Partir travailler à Berlin

  • AnoukAnouk
  • Publié il y a 10 mois
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Linkedin

Partir travailler à Berlin

  • AnoukAnouk
  • Publié il y a 10 mois

Berlin n’a pas volé sa réputation de ville branchée ! Devenue le temple du cool en Europe, elle ne cesse d’attirer les citoyens Français, au nombre de 23 000 (officieusement, ils seraient plus de 35 000 !) Enfilez à votre tour vos Vans les plus vintage et partez à la conquête de la ville, une soirée underground après l’autre.

Le marché du travail

Alors que le taux de chômage allemand a baissé comme jamais pour atteindre 5,7% au début de l’année, celui de la capitale, lui, stagne à un niveau relativement haut : 9,6% en février 2017. Même si une start-up y serait créée toutes les vingt minutes, Berlin semble ne pas être l’Eldorado hipsterien qu’on s’imagine. Parler anglais reste un atout, notamment pour les entreprises internationales, mais révisez bien vos déclinaisons parce que trouver un emploi équivalent à un CDI français sans parler la langue nationale est particulièrement ardu : « Trouver un travail de qualité (bien payé et stable) relève d’un défi difficilement surmontable pour un non-Allemand » confirme Léo, un Français travaillant dans la communication parti vivre à Berlin pendant deux ans. Tentez votre chance dans les filiales des entreprises françaises installées dans la ville, au nombre de 650 selon la Chambre du Commerce. Vous pouvez aussi commencer par un petit job alimentaire le temps de progresser. Une dernière option serait de créer votre statut d’auto-entrepreneur, et de travailler depuis Berlin, qui offre de multiples espaces de coworking.

Les secteurs qui recrutent*

  • Ingénierie
  • Informatique : environ 37 K/an pour un ingénieur informatique junior
  • E-commerce : Zalando, Delivery Hero, Home 24 entre autres proposent des postes divers et variés.
  • Santé : 49 K/an pour un jeune diplômé
  • Finance

La vie en entreprise

Les personnes que nous avons interrogées ont le même son de cloche : rigueur et discipline sont les maîtres mots du monde du travail germanique, pas question de procrastiner ! Le quart d’heure de politesse à la française ne sera pas du tout apprécié, ni par les boss, ni par les collègues : le retard n’est pas une option. L’efficacité est le fer de lance de la culture du travail allemande. Il vous faudra travailler 40 heures par semaine en moyenne, mais vous n’aurez pas le temps de chômer. « Il ne faut pas trop compter sur une reconnaissance de vos managers », précise Alicia, qui vit à Berlin depuis plusieurs années et travaille dans le secteur de la publicité. Si ce n'est évidemment pas une règle absolue répandue dans toutes les entreprises allemandes, sachez donc que vous allez peut être devoir faire sans encouragement ni remerciement. 

Si vous pouvez aussi dire au revoir à vos RTT, sachez qu’il n’est, en revanche, pas courant de faire des heures supplémentaires : l’avantage de la rigueur allemande est que « les heures du contrat de travail sont scrupuleusement respectées » précise Léo. Hauts les coeurs ! La moyenne des salaires est plus basse que celle du pays… Mais le coût de la vie aussi, donc vous devriez vous en sortir.

Pour qui ?

Les oiseaux de nuit seront au paradis à Berlin, sa réputation de ville de la fête n’étant pas outrepassée. Soirées électro jusqu’à midi et galeries d’art underground sont au rendez-vous : vous ne vous ennuierez pas, même avec une petite bourse. Les moins fêtards d’entre vous trouveront aussi leur bonheur, dans les grands parcs et forêts disséminés dans la ville, quand même huit fois plus grande que notre capitale adorée. Cependant, on ne vient pas à Berlin (seulement) pour chiller, et préparez-vous à devoir travailler beaucoup, et bien.

Les gros plus

  • Le rapport salaire/qualité de vie est l’un des plus intéressants d’Europe.
  • La zenitude : pas de métros blindés, pas d’embouteillages, pas de klaxons, pas de bousculades sur les trottoirs : il y a de la place donc les gens sont plus calmes.
  • La ville est un véritable melting-pot de nationalités et de styles vestimentaires.

Les petits moins

Infos budget

Logement : 

Les loyers berlinois ont beaucoup augmenté ces dernières années mais cette flambée a été freinée par le gouvernement : les loyers ne pourront être augmentés “que” de 10% entre chaque bail. Malgré cette hausse importante, jusqu’à 40% pour certains logements, les loyers restent, dans la plupart des quartiers, bien plus bas qu’à Paris. Attention, certains appartements sont loués sans cuisine : vérifiez-bien avant de vous engager !

Santé : 

Si vous n’êtes pas sûr de faire votre vie à Berlin, vous pouvez souscrire à la Caisse des Français de l’Etranger, ce qui vous coûtera environ 100 euros par mois (faites votre devis ici). Berlin et vous, c’est du sérieux ? Vous pouvez alors choisir votre caisse d’assurance maladie (ou krankenkasse pour les plus bilingues d’entre vous) : il y a plus de 130 caisses d'assurance parmi six types de caisses différentes... Néanmoins, le taux de cotisation est le même pour tout le monde (à moins de gagner plus de 49 500 euros par an) : 14,6% partagé équitablement entre l’employeur et l’employé. À vous de faire votre choix, puis d’en informer votre employeur afin de recevoir votre numéro de sécurité sociale. Vous avez aussi la possibilité de prendre une assurance privée, mais si c’est le cas, il sera impossible de faire marche arrière et de revenir dans le service public.

Transports : 

Vous pouvez prendre un abonnement annuel : 63 euros/mois pour la zone centrale de Berlin, 67 euros/mois pour les zones B et C et 82 euros/mois pour les trois zones.

Internet : 

Armez-vous de patience car il faut prendre rendez-vous pour installer une connexion Internet chez vous, et cela peut prendre jusqu’à quatre semaines. Spécifiez-bien que vous souhaitez une connexion wi-fi sous peine d’être enchainé à votre câble ethernet jusqu’au prochain rendez-vous. Les prix des différents fournisseurs varient entre 20 et 40 euros/mois.

Le visa

Vous êtes français donc pas besoin d’un visa de travail, votre passeport suffit. En revanche, vous aurez quelques formalités administratives à ne manquer sous aucun prétexte sous peine de grosses complications… Première chose : une fois que vous avez emménagé, enregistrez-vous auprès de votre mairie. Ensuite, il vous faut déclarer votre religion (ou votre absence de religion) pour que vos impôts soient ajustés en conséquence. Si vous avez une voiture ou un chien, il faut les enregistrer aussi. Vu que vos impôts sont prélevés à la source, votre déclaration annuelle vous permettra probablement de récupérer de l’argent et ce serait dommage de passer à côté. Nous vous conseillons de demander de l’aide à un citoyen allemand, ou à un expatrié de longue durée.

Vous êtes donc fin prêt pour traverser la frontière : il n’y a plus qu’à accepter de devoir remplacer notre baguette nationale par un currywurst ! Bon appétit !


Suivez Welcome to the Jungle sur Facebook pour recevoir chaque jour nos meilleurs articles dans votre timeline !

* Source : connexion-emploi.com/fr

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Linkedin

Pour aller plus loin

Les derniers articles

Suivez-nous!

Chaque semaine dans votre boite mail, un condensé de conseils et de nouvelles entreprises qui recrutent.

Et sur nos réseaux sociaux :