Vous avez fait un entretien sans faute, su habilement vous montrer intelligent (mais pas prétentieux), drôle (mais pas déplacé), motivé (mais pas creepy). Arrive maintenant la difficulté finale : « Avez-vous d'autres questions à poser ? » Trop nombreux sont les candidats presque-parfaits à avoir chuté dans cette dernière épreuve. Voici le florilège des questions à éviter en entretien de recrutement.

« Tourne 7 fois ta langue dans ta bouche avant de parler. » Mamie

Les questions no-go, never, même-pas-négociable

« Vous vendez quoi vous déjà ? » 

On exagère, mais beaucoup de candidats posent des questions si élémentaires sur l'entreprise qu'ils prouvent qu'ils ne sont pas suffisamment renseignés. Personne n’attend de vous de connaître la pointure du PDG, mais partez du principe suivant : si vous posez une question dont la réponse peut se trouver en trois clics sur Google... c'est probablement une mauvaise question.

« Est-ce que vous m’embauchez ? » 

Un recruteur voit en général plusieurs candidats et prend rarement une décision seul. Non seulement, il ne pourra pas vous répondre, mais en plus vous passerez pour une personne indélicate et complètement ignorante des codes de l'entreprise.

Si vous posez une question dont la réponse peut se trouver en 3 clics sur Google... c'est probablement une mauvaise question.

« Peut-on obtenir une promotion rapidement ? » 

Jeune fou ! Un peu de patience, faites d'abord vos preuves avant d'envisager votre avancement. Cette question peut au mieux amuser votre interlocuteur qui y verra l'impatience de la jeunesse... ou au pire, vous faire passer pour un ambitieux aux dents qui rayent le parquet. Votre recruteur risque également de penser qu'en cas de progression trop lente, vous quitterez l'entreprise (c'est peut-être vrai, mais gardez ça pour vous).

« Le chef est sympa ? » 

S'il est naturel d’être curieux des façons de manager et de l’atmosphère de travail dans votre potentielle équipe, aborder la question de façon aussi franche est dangereux. Si vous avez eu des échos inquiétants sur un manager et que vous souhaitez aborder ce point, choisissez des tournures plus subtiles : « que pouvez-vous me dire de mes interlocuteurs les plus proches ? » ou « quel type de management est encouragé au sein de l’entreprise ? »

Les questions à garder pour le dernier entretien

« Combien de RTT proposez-vous ? » 

Biiiiip, mauvais départ. Dans la même catégorie, évitez d'aborder le sujet des vacances de vous-même. Généralement, et à moins que la prise de poste soit extrêmement urgente, vous pouvez même négocier des congés anticipés si vous en parlez au dernier entretien… mais pas avant.

« Quels sont les horaires ? » 

Il n'y a pas que le travail dans la vie... Mais évitez de montrer que c’est votre sujet de préoccupation principal dès le premier rendez-vous. La question des horaires reste taboue et laisse penser que vous n'avez pas l'intention de vous donner à fond. Elle risque de vous faire passer pour un paresseux ou un opportuniste aux yeux de certains recruteurs si vous la posez trop tôt.

La question des horaires reste tabou et laisse penser que vous n'avez pas l'intention de vous donner à fond.

« C'est possible de partir plus tôt le mardi ? Parce que j'ai foot avec les copains... » 

Les contraintes personnelles, et même si elles sont légitimes (comme récupérer ses enfants à la garderie avant 18h00), peuvent évidemment être abordées... mais attendez un peu.

« Et sinon, vous avez des places de ciné moins chères ? » 

Évoquer les avantages divers (tickets restaurant, CE, jours de congés supplémentaires, etc.) dès le premier rendez-vous est délicat... Vous risquez de donner l'impression que ces avantages sont déterminants dans votre motivation pour le poste.

« Quel salaire proposez-vous ? » 

En général, une fourchette est indiquée sur l'annonce ou vous est demandée lors d'une première prise de contact téléphonique. Mais même si ce n'est pas le cas, évitez le sujet lors du premier entretien, sauf s'il est directement abordé par le recruteur. Dans un premier temps, vous êtes là pour présenter votre expérience et montrer votre intérêt pour le poste.

À lire aussi : Salaire, on en parle ?

Qu'en pensent les pro' ? 

Solène Muller, Directrice des Ressources Humaines chez Eden Park nous explique que le marché du travail commence à s’équilibrer. Pendant longtemps le recruteur était en position de force, mais aujourd’hui l’offre est assez conséquente pour que le candidat reprenne du pouvoir. Une situation plus intéressante, mais qui conduit également à certaines indélicatesses, particulièrement visibles lors des entretiens de recrutement : « un candidat doit d’abord convaincre le recruteur. Pour cela, il doit s’intéresser au poste, à l’équipe et à l’entreprise dans son ensemble. C’est seulement ensuite, dans le dernier entretien ou lors de la signature de la promesse d’embauche, qu’il doit poser les questions d’ordre matériel. En les évoquant avant, le candidat prend le risque de paraître plus intéressé par les avantages offerts par l’entreprise que par les missions qui lui sont proposées. »

« Un candidat doit d’abord convaincre le recruteur. C’est ensuite, dans le dernier entretien ou lors de la signature de la promesse d’embauche, qu’il doit poser les questions d’ordre matériel. » Solène Muller, DRH chez Eden Park

Pour éviter les questions faux-pas, préparez-vous et faites des fiches. Vous pouvez même les garder avec vous, elles montreront que vous êtes préparé et investi. Si les questions matérielles sont primordiales et que vous avez besoin d’obtenir une réponse avant de vous investir dans une candidature, rencontrez des salariés (ou ex-salariés) et demandez-leur ce qu'il en est. Entre LinkedIn et votre réseau d’anciens, il est très facile d’entrer en contact et d’échanger sur un poste avant même d’envoyer une candidature, alors pas d’excuses.

À lire aussi : Entretien d’embauche : les 20 meilleures questions à poser au recruteur.


Suivez Welcome to the Jungle sur Facebook pour recevoir tous nos meilleurs articles dans votre timeline !

Envie de rejoindre Eden Park ?

Newsletter

Suis-nous !