à l’étranger grâce à la cotation, 1000mercis pose ses premières valises à Londres. La filiale est montée par Dorothée Lacroix, la future patronne de l’international. “On a cette chance d’avoir des gens avec beaucoup de savoir-faire et qui ont grandi avec le groupe.1000mercis est aujourd’hui à NYC, Dubaï, Palo Alto, Amsterdam… “Et on opère dans plusieurs autres pays sans y être présent.”

Les bureaux parisiens, connectés au monde !

Décembre 2013 - Propriétaires à Paris

C’est peut-être un détail pour vous… Fin 2013, 1000mercis a racheté ses locaux parisiens, situés rue Chateaudun dans le 9ème arrondissement. “C’est un endroit qu’on aime et c’était important que les équipes se sentent chez elles.” L’occasion, aussi, de rappeler l’ancrage français du groupe et, quelque part, de rassurer sur la future installation d’Yseulys à Palo Alto. “C’est important d’exprimer les talents français à l’étranger et d’aller chercher du business tout en gardant une vraie assise en France. Ce n’est pas du tout contradictoire. La France reste le cœur du développement, de l’innovation et de la création d’emploi.

La vue sur Paris depuis la terrasse du bureau à Paris

2017 - Vers toujours plus d’international

Les deux années écoulées ont été particulièrement belles pour le groupe français, entre célébration des 15 ans et nouveaux clients globaux Europe-USA comme Procter et Gamble. Et 1000mercis compte bien continuer dans sa dynamique. “Fêter notre anniversaire c’est se rappeler que nous avons grandi, oui, mais c’est aussi se rendre compte que 16 ans c’est l’adolescence : on est très très loin d’être au bout du chemin. On est encore dans le début de l’aventure, il y a énormément de choses à construire dans nos métiers.” Surtout, Yseulys Costes a une bataille à mener : exprimer encore et toujours le talent français, au-delà des frontières et... au sein même de la Silicon Valley.


Suivez Welcome to the Jungle sur Facebook pour recevoir chaque jour nos meilleurs articles dans votre timeline !

Photo by Jukebox @1000mercis

Envie de rejoindre 1000mercis Group ?

Newsletter

Suis-nous !