Partir travailler à... Sydney

  • AnoukAnouk
  • Publié il y a 4 mois
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Linkedin

Partir travailler à... Sydney

  • AnoukAnouk
  • Publié il y a 4 mois

Qui n’a jamais rêvé de partir à l’autre bout du monde ? Après un voyage de 24 heures, Sydney répondra à tous vos désirs de dépaysement, sans pour autant vous plonger dans l’inconnu total : le compromis idéal pour une expatriation en douceur !

Le marché de l’emploi

Le taux de chômage à Sydney est particulièrement bas : 5,6% contre 9,5% en France. De plus, l’Australie a un grand besoin de main d’oeuvre : 30% d’offres d’emplois serait non pourvues. Le marché du travail est particulièrement flexible, ce qui permet de trouver (mais aussi de perdre) un emploi facilement. N’hésitez pas à faire appel à des agences de recrutement, très populaires à Sydney. Mais attention, même si le besoin en main d’oeuvre est important, parler Anglais reste indispensable. Si vous n’êtes pas au niveau, il est conseillé de commencer votre carrière australienne par un job alimentaire le temps de progresser. 

À la recherche d’un job dans une start-up ? Vous êtes au bon endroit : en 2017, le Sydney Start-up Hub, un complexe de 11 étages, a ouvert ses portes. Il accueille toute la semaine start-up et auto-entrepreneurs dans ses espaces de co-working mais c’est aussi un incubateur à part entière. On y trouve notamment Stone&Chalk, une start-up qui aide les autres start-up à lever des fonds : 180 millions de dollars australiens ont déjà été levés pour 90 entreprises différentes. 

Rendez-vous aussi au Spark Festival qui a lieu à l’automne pour networker dans l’éco-système de l'entrepreneuriat australien. Lors de l’édition 2017, une centaine d’évènements et conférences y ont été organisés, sur des sujets aussi variés que la blockchain, la fintech, l’intelligence artificielle, la santé ou même les nouvelles entreprises sociales. Pour postuler, adaptez votre CV aux normes australiennes : celui-ci doit faire au moins deux pages, qui doivent commencer par quelques phrases d’introduction. Décrivez plus précisément vos expériences professionnelles que sur un CV français. Notez bien vos coordonnées sur toutes les pages et n’ajoutez ni votre âge ni votre photo.

A lire : Postuler sur le marché anglophone : les bonnes pratiques 

Les secteurs qui recrutent

  • Hôtellerie, tourisme, restauration : il y a toujours beaucoup de postes à pourvoir, mais aussi beaucoup de demandes !
  • BTP : jusqu’à 5 000 dollars australiens (environ 3 200 euros) par mois pour les emplois les plus qualifiés
  • Informatique : 96K/an (en dollars australiens, soit 62 K/an en euros), en moyenne pour un consultant
  • Marketing et communication : de 7 600 à 15 000 dollars australiens (soit 5 000 à 10 000 euros) par mois pour les emplois qualifiés
  • Mécanicien : 4 600 dollars australiens (soit 3 000 euros) en moyenne par mois
  • La finance : vous pouvez obtenir un salaire d’au moins 134K/an (dollars australiens, soit 87K/an en euros) en tant que Finance Manager à Sydney
  • La santé : en moyenne, un médecin généraliste gagne 101K/an (dollars australiens, soit 65K/an en euros)
  • Le commerce : un Sales Manager gagne en moyenne 75K/an (dollars australiens, soit 48K/an en euros)

La vie en entreprise

L’ambiance de travail semble y être plus détendue, ce que nous confirme Ludovic, qui travaille dans l'événementiel à Sydney depuis un an : le stress est moins présent qu’en France”. La communication au sein des entreprises est particulièrement mise en avant. C’est ce que nous explique Paul, qui a choisi de s’établir à Sydney, parmi toutes les villes d’Australie : “il y a une vraie possibilité d’échanger avec mon manager, notamment quand ça ne va pas”. Sydney étant une ville particulièrement cosmopolite, vous aurez souvent des collègues originaires du monde entier, ce qui est toujours enrichissant.

Attention il y a aussi quelques désavantages : “beaucoup d’heures par semaine, pas de RTT” ajoute Ludovic. Paul le confirme aussi « j’ai pu travailler jusqu’à 70 heures par semaine. » Et absences injustifiées se soldent souvent par un renvoi en bonne et due forme. De même, la pause déjeuner n’est qu’une formalité et ne doit pas s’éterniser. Cependant, vous pouvez gérer vos horaires comme vous l’entendez : lève-tôt ? Commencez votre journée à 7h, pour quitter le bureau vers 15h, et profitez de votre après-midi. Le verre entre collègues du vendredi est aussi une institution qui contribue à créer une ambiance joviale sur le lieu de travail.

