Développement durable, ces métiers qui sauvent la planète

  • July 30, 2019

« La situation actuelle est intenable. Une croissance exponentielle dans un monde fini ne peut pas durer éternellement. Alors que la science nous explique depuis des décennies la catastrophe qui est en cours, il est maintenant nécessaire de prendre des mesures radicales. […] ll faut s’opposer à un peu de notre liberté, de notre confort, pour continuer à jouir d’une planète habitable, […] de façon à sauvegarder ce qui n’est pas tout à fait un détail, et qu’on appelle le monde ». Cette vidéo de l’astrophysicien Aurélien Barrau sur la page Facebook de Brut Nature recueillait 3 millions de vues en septembre 2018.

« Un crime contre l’avenir », c’est ainsi que de plus en plus de personnes décrivent une politique qui ne ferait pas de l’écologie sa priorité. Peu à peu, cet état d’esprit gagne aussi le monde de l’emploi puisque de plus en plus d’actifs font le choix de travailler dans le développement durable. Portrait d’un secteur en prise de vitesse, où, plus que jamais, il fait sens de travailler.

Genèse d’une lame de fond

Le secteur du développement durable est en profonde transformation. Il se métamorphose pour répondre en profondeur aux enjeux de l’écologie.

Depuis quelques années déjà, de nombreuses entreprises ont fait de la RSE (responsabilité sociale de l’entreprise) une opportunité. Tri, énergies vertes, végétalisation des bureaux, potagers suspendus… Elles adoptent des comportements durables souvent dans une optique d’amélioration de leur image de marque et de leur marque employeur. Au-delà de ce positionnement parfois “cosmétique” de plus en plus d’entreprises se développent aujourd’hui avec l’ambition de s’attaquer de front aux problématiques du développement durable.

La création des entreprises du secteur intervient dans le contexte d’une prise de conscience collective internationale. 2018 a en effet marqué l’accélération des initiatives écologiques. Avec 3,2 degrés de plus que les moyennes de saison pendant l’été en France, le réchauffement climatique s’est fait sentir. En réponse, les initiatives écolos se sont multipliées : marches pour le climat, campagnes de Youtubeurs, sensibilisations, prises de parole de personnalités…

Les champs d’action des professionnels du développement durable

Les problématiques des entreprises du développement durable sont diverses. Elles rassemblent protection de la diversité, industrie, agriculture, alimentation, traitement de l’eau et des déchets… Notons qu’en entreprise, ces sujets peuvent être intégrés de manière transverse (par exemple, des thématiques de RSE ou de développement durable qui s’invitent chez des acteurs dont la problématique n’est pas directement le développement durable.)

En ce qui concerne les entreprises qui s’attachent à répondre directement aux problématiques du développement durable, voici les domaines d’application principaux :

  • Industrie et protection de l’environnement. On retrouve dans cette catégorie la gestion des risques liés à la pollution, le traitement des déchets et de l’eau, mais aussi des métiers intrinsèquement liés à la protection de la nature. Cette catégorie représenterait environ 75% des jobs dans le développement durable.

  • Énergies durables. Photovoltaïque, éolien, géothermie, énergies marines… Et tout ce qu’on n’a pas encore inventé. Le marché des énergies viables représente un potentiel énorme au sein du secteur du développement durable.

  • Urbanisme écolo. Faire de nos villes des jardins auto-suffisants en énergie, le rêve de nombreux professionnels de l’habitat dans l’air du temps. Ces urbanistes, paysagistes et architectes œuvrent pour régler le problème de nos logements-passoires (aux coûts de chauffage exorbitants, ndlr) et de la minéralité de nos villes.

  • Agriculture viable. L’agriculture traditionnelle est le premier poste de dilapidation d’eau et de production de déchets : l’agriculture durable vise à réduire l’impact de l’élevage et de la culture de nos légumes sur la planète.

  • Protection des écosystèmes. Faune et flore ont leurs gardiens : une armada de spécialistes qui mettent tout en œuvre pour être les garde-fous de la vie. Il existe même des juristes spécialisés dans la défense de l’environnement.

Notons que certains relient la socialtech et le développement durable. Qui dit “durable” dit prendre en compte les problématiques sociales, comme l’inclusion ou le soutien des populations fragilisées. Par exemple, l’entreprise TechFugees vise à rendre fluide l’intégration des réfugiés en Europe et dans le monde : ce sujet pourrait entrer dans le “développement durable”, si on élargit cette définition à tout ce qui est durable et fait pour être viable. Bien que les deux écosystèmes soient distincts, des synergies existent, représentant une opportunité supplémentaire pour les personnes désireuses d’allier impact social et développement durable.

Des opportunités variées

Vous avez trouvé ces différentes problématiques alléchantes ? Vous semblez prêt à vous investir dans des projets plus verts et durables. Mais comment y parvenir ? Quels types de métiers sont recherchés par les recruteurs dans ce secteur où il y a beaucoup d’appelés, et peu d’élus ?

