L’art de slasher ou comment cumuler plusieurs métiers

  • December 22, 2017

Pourquoi choisir un seul métier quand on peut en exercer plusieurs ?

Avez-vous déjà entendu parler du "slashing" ? Un indice : cette expression fait référence au slash, cette barre inclinée qui permet de séparer plusieurs idées ou d’exprimer le « et/ou ». Il s’agit tout simplement d’un terme anglo-saxon qui désigne le fait d’exercer plusieurs métiers en même temps, par choix. Si cela est très répandu aux États-Unis, il arrive progressivement en France puisque ce nouveau mode de travail touche plus de 4,5 millions de français, soit 16% de la population active !

Né du refus de s’enfermer dans un seul métier, le multitasking est avant tout une source d’épanouissement personnel et dit adieu au trop célèbre « métro-boulot-dodo ».

Alors si cette façon d’envisager votre vie professionnelle vous tente ou si vous pratiquez déjà l’art du slashing sans le savoir, cet article est fait pour vous !

La recherche d’épanouissement personnel

Si cumuler plusieurs métiers était d’abord une façon de joindre les deux bouts, aujourd’hui, cela résulte plutôt d’un choix : celui de ne pas s’enfermer dans un poste, dans une routine. Et contrairement à ce que l’on peut penser, cela touche avant tout les plus diplômés.

Pourquoi ? Dans un contexte économique difficile, même avec un bac +4, 5, 6 et plus, il est devenu difficile de trouver un emploi à la hauteur de ses espérances. Les jeunes diplômés se retrouvent très souvent à accepter des postes qui ne correspondent pas à leur niveau de compétences et par la force des choses ils s’ennuient et ne s’épanouissent pas. Désillusionnés, les jeunes cadres vont alors chercher en parallèle de leur CDI d’autres activités plus excitantes et pour lesquelles ils seront leur propre patron grâce notamment au statut d’auto-entrepreneur. Ce n’est, la plupart du temps, pas une question financière mais bien une recherche d’épanouissement personnel, qui aujourd’hui prime sur le salaire. Car en effet les slasheurs n’hésitent pas à accepter un « petit » salaire si c’est pour faire ce qu’ils aiment tout en étant libres.

Le slashing incarne ainsi une considération très moderne : le refus du choix. Plutôt que d’opposer des métiers, les slasheurs les superposent : directeur financier le jour/DJ la nuit, responsable commercial/pigiste, avocat/professeur de yoga…Pourquoi choisir un seul métier quand on peut en exercer plusieurs ?

Les slasheurs n’hésitent pas à accepter un « petit » salaire si c’est pour faire ce qu’ils aiment tout en étant libres.

Du zapping culturel au zapping professionnel

Âgés de 25 ans à 35 ans, les slasheurs sont essentiellement issus de la génération Y, cette génération hyper connectée qui a grandi avec Internet : 12 onglets ouverts en même temps, leur série favorite en téléchargement, le dernier album de leur chanteur préféré en boucle, un article Wikipédia en cours de lecture et trois discussions simultanées avec leurs amis, bref la génération Y ne supporte pas de s’ennuyer. Et Internet contribue largement à l’émergence de ces nouveaux profils : du zapping culturel est né le zapping professionnel car le pluriactif est un serial learner qui ne limite pas ses connaissances à ce qu’il a appris au cours de ses études. Grâce à Internet, il recherche constamment l’information qu’il a à portée de main et est plus que jamais ouvert sur le monde.

Du zapping culturel est né le zapping professionnel car le pluriactif est un serial learner qui ne limite pas ses connaissances à ce qu’il a appris au cours de ses études.

Les slasheurs ont ainsi appris à maîtriser les outils digitaux pour leur usage personnel et multiplient les centres d’intérêt : prendre de belles photos, filmer, retoucher des images, mais aussi étendre leur réseau et multiplier leurs références culturelles. Tous ces atouts sont transposables dans le monde professionnel. L’ultra digitalisation n’a pas que du mauvais ! Cette hyperactivité culturelle nourrit et prouve quotidiennement que d’autres façons de travailler existent.

Des prédispositions à slasher

Certes, le propre du slasheur c’est bien qu’il n’y a pas de profil-type mais on retrouve chez les adeptes du multitasking des traits de caractère communs. En effet, être polyactif ne convient pas à tout le monde. Le slasheur est par nature une personne qui fait preuve d’une grande curiosité et qui refuse de s’enfermer dans un poste. En effet, les études prouvent que pour jongler entre plusieurs activités, il faut faire preuve d’une grande élasticité cérébrale. Les personnes qui s’épanouissent dans le slashing seraient donc très créatives, déborderaient d’idées et redouteraient la routine que l’entreprise peut lui imposer.