Les plus

Les moins

  • Le coût de la vie est plutôt cher, 7% plus élevé qu’à Paris, ce que nous confirme Paul comme Ludovic : « Sydney est une ville chère, qu’il s’agisse des courses, comme du loyer. »
  • Seulement quatre semaines de congés payés par an, même si s’y ajoutent dix jours de congés payés personnels (en cas de maladie, ou de maladie de ses enfants) et deux jours de congés payés exceptionnels.
  • Le coût de la scolarité des enfants : minimum 6000 dollars/an pour une école publique, ce qui peut monter à 30 000 dollars/an pour une école privée. Le Lycée Concordet (école française) demande au moins 14 500 dollars/an pour un élève de maternelle.
  • Pour les plus fêtards d’entre vous : les boîtes de nuit ferment à 3 h du matin.


Pour qui ?

Sydney est classée 7eme dans le Global Liveability Report de 2017, qui note les villes du monde entier en fonction de leur stabilité, de l’accès à la santé, l’environnement, la culture, l’éducation et la qualité des infrastructures. Une preuve supplémentaire qu’il y fait bon vivre ! 

La ville étant la capitale économique de l’Australie, vous y retrouverez tous les avantages d’une grande métropole : loisirs et sorties en illimité ! Cependant Sydney se démarque du fait de sa localisation proche de la mer, qui vous permet de vous croire en vacances même le week-end : baignade, bronzage, sports nautiques et barbecues en libre service sont au rendez-vous, afin de bien décompresser avant de reprendre votre semaine. Si vous êtes sportif, vous ne serez pas dépaysé : les habitants de Sydney n’hésitent pas à faire leur jogging avant leur journée de travail ou à leur pause déjeuner. Les compétitions sportives sont suivies avec attention : elles sont évidemment retransmises dans tous les bars de la ville, et parfois même en entreprise ! Enfin, les passionnés d’architecture en auront pour leur argent entre l’Opéra de Sydney, qu’on ne présente plus, et l’Harbour Bridge, duquel vous aurez une vue époustouflante sur toute la ville.

Infos budget

Logement

Trouver un logement à Sydney n’est pas forcément chose facile : la concurrence est rude, et les loyers sont élevés. Ainsi vivre dans un 45 mètres carrés peut vous coûter entre 1 804 (1 163 euros) et 2 721 dollars (1 755 euros) par mois en fonction du quartier. Par ailleurs, les propriétaires vous demandent de vous engager sur six voire douze mois, ce qui peut être contraignant. De nombreux expatriés se dirigent donc vers la colocation dans un premier temps comme l’explique Ludovic : « il y a une vraie culture de la colocation car c’est impossible de trouver un logement où vivre seul. » Vous pouvez louer un lit dans une chambre à partager à 150 dollars/semaine, et ce sans engagement (mais sans beaucoup d’intimité). Sachez que sur les annonces, les loyers sont affichés par semaine et que celui-ci doit être payé tous les 15 jours. Une caution vous sera demandée : l’équivalent de quatre à six semaines de loyer. L’été, les prix des loyers augmentent dans les quartiers situés au bord de la mer. Fait étonnant, la plupart du temps, les logements ne sont pas munis de chauffage : même s’il fait doux pendant presque la totalité de l’année, le thermomètre peut tout de même passer en-dessous des 10 degrés en hiver. Préparez-vous à investir dans un petit chauffage électrique ou emmenez vos pulls en laine dans votre valise.

Santé

Vous devez impérativement souscrire à une assurance santé si vous optez pour l’option Visa Vacances Travail ou visa de travail temporaire : vous ne pouvez pas bénéficier du système de sécurité sociale australien. Cependant, vous êtes tout de même prélevé du Medicare Levy (2% du salaire) : n’oubliez pas de demander votre exonération au moment de votre déclaration d’impôt. Pour ce, il vous faut télécharger le formulaire 3169 afin de bénéficier de votre remboursement. Les détenteurs d’un visa de travail permanent sont éligibles au régime de sécurité sociale appelé Medicare : rendez-vous dans un centre Medicare avec votre passeport pour obtenir votre carte d’affilié. La consultation chez le généraliste coûte 40 dollars et est remboursée à 75%. Pour consulter un spécialiste, vous devez être recommandé par un généraliste, sans quoi vous ne serez pas remboursé. Certaines spécialités ne sont malheureusement pas remboursées du tout : le dentiste, l’ophtalmologue, le kinésithérapeute, le gynécologue. De même, de nombreux médicaments ne sont pas remboursés, ce qui poussent un tiers des résidents australiens à souscrire à une assurance complémentaire privée.

