UX/UI designers : 7 conseils pour peaufiner votre CV

  • August 1, 2019

Depuis quelques années, les UX/UI designers sont devenus des piliers de l’entreprise digitale. Les enjeux sont importants puisque l’UX (user experience) designer est en charge de l’expérience utilisateur : il fait en sorte qu’un site web ou une application soient agréables d’utilisation et ergonomiques. Il intervient également sur le design de service. Les UI (user interface) designers, souvent épaulés de développeurs, sont ceux qui mettent ensuite en place de façon technique les interfaces. Entre esthétique, psychologie et conception, les designers doivent mobiliser des niveaux de connaissance variés. La concurrence est rude puisque chaque année, la demande sur ces profils augmente de 30%.

Aidé de Jordane Lacroix, digital product designer et mentor chez OpenClassrooms, Welcome to the Jungle vous propose un tour d’horizon des meilleurs conseils pour réussir sa recherche d’emploi en tant que designer.

1- Se poser les bonnes questions pour pouvoir se positionner correctement

Avant de se lancer dans sa recherche d’emploi, il peut être intéressant de faire un point sur vos compétences et vos envies en tant que designer car les missions peuvent être diverses d’un poste à l’autre. Pour que votre CV soit pertinent, il est nécessaire de savoir ce que vous ciblez et ce à quoi vous pouvez prétendre. Vous devrez donc vous poser quelques questions :

  • Suis-je capable de réaliser un parcours utilisateur, une série de wireframes et par la suite quelques maquettes interactives en tenant compte des contraintes techniques liées au développement ?
  • Suis-je à l’aise avec l’architecture de l’information ? Ai-je assez de connaissances en psychologie cognitive pour les appliquer ?
  • Suis-je capable d’assurer le développement front-end ? Ce qui est très apprécié sur les postes de product designer où il n’est pas rare qu’on demande de mettre un peu les mains dans le code par exemple.
  • Est-ce que je suis capable de mener à bien des tests utilisateurs et de les interpréter ?
  • Suis-je capable de travailler avec d’autres corps de métiers qui seront dans mon équipe ? Ai-je connaissance de ce qu’ils font ?
  • Dans quel type d’environnement est-ce que je souhaite évoluer : agences, entreprises, comme freelance ?

2- Privilégier la qualité à la quantité

Après avoir médité sur ces questions, vous serez capable d’adapter votre candidature à chaque poste et de personnaliser votre CV pour chaque entreprise. Il ne s’agit pas d’être exhaustif mais de choisir les projets les plus représentatifs et adaptés aux compétences exigées pour la position à laquelle vous postulez.
« Je pense que chaque projet est une expérience qui peut être mise en valeur. Certains juniors n’osent pas mettre en avant leurs projets d’étude ou leur side projects par manque de légitimité mais je pense que c’est tout aussi intéressant que les projets clients, surtout dans le secteur de graphisme et du design. En revanche, ils ne doivent pas tous apparaître sur le CV, il faut sélectionner ceux qui font écho à la problématique de l’entreprise. Si tous les projets ne rentrent pas sur le CV, ils peuvent alimenter le portfolio du candidat. » explique Jordane.

3- Raconter une histoire

Comme le designer s’intéresse à la fois au fond et à la forme d’un produit ou d’un service, le format de son CV doit aussi être soigné. C’est même essentiel pour se démarquer sur le marché selon Jordane : « Le CV doit raconter une histoire, surtout pour un designer, c’est un exercice de storytelling. Vous devez laisser transparaître votre personnalité et dévoiler votre univers : en quoi serez-vous une valeur ajoutée pour l’entreprise ? Même si les profils atypiques sont de plus en plus appréciés, attention à ne pas tomber dans la fantaisie qui pourrait faire peur au recruteur. En tant que designer, votre travail est de rendre les choses limpides donc le CV doit être lisible. Si vous avez un réel centre d’intérêt, vous pouvez vous en servir comme fil conducteur par exemple. »

Comme traditionnellement le CV doit tenir en une page, le format “roadmap” peut permettre de mettre en scène vos projets de manière convaincante et originale : « Raconter ses expériences sous forme de roadmap permet de montrer sur quoi vous avez travaillé (passé), sur quoi vous travaillez actuellement (présent), sur quoi vous allez travailler (futur) à la manière de la méthodologie Kanban. Cela démontre au recruteur que vous êtes toujours dans l’action. »

4- Se mettre à jour régulièrement

Une grande partie du travail de designer consiste à se maintenir à jour des nouveautés technologiques, des innovations et des pratiques client. Votre CV doit donc refléter cela. Il est inutile, voire contre-productif de faire apparaître des compétences devenues obsolètes. Aussi, il est pertinent de montrer que vous ne cessez jamais d’apprendre : « Essayez toujours de décrocher des certifications même si celles-ci n’ont pas de valeur d’un point de vue administratif. Cela peut être en sciences humaines, en développement, en graphisme. C’est un bon point pour les recruteurs, cela montre que vous serez armés pour vous adapter aux problématiques que rencontrent l’entreprise en utilisant les nouveaux outils et en appliquant les méthodologies et processus de demain », explique Jordane.

