Boost | Jeunes diplômés : comment réussir son entretien d'embauche ?

  • April 19, 2019

À la sortie de l’école ou de l’université, ce n’est pas toujours facile de décrocher son premier emploi. Vous vous demandez peut-être ce que vous pouvez faire valoir auprès d’un recruteur… Le manque de confiance, d’expérience et parfois, de réseau ne sont pourtant que des croyances limitantes. Elles peuvent être rapidement balayées grâce à une bonne préparation de votre entretien. En apprenant à valoriser vos expériences, à démontrer votre motivation et surtout, à exprimer votre singularité, vous avez toutes les chances de décrocher le job de vos rêves. Pour vous aider à formaliser une présentation pertinente, deux recruteurs partagent leur vision :

Clara Sanson, Recruitment Advisor Europe chez Uniqlo, multinationale japonaise qui conçoit et distribue des vêtements. Elle a rejoint l’entreprise il y a quatre ans, d’abord en stage puis en alternance, avant d’être embauchée. Clara est maintenant responsable de l’ensemble du recrutement sur la zone Europe. Elle se charge notamment des embauches sur le Graduate Program. Dédié aux jeunes talents, il s’agit d’un dispositif sur deux ans qui a vocation à former les futurs leaders de l’entreprise. Les participants sont en magasin et passent par tous les métiers afin d’avoir une vision complète du terrain.

Virgile Raingeard, VP People chez Comet, une entreprise de soixante personnes qui met en relation les freelances tech et data avec les entreprises. Avant de rejoindre cette aventure start-up, Virgile a pu expérimenter différentes tailles d’organisations grâce à ses expériences précédentes chez Technip et Criteo.

image

Étape 1 : préparer son entretien d’embauche

Se renseigner sur l’entreprise : positionnement, poste et valeurs

Il y a des incontournables à connaître sur l’entreprise. Pour cela, il faut bien étudier sa culture et son secteur.« Pas d’excuse possible ! », selon Virgile, car toutes les informations sont disponibles en ligne aujourd’hui : sur le site carrière mais aussi sur des sites tels que Welcome to the Jungle ou les réseaux sociaux… Utiliser le même vocabulaire que l’entreprise pendant l’entretien peut vous permettre de marquer des points. Cela montre que vous vous êtes bien renseigné. Aussi, avoir une idée précise du poste en question et de son positionnement au sein de l’organisation pourra vous permettre de répondre à la question classique : « Qu’avez-vous compris de notre entreprise ? Et du poste ? »

Pour Clara, les valeurs et la mission de l’entreprise sont des points clés pour valider qu’il existe une concordance entre votre projet et celui de l’entreprise. Par exemple, chez Uniqlo, le travail en équipe est primordial, il faut donc être à l’aise avec les autres. Chez Comet, idem, l’entretien de recrutement est le moyen de vérifier si les valeurs de l’entreprise et du candidat sont compatibles : « Chez nous, ce qui est important, c’est votre implication dans le job et envers les autres, la confiance et l’ouverture, puis le côté humain avec le droit à l’erreur et l’aventure humaine. »

Les codes implicites font aussi partie de la culture de l’entreprise et il ne faut pas les minimiser ! Par exemple, la tenue. En effet, il existe des différences notoires entre start-up, plus casual, et grands groupes, plus formels. Selon Clara, encore une fois, c’est en se renseignant sur l’entreprise que l’on peut plus facilement identifier le style vestimentaire attendu. Chez Uniqlo, le métier de Store Manager est opérationnel, la tenue doit donc correspondre plus ou moins à celle du job au quotidien. « Ce n’est pas un “no go” si le candidat n’a pas adopté les bons codes vestimentaires, mais simplement plus compliqué de visualiser la personne dans son futur environnement de travail », explique Clara.

image

Préparer son discours mais ne pas le déshumaniser !

Selon Virgile, pour maîtriser son discours, il faut bien le préparer en s’appuyant sur trois questions clés :

  • Pourquoi voulez-vous rejoindre l’entreprise ?
  • Qu’est-ce qui vous plaît dans le poste ?
  • Quels sont vos atouts pour le job ? Vos compétences ?
    Être néanmoins vigilant sur un aspect : « Pas de discours trop robotique ni générique : il faut rester honnête et transparent. »

Sur la forme, un point important : tutoyer ou vouvoyer ? Il vaut mieux vouvoyer par défaut et attendre que le recruteur aborde la question du tutoiement. Quand l’entretien est en anglais comme chez Uniqlo, la question ne se pose pas !