Transports

Dès votre arrivée à l’aéroport, demandez une carte Opal, gratuite, qui vous permet d’utiliser tous les transports en commun. Vous pouvez aussi télécharger l’application sur votre smartphone. Vous n’avez plus qu’à la charger du montant de votre trajet. Celui-ci augmente en fonction des kilomètres parcourus : comptez un minimum de 2,10$ pour le bus et le tramway, 3,38$ pour le métro et 5,74$ pour le ferry (car oui le ferry est un moyen de transport comme un autre à Sydney). La bonne nouvelle, c’est qu’il existe des plafonds : vous ne pourrez pas dépenser plus de 15,40$ par jour ou 61,60$ par semaine. De plus, 30% de réduction est appliqué pendant les heures creuses (entre 7 et 9h et 16 et 18h30), le week-end et même les jours fériés. Le dimanche le ticket ne coûte que 2,50$ pour la journée (et un nombre de trajet illimité).

Internet / téléphonie mobile

Comptez minimum 45$ par mois pour une connexion Internet. Pour votre smartphone, ça dépend de vous : si vous restez moins d’un an, il est déconseillé de s’engager dans un forfait : dirigez-vous vers les cartes prépayées. Si vous restez plus longtemps, vous pouvez vous engager auprès d’un opérateur mobile qui propose des contrats de deux ans minimum en général. Ces derniers proposent des tarifs assez élevés : 59$ par mois minimum pour l’opérateur Telstra par exemple. Cependant, il existe des offres spéciales répertoriées sur des sites dédiés : à vous de trouver votre bon plan !

Infos Visa & autres formalités administratives

Visa Vacance Travail

Si vous avez moins de 30 ans, c’est l’option la plus facile pour vivre au moins un an sur place. Pour obtenir le visa, vous devez avoir au moins l’équivalent de 5 000 dollars australien (soit 3 200 euros) sur votre compte bancaire, avoir une assurance maladie, avoir entre 18 et 31 ans et payer 440 dollars (comptez 80 dollars supplémentaires si vous ne faites pas votre demande en ligne). Une fois reçu le mail de confirmation du bureau de l’Immigration australien, vous avez douze mois pour atterrir en Australie. Vous pourrez alors exercer n’importe quelle activité professionnelle à Sydney, et même étudier pendant quatre mois maximum. Cependant, il est interdit de garder le même emploi plus de six mois. Vous pouvez renouveler votre visa pendant une année supplémentaire si vous avez travaillé pendant trois mois dans les secteurs suivants : la culture ou l’élevage, l’aquaculture, la perliculture ou l’abattage d’arbres, les mines et le bâtiment et dans des zones géographiques spécifiques.

Employer Nomination Skill Visa (186)

Une entreprise vous sponsorise pour obtenir un visa de travail temporaire. L’entreprise en question doit être validée comme sponsor et soumettre votre candidature au gouvernement australien. Vous pouvez même être sponsorisé depuis la France. Quoi qu’il en soit, le visa coûte 3 520 dollars australien, somme payée en général par l’entreprise et la demande est traitée en six mois.

Skilled Independent Visa (189)

Seules certaines professions sont éligibles, professions dont vous pouvez consulter la liste et créer votre profil sur le programme SkillSelect mis en place par le gouvernement australien : peut-être recevrez vous une invitation d’une entreprise ! Vous aurez alors soixante jours pour vous décider à faire le grand saut. Le prix est le même que pour le visa précédent, mais la demande est traitée en seulement trois mois.

Le Tax File Number (TFN)

Vous devez vous procurer ce numéro dès votre arrivée en Australie, car il est obligatoire pour travailler. Si vous ne le communiquez pas à vos employeurs, vous serez taxé à 47% de vos revenus ! Remplissez le formulaire en ligne et vous le recevrez par la poste dans les trois semaines suivantes. Ou rendez-vous dans l’agence gouvernementale de Sydney : Shop 1, 32, Martin Place, Sydney NSW 2000 2067.

Certifications en tous genres

Attention, si vous souhaitez être professeur ou travailler avec les enfants, il vous faire la demande d’un Working With Children Check. Il vous sera demandé un certificat de formation aux premiers secours. De même, pour travailler sur les chantiers, vous devez obtenir la White Card (à partir de de 40 dollars) : vous devez vous inscrire et participer à une formation sur la sécurité, sur la législation australienne concernant la santé et la sécurité au travail et sur les règles à adopter pour éviter de se blesser. Vous pouvez faire la formation en ligne et télécharger votre certificat ou vous rendre dans un centre de formation. De même, si vous voulez travailler dans la restauration, il faut passer le Responsible Service of Alcohol (RSA), obligatoire dans tout le pays. Comptez 40 dollars minimum, pour une certification que vous pouvez obtenir en ligne ou dans un centre spécialisé.

Vous n’avez plus qu’à survivre au (très) long voyage qui vous attend, avant de pouvoir plonger dans l’effervescence de Sydney : haut les coeurs ! 


Suivez Welcome to the Jungle sur Facebook et abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir chaque jour nos meilleurs articles !

Pour aller plus loin

Les derniers articles

Suivez-nous!

Chaque semaine dans votre boite mail, un condensé de conseils et de nouvelles entreprises qui recrutent.

Et sur nos réseaux sociaux :