Vous pouvez aussi mettre en avant dans votre CV la veille. Que ce soit des lectures professionnelles, l’écoute de podcasts, la participation à des conférences, ateliers, rencontres, il est indispensable pour un designer de rester à jour et de le faire apparaître. Cela donnera également une idée de ce qui vous inspire en général.

5- Mettre en avant soft skills et hard skills

L’UX/UI design est un métier à la croisée de multiples compétences. De solides connaissances techniques associées à des qualités psychologiques sont indispensables. Il est important de fournir beaucoup de détails sur vos soft skills et vos hard skills.

  • Soft skills - Quelles sont vos qualités humaines : empathie, psychologie, à l’écoute, capable de travailler en équipe, observation, humilité, leadership, créativité ?

  • Hard skills - Quelles sont vos compétences techniques, donc les outils et logiciels que vous maîtrisez : Adobe, Sketch, Axure, code, développement ? Quels formats de livrables êtes-vous capable de fournir ? Quelle est votre méthodologie de travail, de recherche, de veille ?

6- Soigner les choix graphiques

En tant que designer, vous serez autant jugé sur la forme que sur le fond de votre CV. Vous devez donc particulièrement soigner chaque élément et chaque élément doit dire quelque chose de vous et de vos compétences. Selon Jordane, la photo traditionnelle en haut du CV ne laisse rien transparaître par exemple : « Je trouve qu’une belle photo immersive comme partie intégrante du CV a plus d’impact, je la recommande pour se distinguer. Cela peut sembler un détail mais cela démontre déjà une forme de créativité et une recherche en termes de conception visuelle. De plus cela permet d’humaniser votre CV et de le faire vivre avec votre histoire. Pensez personal branding »

Finalement, le CV peut être pensé comme une expérience utilisateur en soi : qu’est-ce que le recruteur verra en premier ? Que disent les choix de couleurs, les choix typographiques ? Rien ne doit être laissé au hasard.

7- Inclure des liens vers son travail

Comme dans tous les métiers créatifs, il est indispensable d’inclure dans son CV des liens vers son travail et ses projets. Le portfolio peut prendre de multiples formes : site Internet, maquettes, dossiers, etc.

Comme le souligne Jordane, le site web est sans doute le format qui permet d’aller le plus loin dans la démarche : « Linkedin vous permet déjà de mettre en place des sections “expérience” où vous pourrez lister les tâches de la mission et y joindre des photos, des documents et vidéos. On peut aussi créer un compte Dribbble qui est une plateforme qui se concentre principalement sur le digital, ou un site Behance (la plateforme englobe tous les domaines créatifs). De plus en plus de designers utilisent aussi Instagram pour des rendus très visuels. Enfin, Codepen est également une plateforme intéressante qui permet de se faire remarquer par les autres freelances et les entreprises. »

Le UX/UI designer doit finalement se présenter comme un problem solver auprès des recruteurs qu’ils convoitent. Il est inhérent à cette profession d’être constamment en veille sur les nouveaux processus, outils et innovations. Cela doit se sentir au travers du CV puis du portfolio. Chaque projet présenté doit être soigné tant sur le fond que sur la forme afin que l’entreprise ou le futur client puissent se projeter pour une éventuelle collaboration. Et Jordane de conclure : « Osez sortir de votre zone de confort, intéressez-vous aux professions avec qui vous devrez collaborer, soyez curieux pour devancer la concurrence. » À bon entendeur.

Suivez Welcome to the Jungle sur Facebook pour recevoir chaque jour nos meilleurs articles dans votre timeline !

Photo d’illustration by WTTJ

Aglaé Dancette

Fondateur, auteur, rédacteur @Word Shaper

Envie de rejoindre OpenClassrooms ?

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Linkedin

Pour aller plus loin

Les derniers articles

Suivez-nous!

Chaque semaine dans votre boite mail, un condensé de conseils et de nouvelles entreprises qui recrutent.

Et sur nos réseaux sociaux :