« Pas de discours trop robotique ni générique : il faut rester honnête et transparent. » - Virgile.

Le projet professionnel : la différence entre grands groupes et start-ups

Expliciter son projet professionnel sera plus attendu dans les grands groupes. Clara demande souvent comment le candidat se projette dans l’entreprise lors des recrutements pour le Graduate Program : « C’est une manière de valider si le projet est en adéquation avec celui de l’entreprise. ». L’objectif des grandes entreprises est également de vous former sur le long terme.

Virgile a connu plusieurs cas de figure : grandes structures chez Technip ou Criteo et startup chez Comet. Selon lui, il faut avoir réfléchi à son projet pro, mais ce n’est pas le plus important en start-up, car l’entreprise a elle-même parfois du mal à se projeter dans les années à venir. Il souligne : « Je préfère prêter attention à ce que la personne aime faire, et voir en quoi cela peut coller avec nous ». Du coup, la question sera tournée ainsi : « Qu’est-ce qui fait que tu te lèves le matin ? ». Il faut toujours y répondre avec authenticité car le recruteur a besoin de comprendre les « drivers » du candidat et ce qui le motive au quotidien, afin d’éviter les erreurs de casting.

Virgile insiste sur un point crucial : l’entretien permet avant tout de créer un lien entre l’entreprise et le candidat. C’est pourquoi les recruteurs, quelle que soit la taille de l’entreprise, tendent de plus en plus à échanger de manière informelle, pour vraiment découvrir la personne. « Les recruteurs font en sorte que la personne s’ouvre un peu plus et se livre pour comprendre ce qui la motive. »

image

Processus de recrutement : les grandes étapes à valider

À chaque entreprises ses process de recrutement ! Généralement, on retrouve quatre typologies d’entretien :

  • Un premier échange avec une personne des Ressources Humaines : le recruteur valide le « fit » du candidat avec la culture d’entreprise ainsi que la pertinence de son profil (parcours, études, objectifs professionnels…). Cela peut se faire à distance comme chez Comet par exemple, ou en présentiel.
  • Un entretien opérationnel avec le manager ou un des membres de l’équipe : il s’agit d’un point axé sur le contenu du poste, les aptitudes du candidat et ses valeurs afin de confirmer qu’il dispose bien des compétences (ou du potentiel) indispensables à la mission.
  • Une étude de cas métier : il est question de tester la capacité du candidat à répondre à une problématique opérationnelle et à trouver des solutions. Elle se prépare en amont ou est réalisée sur place.
  • Entretien et proposition : c’est le moment où l’entreprise expose son offre de collaboration (salaire, avantages…). Le livrable est une promesse d’embauche à laquelle le candidat doit répondre dans un délai donné.

D’autres formats existent et peuvent compléter ces étapes standards :

  • L’entretien de groupe utilisé chez Uniqlo : « Nous évaluons la capacité à leader, écouter les autres, communiquer et à intégrer l’ensemble des personnes au sein d’une équipe », explique Clara. Les faux pas ? « En groupe, on veut parfois se mettre trop en avant, c’est une erreur. L’enjeu est de voir comment on résout collectivement un problème. »
  • Une immersion au sein de l’entreprise : chez Comet, le candidat passe deux jours au coeur de sa future équipe et en interaction avec d’autres services.

« En groupe, on veut parfois se mettre trop en avant, c’est une erreur. L’enjeu est de voir comment on résout collectivement un problème. » - Clara.

Étape 2 : comment briller le jour J ?

Les qualités appréciées par les recruteurs : humilité et curiosité

Selon Clara, il faut avant tout démontrer son énergie et faire preuve de dynamisme. Un détail qui n’en est pas un : le sourire malgré le stress ! « Le langage du corps est aussi important pour communiquer sa motivation. »

Quant à Virgile, c’est l’humilité qui est l’attitude clé. Il faut trouver un subtil équilibre entre confiance et arrogance. Pour vérifier ce point, il pose souvent une question sur les échecs : d’après lui, il faut éviter de raconter l’échec banal. Au contraire, profitez de cette question pour démontrer votre curiosité et votre envie d’apprendre.

