« Le bonheur ne se veut pas tout fait mais sur-mesure », André Gide

C’est certainement cette idée du bonheur sur-mesure que le luxe met depuis des années en avant. Un bonheur qui ne serait donc réservé qu’à une élite pouvant se l’offrir. Mais ça, c’était avant ! Les jeunes startups de la mode révolutionnent le concept de personnalisation en le rendant beaucoup plus accessible. Extrêmement vives et souvent avant-gardistes, elles n’hésitent pas à s’approprier les nouvelles technologies afin de proposer au client final un produit ou un service innovant et créé sur-mesure. Avec les exemples de LE CHEMISEUR®, Gemmyo ou encore AskAnna, décryptage d'un vrai phénomène... de mode !

Quand le sur-mesure rime avec luxe

Dans le secteur du luxe, le vêtement sur-mesure correspond ni plus ni moins à la haute couture pour les femmes et à la grande mesure pour les hommes. En effet, comme son nom l’indique, le sur-mesure consiste à se faire faire un vêtement selon ses mensurations. Il s’agit alors d’une pièce unique. Cela implique nécessairement un temps de travail bien plus important, mais aussi des compétences artisanales puisque ce sont les « petites mains », à savoir les couturières pour le vestiaire féminin et les tailleurs pour le vestiaire masculin, qui prennent les mesures, établissent les patrons et cousent. Inutile de préciser que plus c’est artisanal, plus il y a de travail manuel, plus le coût final est élevé. C’est évidemment la différence majeure entre le sur-mesure et le prêt-à-porter qui est littéralement conçu pour être porté immédiatement grâce à un système de grille de tailles pré-établies afin que chacun puisse trouver un vêtement qui lui aille.

C’est en cela que le sur-mesure et la personnalisation du vêtement étaient naturellement réservés au secteur du luxe, ces deux concepts étant évidemment incompatibles avec la consommation de masse !

Une ubérisation de la mode

Aujourd’hui, le consommateur est de plus en plus exigent et consomme de façon raisonnée. Il recherche désormais des produits qui lui vont parfaitement bien et à prix raisonnable.

Ressentant alors ces nouvelles façons de consommer la mode, les jeunes startups ont très vite compris qu’il fallait innover. En effet, l’ubérisation de notre société conduit les consommateurs à vouloir des services et des produits de qualité mais à moindre coût. Ces très jeunes entreprises ont donc rapidement réagi afin de proposer une nouvelle façon d’envisager le sur-mesure, ainsi qu’il ne soit plus réservé à une élite. Comment ? Grâce à la technologie. Jan, fondateur de la marque LE CHEMISEUR® a ainsi développé un algorithme breveté qui permet de se créer soi-même une chemise sur-mesure et totalement personnalisée en ligne. Plus besoin de se rendre chez votre tailleur pour qu’il vous prenne vos mesures, tout se fait depuis votre ordinateur ! La question du budget n’est alors plus un problème puisque l’énorme gain de temps que permet la technologie permet à la marque d’absorber plus de clients et donc de diminuer les coûts. 

On assiste alors à l’apparition de produits personnalisés de masse et cela n’est de fait plus réservé au luxe.

Un phénomène transversal

Dans le secteur de la mode, le sur-mesure est essentiellement recherché des hommes. Si les femmes aiment plutôt les produits tendances et fonctionnent beaucoup au coup de coeur, les hommes quant à eux recherchent avant tout un produit bien taillé et de bonne qualité. La bonne longueur de manches, la manière dont tombe un pantalon ou encore l’ajustement des épaules sont des critères essentiels pour l’homme. Naturellement, le sur-mesure s’oriente ainsi plus vers l’homme que la femme.

Toutefois, le sur-mesure et la personnalisation existent également dans d’autres secteurs que celui de l’habillement où cette fois il parlera beaucoup plus à la femme. Un exemple ? La joaillerie. L’idée d’avoir un bijou unique et totalement personnalisé plait énormément aux femmes. Et ça, GEMMYO l’a très vite compris ! Lancée en 2011 exclusivement sur internet, la jeune maison de joaillerie offre la possibilité de personnaliser 2000 modèles différents en choisissant parmi plusieurs pierres précieuses et métaux précieux.

La personnalisation jusqu’à l’expérience client

Le phénomène de personnalisation et du sur-mesure va même au-delà du produit puisqu’il s’attaque aujourd’hui de plus en plus à celui de l’expérience client. L’enjeu pour les maisons de luxe est bien de proposer une expérience online aussi forte et personnalisée que l’expérience offline. Les grandes marques, essentiellement dans le secteur du luxe, ont encore du mal à proposer une vraie offre e-commerce. Par exemple, la célèbre maison Boucheron utilise la nouvelle technologie de la réalité augmentée, c’est-à-dire un essayage virtuel. Par le biais d’une application, la cliente prend son poignet en photo afin d’avoir un aperçu d’un bracelet par exemple. Ou encore, l’application Hugo Boss vous affiche une sélection de produits de la marque directement inspirée d’une photo que vous aurez précédemment téléchargée.

Bien évidemment, les startups mode se sont emparées du sujet et ont à coeur de proposer toujours plus d’innovation dans la personnalisation.  Ainsi, AskAnna reproduit , via une app', l’expérience du conseil en direct qu’on ne peut normalement avoir que dans les cabines d’essayage de boutiques physiques. Comment ? L’utilisateur envoie des photos de ses essayages, depuis chez lui ou même depuis une vraie cabine d’essayage, à une communauté de passionnés qui lui donneront instantanément leur avis.

Le sur-mesure n’est donc plus réservé au luxe et ça c’est une bonne nouvelle ! L'innovation et la rapidité d'action des startups dans la mode ont permis de proposer un service de qualité au client et ainsi challenger les plus grands noms du luxe. Leur atout ? Contrairement aux anciennes maisons qui doivent encore s’adapter au digital, les startups, elles, sont nées avec !


Suivez Welcome to the Jungle sur Facebook pour recevoir chaque jour nos meilleurs articles dans votre timeline !

Photo by WTTJ @LECHEMISEUR®

Newsletter

Suis-nous !