Médecin né au Brésil, Jorge Gomes a tout quitté : son métier, son pays et sa famille pour devenir CTO à Paris. Il fallait oser. Mais à l'écouter, tout cela n’a pas été si compliqué. Retour sur un parcours singulier qui donne terriblement envie de se lancer.

Au Brésil, à mon époque, l’université était le seul moyen de réussir.

« Au Brésil, à mon époque, l’université était le seul moyen de réussir dans un climat politique et économique très instable. Il y avait trois parcours possibles : médecin, avocat ou fonctionnaire. » Pour Jorge, ce sera la médecine. Pas de véritable vocation donc mais plutôt un choix de raison. Malgré ce choix par défaut, Jorge se dédit complètement à ses études et réussit avec succès ses premières années. Un jour, un congrès international de médecine est organisé et Jorge a l’opportunité d’y participer. Il y rencontre des médecins étrangers dont plusieurs médecins français.

Première difficulté, Jorge ne parle pas français mais parvient à échanger avec des médecins venus de Guyane française. À la fin du congrès, ces derniers lui proposent de rejoindre leur hôpital pour un stage en médecine d’urgence. « Depuis tout jeune, je voulais voyager, connaître d’autres pays et parler d’autres langues. C’était l’occasion idéale. » Direction la métropole. Fort de deux expériences précédentes, Jorge obtient ensuite une bourse d’études pour poursuivre son parcours universitaire à Paris.

Pourtant, après cette parenthèse française, Jorge doit rentrer au Brésil pour finir les quatre dernières années d’études nécessaires à la validation de son diplôme. « Quand je suis retourné au Brésil finir mes études, je me suis posé beaucoup de questions. La France m’avait ouvert les yeux sur beaucoup de choses. La vie que je souhaitais vivre n’était pas dans la médecine. Je le savais. Je me rappelle souvent cette citation de Benjamin Disraeli, « la vie est trop courte pour être petite ». Au Brésil, je vivais une vie petite, une vie qui ne me ressemblait pas. Ma vie était ailleurs. »

La vie que je souhaitais vivre n’était pas dans la médecine.

Jorge (re)commence alors à s’intéresser à l’informatique en autodidacte. « Quand j'avais 13 ans mon père m’a offert mon premier ordinateur. À l’époque, il n’y avait pas Internet. L’ordinateur, on s’en servait soit comme d’une machine à écrire, soit on le bidouillait, on essayait de comprendre, d’imaginer ce qu'on pouvait en faire. J’ai toujours pensé que l’ordinateur était un couteau suisse moderne, une formidable boite à outils pour aider l’Homme au quotidien. »

Jorge se passionne alors rapidement pour les nouvelles technologies et cherche l’inspiration aux États-Unis avec Steve Jobs et Bill Gates notamment. Leur point commun : être passés sur les bancs de l’université. « J’ai réalisé à ce moment-là que mes études de médecine n’étaient pas vaines. J’ai enfin compris que l’université était une vraie chance. Une chance de réfléchir différemment, de comprendre un problème, de trouver des solutions pour innover. »

L’exercice de la médecine apprend également à savoir gérer des urgences, à connaitre ses limites et surtout à prendre des décisions. « Quand tu as la vie d’un patient entre les mains, tu n’as souvent que quelques minutes pour agir. C’est à toi que revient la lourde tâche de prendre une décision. » Prendre des décisions pour les autres donc, mais aussi prendre une décision pour soi. Car la plus grande difficulté selon Jorge, c’est d’avoir eu le courage de se lancer. « Quand tout le monde autour de toi te persuade du contraire. Quand les gens te disent que tu ne peux pas tirer un trait sur tant d’années d’études. Que tu vas tout gâcher. Que de toutes façons il est trop tard pour switcher. » Mais Jorge décide de se faire confiance. 

Mon parcours atypique, c’est une des raisons pour laquelle je travaille aujourd’hui chez My Little Paris.

Après avoir obtenu son diplôme, Jorge déménage finalement à Paris en 2007 avec la sensation d’être enfin là où il doit être. Il monte d’abord une première start-up, un moteur de recherche dans le vin, avec deux amis français rencontrés lors de ses études. Puis, les choses s’enchainent : difficultés, opportunités, défis et puis une rencontre, My Little Paris. Newsletter, applications mobiles, box, studio de création, incubateur, My Little Paris c’est tout ça à la fois. « Mon parcours atypique, c’est une des raisons pour laquelle je travaille aujourd’hui chez My Little Paris. Ici on ne te demande pas ce que tu sais faire mais ce que tu es. Travailler ici, c’est être au travail comme tu es dans la vie. »

Directeur technique général, directeur de l’innovation technique, mentor... Le job de Jorge n’est pas défini par un poste mais par une succession de challenges à relever. Une mission finalement pas si éloignée de son premier métier : soigner une communauté en mal de bons plans et de nouveautés. Pour Jorge, l’informatique c’est ça : réfléchir à de nouveaux produits, de nouvelles fonctionnalités, de nouveaux business aussi et ne pas se limiter au code. 

Aujourd’hui, Jorge est heureux. Il a trouvé sa place et un équilibre qui lui fait attendre avec impatience le lundi matin. Et quand on lui demande de faire le bilan, il nous répond avec sérénité que s’il devait recommencer, il ne changerait rien


Suivez Welcome to the Jungle sur Facebook pour recevoir tous nos meilleurs articles dans votre timeline !

Envie de rejoindre My Little Paris ?

Newsletter

Suis-nous !