Les 8 erreurs à ne plus faire sur son CV

  • June 20, 2019

« Oh non, j’ai oublié de renommer mon CV en l’envoyant et il porte le nom de la boîte pour laquelle j’avais postulé hier… » Erreur classique, certes, mais surtout quasi-éliminatoire !

Alors qu’ils reçoivent des piles de Curriculum Vitae à traiter chaque jour, de nombreux recruteurs opèrent un premier filtre par élimination. Quelles sont alors les erreurs rédhibitoires à éviter à tout prix dans son CV ?

Afin de nous aider à répondre à cette question, nous avons interrogé Rebecca Ingram, Talent Acquisition Manager chez Drivy, qui recrute chaque année des dizaines de personnes sur des métiers variés, de la tech à la vente, du marketing aux fonctions support. Ensemble, nous vous proposons une petite liste des erreurs les plus classiques que les recruteurs repèrent dans les CV et quelques solutions pour régler le problème !

1. En mettre trop, sur trop de pages : l’erreur qui décourage les recruteurs

Oui, c’est vrai, vous avez fait beaucoup de choses merveilleuses durant votre carrière, mais est-ce vraiment stratégique d’en mettre des tartines en faisant un CV sur plusieurs pages ? Et est-il nécessaire de choisir une police 8 et le minimum d’interligne pour caser tout ce que vous avez envie de dire ? Mieux vaut se poser et faire un vrai travail de synthèse pour faire ressortir ce qui est le plus important !

“Quand tu ouvres le fichier et que tu vois qu’il y a 10 pages, ça te décourage” nous confie Rebecca, « Je n’ai pas toujours le temps de regarder en détail des CV de 10 pages. » Mieux vaut sélectionner les informations et les expériences qui ont du sens au vu du poste que vous visez. Vous travaillez depuis plus de 5 ans ? Vous pouvez enlever de votre CV, votre lycée, votre bac, vos petits boulots d’étudiant, surtout s’ils n’ont aucun rapport avec le domaine et le métier que vous briguez !

En France, dépasser une page n’est pas vraiment bien vu avant un certain nombre d’années de carrière : « après si quelqu’un a beaucoup d’expérience, qu’il a fait plein de choses intéressantes, il n’y a pas de problème pour que ça prenne plus d’une page » précise Rebecca. Donc, au cas par cas, on peut dépasser un peu. Attention cependant à ne pas donner l’impression que vous manquez d’esprit de synthèse ! N’oubliez pas qu’en anglais américain, le mot Curriculum Vitae se dit “Resume” (prononcer résumé)… Donc vous faites comme le dit la consigne : résumez !

2. Coquilles et fautes de frappe : les erreurs qui vous discréditent

Une faute d’orthographe, de grammaire, un double espace ou une erreur de frappe, cela se voit en un coup d’œil et cela peut être éliminatoire dans une candidature, surtout si c’est pour un poste qui comprend de la rédaction ou des échanges écrits avec les clients ! Car quelle entreprise accepterait que ses employés envoient aux clients des mails truffés de fautes ? Le pire avec ces erreurs, c’est qu’elles sont facilement évitables.
« C’est tellement facile à éliminer, des mauvaises conjugaisons, par exemple, c’est juste un manque de relecture » rappelle Rebecca.

Mieux vaut se relire ou faire relire son CV quand on n’est pas une star de l’orthographe ou de la grammaire afin d’éviter des fautes qui pourraient être interprétées comme un manque de temps et d’attention investi pour cette candidature !

Soignez les détails, surtout en fonction des postes car votre CV trahit vos qualités de rédaction, de synthèse, de présentation, d’organisation, etc. Car, en fonction des postes, un mot mal orthographié ou une faute de frappe peuvent être tolérés ou au contraire éliminatoires : « Ça dépend des postes ; pour le service client, l’orthographe c’est très important. Si j’observe des fautes d’orthographe, c’est éliminatoire. Mais si c’est un CV pour un poste en tech, ça ne me dérange pas tant que ça. »

3. La photo qui ne fait pas pro : l’erreur la plus visuelle

Vous avez terminé votre CV, mais il vous manque une photo ? Vous recherchez désespérément dans votre téléphone une photo acceptable de vous.

Pas facile ! Le selfie avec le visage déformé, la photo de groupe recoupée, la photo de vacances en maillot, cheveux aux vent… Tout ça, même passé en noir et blanc, c’est non ! L’image que cela donne de vous est faussée et non professionnelle.

Si vous n’avez pas de photo assez professionnelle de vous, vous pouvez tenter un CV sans photo, cela se fait de plus en plus, notamment dans certains pays anglo-saxons. Rebecca nous confie cependant rester assez attachée à la photo : « certaines personnes pensent que cela peut être discriminant, je comprends tout à fait leurs arguments mais je préfère avoir une photo car cela te donne un aperçu de la personnalité, par exemple dans le cas d’une personne très souriante. »

Que faire alors si vous n’avez pas encore LA photo ? Pour Rebecca, ce n’est pas nécessaire d’avoir une photo prise en studio, celles-ci sont souvent strictes et trop retouchées. Le mieux est toujours de demander l’aide de votre entourage pour prendre une bonne photo : « Tu trouves un décor neutre et tu demandes à quelqu’un de prendre une photo face à la caméra, et non pas de côté. » explique Rebecca.