Une telle flexibilité intellectuelle est très importante pour réussir dans l’art du multitasking. En effet, une personnalité anxieuse et réservée aura plus de mal à s’épanouir dans un tel mode de vie où l’audace est indispensable et oblige à sortir de sa zone confort.

Il faut faire preuve d’une grande élasticité cérébrale.

Comment slasher ?

Le propre du slashing c’est bien que chacun se crée ses propres règles. En effet, l’art de slasher peut s’exercer de diverses manières. Souvent, cela vient à nous progressivement. On commence par cumuler un "job raison" et un "job passion", c’est-à-dire une activité en parallèle de son CDI en entreprise afin de trouver une source d’épanouissement qui nous correspond plus que le poste que l’on occupe. Par exemple, les blogueurs se lancent souvent durant leur temps libre.

On peut aussi faire le choix de se jeter dans le grand bain en étant freelance à 100% et en multipliant les activités et les missions. Une autre formule est également possible : cumuler un emploi à temps partiel et des missions en freelance.

La bonne nouvelle c’est que l’art de slasher peut s’exercer sous différentes formes : en CDI, en CDD, en intérim, sous forme de société, sous le régime de l’auto-entrepreneur…

Une autre façon de travailler

Savoir slasher implique d’avoir une nature ultra flexible. Cependant, il est indispensable d’être organisé dans son travail afin de mener à bien toutes ses missions, surtout que la façon de travailler la plus répandue dans le multitasking est le télétravail. Une certaine rigueur envers soi-même est donc nécessaire afin de ne pas procrastiner, avachi toute la journée dans son canapé. S’aménager un espace bureau agréable et ordonné peut aider à se motiver. L'espace de coworking est également une bonne option pour les personnes qui ont besoin de sortir de chez eux pour réussir à travailler. En effet, lorsqu’on se lance dans le slashing, la frontière entre sphères privée et professionnelle devient plus floue surtout lorsqu’on ne dispose pas ses propres bureaux, l’espace de travail étant souvent la table basse du salon.

Tel un chef d’entreprise, le slasheur est son propre patron car c’est à lui d’organiser son travail et son planning.

Seul à la barre, être slasheur signifie n’avoir personne pour être managé. Tel un chef d’entreprise, le slasheur est son propre patron car c’est à lui d’organiser son travail et son planning. Il doit donc apprendre à prioriser et avoir une bonne gestion du temps afin de ne pas se laisser submerger.

De plus, le statut de slasheur se rapproche de celui de l’autodidacte. En effet, être slasheur implique d’être en quête permanente de nouvelles connaissances et donc la pratique de l’auto-apprentissage pour enrichir toujours plus ses compétences. Partir à la recherche de nouvelles missions est un vrai challenge. Il est donc indispensable d’être compétitif et dynamique.

Enfin, un aspect bien différent du salariat est le fait de devoir gérer toute la partie administrative. Eh oui, lorsqu’on est slasheur, on doit envoyer soi-même ses factures, en suivre les règlements, déclarer son chiffre d’affaires, payer ses cotisations etc…

Les risques à éviter

Le multitasking n’est pas toujours facile. Dès le départ, il est important de bien choisir ses missions et surtout de ne pas se surcharger. Le premier risque est en effet d’accepter trop de choses par peur de ne pas faire assez de chiffre d’affaires. Mais il ne faut pas négliger la qualité de son travail car c’est bien par ce levier que vos missions se renouvelleront régulièrement. Commencez doucement mais surement. Petit à petit, vous trouverez votre rythme et votre confiance va aller en grandissant ce qui vous permettra d’accepter plus de choses.

Le risque de procrastination est également important. Certes, l’avantage du slashing est d’être libre de travailler quand on le souhaite - la nuit si cela nous chante. Mais attention à ne pas vous sentir trop libre au point d’en oublier vos missions et de les accomplir dans l’urgence au dernier moment.

Enfin, lorsqu’on devient slasheur, on se retrouve parfois seul, contrairement au salariat où l’on fait partie d’une équipe, ou en tout cas d’une entreprise. L’isolement arrive donc assez vite. Pour les personnes solitaires, cela peut tout à fait leur convenir, mais pour les autres, cela peut devenir pesant. La meilleure façon d’y remédier est de travailler dans des espaces de coworking où d’autres slasheurs seront présents, ou tout simplement retrouver dans un café un autre travailleur indépendant pour se motiver à deux.

A lire : Profession slasheur de Marielle Barbe et One person/Multiple Careers de Marci Alboher

Suivez Welcome to the Jungle sur Facebook pour recevoir chaque jour nos meilleurs articles dans votre timeline !

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Linkedin

Marion

Pour aller plus loin

Les derniers articles

Suivez-nous!

Chaque semaine dans votre boite mail, un condensé de conseils et de nouvelles entreprises qui recrutent.

Et sur nos réseaux sociaux :