Partir travailler à... Marseille

  • AnoukAnouk
  • Publié il y a 6 mois
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Linkedin

Partir travailler à... Marseille

  • AnoukAnouk
  • Publié il y a 6 mois

La ville de la fabuleuse saga Taxi a plus d’un tour dans sa manche pour vous attirer dans ses filets. Déjà, c’est la ville la plus ensoleillée de France. À-t-on même besoin d’aller plus loin pour vous convaincre de vous y installer ? On va quand même essayer et surtout vous donner toutes les infos pour y vivre et y travailler. 

Un marché du travail toujours plus dynamique

Depuis ces trois dernières années, le taux de chômage n’a fait que reculer à Marseille, jusqu’à passer en dessous des 12%. La ville est particulièrement dynamique en termes de création d’emplois puisque 7 500 emplois de salariés privés ont été créés entre 2013 et 2016.

Les industries : 

Marseille est le berceau de beaucoup de sièges sociaux d’industries, lourdes (Total, ArcelorMittal… ) comme de pointe (Airbus Helicopters) ou encore dans le transport maritime (CMA CGM)*. Celles-ci sont à la recherche de techniciens en tous genres, et même de cadres juniors. L’industrie agro-alimentaire est aussi très présente avec les sièges de Haribo ou Ricard, sans compter les bureaux d’Orangina et Panzani !

L’immobilier et le BTP : 

La ville est toujours en mutation, et cela se ressent au niveau de ces deux secteurs, qui sont en forte demande de main d’oeuvre. Iter, entreprise spécialisée dans le nucléaire, propose 350 postes dans le secteur du BTP en 2018, et se retrouve ainsi deuxième du classement des entreprises qui embauchent le plus à Marseille.

Le secteur tertiaire : 

Ce dernier reprend du galon, et tous les métiers qui y sont liés sont très demandés, notamment dans le milieu du e-commerce, en plein développement. Comme dans le reste de la France, les profils digitaux sont particulièrement appréciés : développeurs, ingénieurs informatiques et autres data-scientists sont demandés.

La culture :

Marseille a été nommée capitale européenne de la culture en 2013, et l’effet n’est toujours pas retombé. Le secteur culturel est en pleine effervescence : 7 600 projets d’embauches pour les animateurs socio-culturel en 2017. En parallèle, « Il y a beaucoup d’initiatives admirables qui sont très peu connues, des gens qui se battent pour offrir des espaces de liberté qui profitent à toute une jeunesse » explique Antoine, diplômé des Beaux-Arts d’Aix-en-Provence et qui vit sur place depuis plus de quatre ans.

La Silicon Valley made in France

Marseille est à la pointe, et compte le rester : avec ses 20 000 kilomètres de câble qui la relie notamment à l’Afrique et à l’Asie du Sud-Est, la métropole offre l’un des réseaux internet les plus puissants d’Europe. Un argument de taille qui a permis d’attirer des entreprises internationales comme Interxion, qui propose, entres autres, des data-centers hyper connectés. 

En parallèle, il n’y a pas moins de neuf accélérateurs de start-up dans la ville, qui offrent un suivi personnalisé à chaque projet, et même, parfois, des financements. Marseille Innovation est la plus grosse pépinière, et après avoir signé un partenariat avec Amazon, elle est sur le point d’ouvrir son quatrième espace en 2018, qui accueillera à la fois des grands groupes comme CIC et de nouveaux incubateurs. Marseille concentre déjà plusieurs beaux succès entrepreneuriaux comme Avis-Vérifiés, qui aide les entreprises à collecter de “vrais” avis sur leurs services : la start-up a atteint presque 3 millions de chiffre d’affaire en 2016. De son côté, Jaguar Network, un hébergeur de données, explose tous les scores avec un chiffre d’affaire de 30 millions d’euros par an.

La qualité de vie, entre détente et coups de soleil

Insécurité, trafics de drogue et manque de modernité... La troisième ville de France a une certaine réputation qui la précède. Cependant, Pauline, qui vit sur place depuis 2010, atteste que « La ville a complètement changé depuis 10 ans » même si Antoine précise que comparé aux centres villes d’autres grandes villes françaises, « Marseille, c’est un peu l’anarchie ! » Comme nous l’avons souligné en introduction, Marseille est en plus la ville la plus ensoleillée de France, et ça se ressent : « Le soleil joue réellement sur l’humeur des gens, quand tu es à Marseille, les gens sont beaucoup plus détendus » déclare Antoine. 

Les activités extérieures quelles qu’elles soient sont donc de légion, notamment l’été : sorties à la plage ou aux Calanques, promenades en vélo, pique-niques dans les nombreux parcs de la ville, plongée sous-marine, verre en terrasse (si, si, ça compte)... Lucas, qui travaillent pour le festival RIAM depuis deux ans, ajoute que « La vie culturelle assez active, surtout l’été avec les événements en plein air qui se multiplient. » Le reste de l’année, Lucas explique que « la culture "underground" et "alternative" est en bonne forme avec un public curieux et des évènements accessibles, de qualité et très divers. » 

C’est aussi un moyen d’aller voyager de l’autre côté de la Méditerranée à moindre coût, tout comme en Espagne ou en Italie, qui sont finalement assez proches. Rappelons que Paris n’est plus qu’à 3h30 de train depuis l’installation de la ligne du TGV. Bref, pas le temps de s’ennuyer ! 

Mais attention, tout n’est pas rose : Marseille est aussi, malheureusement, la ville la plus polluée de France. C’est probablement lié au réseau de transport en commun, particulièrement frustrant (« Seulement deux lignes de métro ! » insiste Pauline) qui sauront apprendre la patience au plus Parisiens d’entre vous.

Budget

Transports : 

Deux lignes de métro, trois lignes de tramway, 119 lignes de bus pour une ville qui s’étend sur 240 kilomètres carrés (pour comparaison, Paris s’étend sur 105 kilomètres carrés)... Le pass XL est donc à 39 euros par mois (moins 50% pris en charge par votre entreprise, si vous êtes salarié). Vous pouvez aussi vous abonnez au service de location de Vélo, moyennant 5 euros par an : les 30 premières minutes sont offertes, puis c’est 50 centimes par heure. Marseille possède aussi le titre de ville la plus embouteillée de France donc évitez la voiture au maximum.

Loyer :

En février 2018, le prix moyen d’un mètre carré en location à Marseille est de 12,1 euro par mois, en légère augmentation, mais ça reste moitié moins qu’à Paris (et plus bas qu’à Lyon ou à Bordeaux). En revanche, le coût du loyer peut doubler en fonction des arrondissements : éviter par exemple de vivre dans le 8ème arrondissement si vous voulez faire des économies.

Le coût de la vie :

En 2018, le coût de la vie à Marseille est 6% en dessous de la moyenne nationale. Vous ferez probablement des économies dans tous les postes de dépenses : restaurants, courses, et bien entendu électricité (plus besoin de chauffage, ou presque !).


Il est maintenant temps d’investir dans un maillot de l’OM, et vous serez fin prêt pour emménager dans la belle ville phocéenne ! 

Liste des principales entreprises et PME à Marseille Provence Métropole

Pour aller plus loin

Les derniers articles

Suivez-nous!

Chaque semaine dans votre boite mail, un condensé de conseils et de nouvelles entreprises qui recrutent.

Et sur nos réseaux sociaux :