Clara corrobore : la curiosité est une qualité à mettre en avant notamment dans les entreprises internationales. « On a besoin de personnes adaptables et curieuses envers les autres cultures. »

Alors, comment montrer son intérêt ? L’entretien est un vrai moment d’échange entre le recruteur et le candidat : posez des questions sur l’entreprise, le poste ou l’équipe. Cela démontre un fort degré d’implication et envoie un message très positif.

image

Mettre en avant ses expériences et ses passions

Gardez en tête que si vous êtes sélectionné, c’est que vous avez toutes vos chances pour le poste. Donc, même si vous avez peu d’expériences, la motivation, l’envie d’apprendre et l’ouverture peuvent faire pencher positivement la balance.

Ensuite, il faut mettre en avant les projets réalisés en école ou les petits jobs qui peuvent être pertinents si les compétences développées sont proches de celles du poste recherché. Clara prend l’exemple d’un poste en magasin : « Si vous avez eu une petite expérience dans le retail, dans un restaurant ou avez été hôtesse dans un salon, cela peut être pertinent de le mettre en avant car ce sont des jobs très opérationnels. C’est ce que l’on recherche. »

Pour Virgile, il est aussi essentiel de parler de ses passions afin que le recruteur « cerne la personne, comprenne ce qu’elle aime faire et crée une connexion avec elle ». Décomplexez si vous n’avez pas de passion à proprement parler ! Il vous suffit de mentionner ce que vous aimez faire de votre temps libre, ce qui vous anime au quotidien. Encore une fois, il faut être soi-même.

Le salaire : tabou ou pas ?

« Évitez de parler salaire dès le premier entretien mais ayez conscience de ce que vous valez sur le marché », affirme Clara. Comment ? Les écoles de commerce, par exemple, mettent souvent à disposition des étudiants des grilles par métier avec leurs prétentions salariales. Aujourd’hui, sur des sites comme Glassdoor ou L’étudiant, les métiers et les salaires sont aussi très bien expliqués. C’est de toute façon au recruteur d’aborder le sujet. La marge de négociation est limitée, voire délicate selon Virgile. Il faut réfléchir à l’enjeu : « Est-ce que cela vaut le coup de négocier 1000 euros brut par an, soit 60 euros net par mois… ». Si le poste est très intéressant et que vous êtes en concurrence avec d’autres personnes, c’est peut-être prendre le risque de passer à côté d’une belle expérience.

En revanche, c’est une bonne pratique de demander comment les rémunérations sont fixées en interne et éventuellement, de challenger ce qui est proposé avec des faits et des chiffres issus de votre école ou de sites spécialisés.

« Évitez de parler salaire dès le premier entretien mais ayez conscience de ce que vous valez sur le marché » - Clara.

image

Étape 3 : post-entretien, comment gérer la suite ?

Un mail de remerciement ? Oui, mais à personnaliser !

Pour faire suite à l’entretien, il est possible d’envoyer un mail de remerciement au recruteur. Du point de vue de Clara, ce dernier doit absolument être personnalisé. Elle propose de revenir sur des points précis qui vous ont marqué pendant cet entretien ou de poser des questions complémentaires.
Le mieux est de l’envoyer à la personne qui vous a reçu. À noter que dans les grands groupes, gérer tous les mails de remerciement est parfois compliqué donc ne pas se formaliser si vous n’avez pas de réponse !

Si vous souhaitez envoyer un mail de remerciement, Virgile insiste à nouveau sur la nécessité d’être authentique, de poser des questions pertinentes, de revenir sur des points clés ou de donner des précisions.
« Il faut éviter la lettre générique. »

Échange avec le public : les questions/réponses

  • Si l’on vous pose une question pointue sur le secteur ou une problématique d’entreprise ? C’est parfois pour tester votre raisonnement, votre créativité, votre curiosité ou votre capacité à dire « Je ne sais pas. » !
  • Pouvez-vous critiquer l’entreprise ? Le mieux est de faire un petit rapport d’étonnement et d’expliquer pourquoi telle ou telle action vous a surpris. Un raisonnement clair est de mise.
  • La différence entre un entretien pour un stage et un premier emploi ? Cela dépend de l’entreprise. Pour Virgile, dans les deux cas, c’est la même chose car un stage peut déboucher sur un premier job !
  • Vous hésitez à demander un feedback après un entretien ? Foncez ! C’est très positivement reçu par les recruteurs.

Suivez Welcome to the Jungle sur Facebook pour recevoir chaque jour nos meilleurs articles dans votre timeline !

Photo by WTTJ

Laure Girardot

Envie de rejoindre UNIQLO ?

  • Ajouter aux favoris
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Linkedin

Suivez-nous!

Chaque semaine dans votre boite mail, un condensé de conseils et de nouvelles entreprises qui recrutent.

Et sur nos réseaux sociaux :