Deux options s’offrent à vous :

1. Mettre votre expertise au service d’une entreprise du secteur. Les start-up et associations du milieu ont besoin de tous les métiers, des fonctions supports (communication, RH, comptabilité ou finance) aux métiers spécialisés (avocat, développeur, data analyst, DevOps…)

2. Vous former à un métier spécifique et particulièrement recherché dans le développement durable. En voici quelques-uns :

  • Risk manager : c’est la personne qui prévient les risques de pollution et les gère le cas échéant.

  • Ingénieur en traitement des déchets : il imagine les meilleures stratégies pour minimiser notre empreinte environnementale et il pilote les chantiers de recyclage.

  • Ingénieur analyste de l’air : il étudie la qualité de l’air et prévoit des plans de recommandations pour l’améliorer.

  • Ingénieur en dépollution : chargé de prendre en charge les sites pollués pour les décontaminer.

  • Ingénieur en énergies renouvelables : son nom parle de lui-même, c’est la personne chargée d’améliorer et d’inventer les techniques permettant de créer de l’énergie verte.

  • Les métiers autour de l’habitat durable : ingénieur en génie urbain, architecte en qualité environnementale, urbaniste, paysagiste… Ils s’exercent après des écoles spécialisées.

  • Les métiers de protection de la nature : garde du littoral, garde forestier, garde pêche, garde chasse… Ils sont tous sur concours.

  • Responsable HSE (hygiène, sécurité, environnement) et responsable QSE (qualité, sécurité, environnement) : en entreprise, ils garantissent les conditions optimales pour les employés et il évalue l’impact sur l’environnement dans l’optique de l’améliorer.

  • Tous les métiers techniques liés à l’étude scientifique de phénomènes naturels : météorologue, sismologue, géologue, volcanologue…

  • Juriste du droit de l’environnement ou avocat spécialiste du droit de l’environnement.

  • Chargé de communication spécialisé en questions environnementales.

Liste non exhaustive des formations aux métiers du développement durable en France

Risk manager

Ingénieur en traitement des déchets, en dépollution, en qualité de l’air :

Ingénieur en énergies renouvelables

Spécialistes de l’habitat durable

Spécialistes de la protection de la biodiversité

Les métiers très spécialisés comme géotechnicien ou volcanologue s’apprennent en général en école d’ingénieur avec des électifs très spécialisés, puis sur le terrain. Deux instituts existent tout de même pour les métiers suivants :

Météorologue

Sismologue

Juriste environnemental

Quelques entreprises du développement durable à suivre pour vos recherches d’emploi

  • Back Market réduit les déchets en reconditionnant nos appareils électroniques.
  • Capital Energy finance les travaux d’efficacité énergétique par le biais du dispositif des Certificats d’Économies d’Énergie (CEE).
  • Deepki exploite les données de ses clients pour optimiser la gestion de leur parc immobilier et engager leur transition énergétique et digitale.
  • Dracula Technologies, start-up deep tech experte dans l’impression numérique de cellules photovoltaïques organiques.
  • Effy accompagne et propose des solutions d’économie d’énergie à tous les ménages qui souhaitent améliorer le confort de leur logement, réduire leur empreinte écologique et leur dépenses énergétiques.
  • Ekwateur est un fournisseur d’énergie verte.
  • Enerlice installe des éoliennes dans tous les environnements.
  • Global Bioenergies invente l’essence fabriquée à partir de biomasse.
  • Glowee crée de la lumière à partir de micro-organismes marins.
  • GRTgaz construit, entretient et développe le réseau de transport de gaz naturel à haute pression.
  • Lamazuna est une marque de cosmétiques zéro-déchets.
  • Les Joyeux Recycleurs aident les entreprises à trier leurs déchets.
  • Nebia nous aide à moins gaspiller l’eau pendant notre douche.
  • Phénix donne une seconde vie à nos déchets.
  • Plastic Odyssey se prépare à aller à l’assaut du continent de plastique.
  • Plüme Energie fournit de l’électricité verte à des particuliers et des collectivités locales.
  • Recycle Bank récompense les citoyens qui recyclent le plus.
  • Too Good to Go et Zéro Gâchis visent à limiter le gaspillage alimentaire.
  • Urbanis œuvre pour un habitat plus durable.

Suivez Welcome to the Jungle sur Facebook pour recevoir chaque jour nos meilleurs articles dans votre timeline !

Photo d’illustration by WTTJ

Nora Léon

Communications & content manager

Envie de rejoindre Plüm Énergie ?

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Linkedin

Pour aller plus loin

Les derniers articles

Suivez-nous!

Chaque semaine dans votre boite mail, un condensé de conseils et de nouvelles entreprises qui recrutent.

Et sur nos réseaux sociaux :