S’il y a bien un chiffre à retenir pour 2016, ce sont les 2,02 milliards d’euros levés par nos entrepreneurs. En 2015 - année de tous les records - on atteignait déjà les 1,8 milliards d’euros, et ce notamment grâce aux spectaculaires 300 millions d'euros levés par Parrot. Qu'en est-il de l'année 2017 ? Histoire d’y voir plus clair et de booster votre culture G Tech, on a décidé de retracer les plus grosses levées de fonds de ces dernières années, réalisées en France ou aux Etats-Unis, par des startups françaises.

Parrot (2015) : 300 millions €

Sans surprise, c’est donc Parrot et ses fameux 300 millions d’euros levés en novembre 2015 qui dominent le classement. L’intention est claire : rester dans la technologie sans-fil et surfer sur la vague des drones qui déferle depuis un moment déjà sur la Silicon Valley, filant tout droit vers l’Europe.

OVH (2016) : 250 millions €

Ils avaient déjà récolté 267 millions entre 2013 et 2014, ils remettent ça en 2015 avec 250 millions d’euros. N°1 de l’hébergement Internet en Europe, l’entreprise connaît une croissance exponentielle depuis sa création et ne compte pas s’arrêter là. Après 250 millions d’euros - de chiffre d'affaires cette fois - en 2015, les frenchies comptent bien dépasser le milliard d’euros dans les 5 années à venir. Préparez vos CV !

BlaBlaCar (2015) : 200 millions €

Nouveau tour de table pour BlaBlaCar en 2015 : l’entreprise repart avec 200 millions de dollars (environ 177 millions d’euros), et devient au passage l’une des startups les plus financées d’Europe avec plus de 300 millions de dollars levés depuis sa création. Leur objectif ? Faire le tour du monde : ils en sont à 22 pays, et il en reste plein !

Sigfox (2016) : 150 millions €

100 millions d’euros levés en 2015, 150 en 2016 : les Toulousains peuvent être fiers de leur petit joyau Sigfox, dont l’implantation en Bourse est désormais prévue pour 2017. Présente dans 26 pays, cette startup fondée par Ludovic Le Moan et Christophe Fourtet compte aujourd'hui plus de 200 collaborateurs et espère doubler son implantation internationale d’ici 2018. À bon entendeur.

Deezer (2016) & Devialet (2016) : 100 millions €

  • En 2012 déjà, Deezer marquait les esprits avec une première levée à 100 millions d’euros. Concurrence féroce oblige - Spotify, Apple Music - 100 millions supplémentaires ont été injectés en 2016 avec une seule consigne : conquérir le monde. Chez Deezer, on ne se laisse pas démonter, c’est d’ailleurs pour ça qu’ils en sont là. On vous rappelle au passage leur devise : « Harder, Better, Faster, Stronger ».
  • Courant 2015, Devialet et leurs enceintes sans fil avaient pour leur part bouclé une levée de fonds de 25 millions d’euros. Noms des investisseurs : Marc Simoncini (Meetic), Jacques-Antoine Granjon (Ventes-Privées), Xavier Niel (Free) ou encore Bernard Arnault (LVMH). Cette fois en 2016 : Renault, Sharp (le fond de l’ancienne ministre de la Culture Fleur Pellerin) et même... le Jay-Z businessman, se laissent convaincre. À l’arrivée, 100 millions d’euros sur la table, et des projets dans toutes les langues.

Datadog (2016) : 94,5 millions $

Avec déjà 54 millions $ levés depuis sa création (2010), cette startup française fondée à New York ne comptait pas s'arrêter là ! Une 4e levée de 94,5 millions de dollars va lui permettre d'accélérer son développement R&D et de s'étendre plus largement hors des Etats-Unis (90% de son chiffre d'affaires) et notamment... en France ! Après avoir déjà convaincu plus de 1 500 clients (dont AirBnb, Netflix...), ce sont les candidats que le spécialiste du monitoring applicatif va attirer !

Showroomprive (2015) : 70 millions €

S’affirmer en Italie, au Portugal et en Espagne, avant de partir direction l’Asie : Thierry Petit et David Dayan on déjà tout planifié pour Showroomprivé sur les 3 années à venir. Après une entrée en bourse compliquée, mais réussie, ce bijou de l’entrepreneuriat français compte bien poursuivre son bonhomme de chemin.

Believe Digital (2015) : 60 millions $

Plus de 300 employés répartis sur 30 pays, Believe Digital est au cœur de la révolution qui secoue l’industrie musicale. Leur rôle : distribuer de la musique en ligne, petit jeu auquel ils sont redoutablement bons. L’argent de cette levée servira non seulement à étoffer les équipes d’ingénieurs et autres statisticiens, mais aussi… à racheter les concurrents qui voudraient leur barrer la route. Redoutables on vous dit.

LinkbyNet (2016) : 50 millions €

Des bureaux en France, au Canada, aux États-Unis, en Asie et à l’île Maurice, plus de 700 collaborateurs au compteur et 50 millions d’euros pour poursuivre leur développement à l’international. En prime : une salle de sport, un billard, un baby-foot, un toboggan (oui, oui, pour adultes), un terrain de basket…, chez LinkByNet le spécialiste du Cloud, il y a tout pour se sentir bien !

Scality (2015) : 45 millions $

Celle qui a été élue startup de l'année en 2015 par Ernst & Young et dont le chiffre d'affaires a progressé de 400% sur 2014-2015 a bouclé le 4e tour de tour de table depuis sa création en 2009.  Franco-américaine, elle a en effet choisi d'implanter son siège social à Palo Alto pour se développer plus rapidement sur le marché américain sur lequel le marché du stockage de données est très dynamique. Cette levée de fonds va lui permettre de s'étendre à l'international (Europe, Asie), grâce notamment au succès de son Ring de stockage, et de préparer son introduction en Bourse pour 2017.  

Teads (2016) : 43 millions €

Essentiellement active aux États-Unis, Teads est une startup spécialisée dans la vidéo publicitaire qui n’oublie pas d’où elle vient (loin de là). Nom des clients européens : Le Monde, The Guardian, TF1, France Télé, M6, Reuters ou encore le groupe Axel Springer. Ce qu’ils comptent faire avec leur 43 millions ? Racheter leurs concurrents asiatiques… et s’implanter là-bas. Tout simplement.

Drivy (2016) : 31 millions €

Pour louer son appart : Airbnb. Pour louer sa voiture : Drivy. On ne peut pas faire plus simple, et c’est sûrement l’argument qui a fait mouche auprès des fonds d’investissement. Dans l’idée, Drivy compte s’attaquer à nos pays voisins avant de franchir les frontières de l’Europe. C’est tout ce qu’on leur souhaite.

Oodrive (2017) : 65 millions €

Le spécialiste français du Cloud est un groupe éditeur de logiciels qui propose aux professionnels des solutions dans le partage de données, la sauvegarde en ligne et la confiance numérique. Oodrive emploie actuellement 350 personnes et fournit plus d’un million de clients dans plus de 90 pays. Cette levée de fonds de 65 millions d'euros, auprès des fonds français Tikehau Capital, MI3 et NextStage, servira à renforcer sa position sur le marché français et à accélérer sa croissance à l’international. 

GuestToGuest (2017) : 33 millions €

La pépite tricolore et collaborative est devenue le leader mondial de l'échange de maison. GuestToGuest réalise en mars 2017 sa 5ème levée de fonds, cette fois de 33 millions d’euros auprès de la Maif et d’investisseurs privés historiques. Une opération qui lui permet de racheter son concurrent américain HomeExchange (connu en France comme TrocMaison). 

Algolia (2017) : 53 millions $

Algolia est une startup franco-américaine créée en 2012 qui révolutionne l’expérience de recherche sur les sites et les apps. La pépite, passée par le très sélectif accélérateur Y Combinator, avait levé 18,3 millions de dollars en 2015, et lève de nouveau 53 millions de dollars (environ 47 millions d’euros) en juin 2017 auprès de business angels et de fonds SaaStr, Alven Capital, Point Nine Capital et Storm Ventures. Son ambition ? Diversifier encore d’avantage ses services et se déployer dans d’autres pays Européens - avec Londres en ligne de mire - et en Asie. 


Récapitulatif :

  • Parrot : 300M €
  • OVH : 250M €
  • BlaBlaCar : 200M €
  • Sigfox : 150M €
  • Deezer & Devialet : 100M €
  • Datadog : 94,5M $
  • Showroomprive : 70M €
  • Oodrive : 65M €
  • Believe Digital : 60M $
  • Algolia : 53M €
  • LinkByNet : 50M €
  • Scality : 45M $
  • Teads : 43M €
  • GuestToGuest : 33M €
  • Drivy : 31M €


Parce qu’ils le valent bien

Alors oui, on est encore loin, très loin, des 1,8 milliard (de dollars) levés par Snapchat en juin 2016. Néanmoins, nos entrepreneurs ont des idées, et les investisseurs leur font confiance. Et vous font confiance. Car oui, lever des fonds ne signifie pas seulement mettre en valeur une entreprise, cela signifie aussi valoriser toute l’équipe porteuse du projet. Une équipe dont vous pourriez… faire partie ?

Toujours plus de tribus françaises ayant levé des fonds recrutent sur Welcome to the Jungle :

Photo by BlaBlaCar

Partager sur

Newsletter

Suis-nous !