Une fois que vous avez choisi une photo, sollicitez quelques avis autour de vous pour être sûrs que la photo soit bien représentative de vous : en effet, il est toujours difficile d’être objectif quand il s’agit de soi !

4. Titre vague, CV trop générique : l’erreur qui trahit un projet professionnel ou une motivation floue

Bien sûr, la plupart du temps, vous ne postulez pas à un seul emploi à la fois… Cependant, pour chaque candidature, il reste très important de bien personnaliser votre CV. Une erreur classique qui vous disqualifie facilement est d’oublier de préciser l’objet de votre candidature via un titre clair et en accord avec le poste pour lequel vous postulez.

Le titre en haut du CV met en avant vos compétences clés en rapport avec votre projet professionnel. En mettre trop ou être trop vague peut traduire un véritable manque de motivation pour un emploi. « On trouve des personnes qui ont mis en tête de leur CV qu’ils cherchent par exemple quelque chose en business development ou account management. C’est soit l’un soit l’autre ! Parfois même, ils ont postulé à un poste qui n’est pas aligné du tout avec ce qu’ils ont sur leur CV. Cela, forcément, pose question : pourquoi ont-ils postulé chez nous s’ils cherchent un job dans un autre domaine ? » observe Rebecca. En effet, le recruteur cherche une cohérence entre votre parcours et ce nouveau projet professionnel, donc c’est à vous de lui montrer que vous ne postulez pas par hasard.

Pour éviter cet écueil, vous pouvez dès le début de votre CV mettre en valeur le poste visé ainsi que deux ou trois compétences clés en lien avec ce poste pour montrer votre réelle valeur ajoutée. Pour cette introduction de votre profil, Rebecca conseille de « sélectionner deux ou trois points parmi toutes les tâches que vous avez faites, les choses plus importantes que vous avez réalisées », et toujours en lien avec le poste visé.

5. Informations de contact imprécises ou mal agencées : l’erreur qui fait que vous ne serez pas rappelé

Il est essentiel que le recruteur qui souhaite vous contacter n’ait pas à chercher longtemps pour trouver votre numéro ou votre e-mail. Si les informations sont manquantes ou mal agencées, par exemple, cachées en bas du CV, vous pouvez être pénalisé !

Mettez vos informations de contact en évidence : l’e-mail et le téléphone sont les informations principales que souhaite connaître le recruteur, bien plus que votre date de naissance ou votre adresse de résidence. Ils doivent donc être bien visibles sur le haut du CV avec, pourquoi pas, un lien direct vers votre adresse mail et votre numéro de téléphone.

N’oubliez pas le préfixe téléphonique du pays : si c’est un recrutement international, de peur de n’être jamais contacté ! Rebecca qui recrute beaucoup de profils internationaux précise : « J’ai des personnes à Londres qui postulent pour un job en France, qui ont un numéro de téléphone anglais. Je sais que c’est anglais parce que je suis moi-même anglaise, mais dans certains cas ce n’est pas évident et forcer le recruteur à chercher, ça manque un peu de préparation. »
C’est à vous de faciliter le travail du recruteur, en donnant le code pays ou tout autre élément important. Et vérifiez qu’il n’y ait pas de faute dans vos coordonnées.

6. Mensonges ou exagérations des compétences : les erreurs qui vous rattrapent toujours

Mentir sur le CV ? Pas question ! Mais en rajouter un peu, allez, un tout petit peu… C’est tentant ! Et pourtant, cela peut vraiment vous jouer des tours.

« Je sais qu’il faut vendre son profil mais si on met quelque chose qui n’est pas vrai, je pense que c’est pire. » confirme Rebecca. Par exemple, certains peuvent être tentés de modifier les dates des expériences pour cacher un trou dans un parcours. Les dates deviennent incohérentes entre le profil LinkedIn et le CV, cela pose la question de la sincérité du candidat.
« Quand il n’y a pas les bonnes dates ou si les profils LinkedIn et CV sont complètements différents, je ne sais pas quelle est la bonne version et je n’ai pas très envie d’enquêter. » ajoute-t-elle. Dans le pire des cas, le candidat est éliminé et au mieux, le recruteur risque en entretien de vouloir vous tester pour démêler le vrai du faux, un mauvais moment à passer !

Il n’est pas stratégique non plus d’exagérer ses compétences, car une fois que le recruteur l’aura découvert, il aura envie de remettre en question votre sincérité sur d’autres compétences.

Par exemple, assurez-vous de bien évaluer votre niveau en langues, sans vous dévaloriser ni devenir présomptueux. Rebecca donne une consigne claire : « Si tu oses dire que tu es bilingue en anglais, il faut que ton anglais soit parfait. »
Mal évaluer ou exagérer son niveau en langues peut vous jouer des tours et Rebecca conseille plutôt d’utiliser les barèmes des examens reconnus internationalement, par exemple, les scores au TOEFL ou au TOEIC et en l’absence de cela, de garder une description simple du type “Anglais courant ou très bonne maîtrise” plutôt que de se déclarer bilingue.

7. Le CV désorganisé ou inesthétique : l’erreur qui rend la lecture compliquée

Il y a des CV difficiles à lire et pour certains métiers, cela ne pardonne pas car l’esthétique du CV est le premier aperçu que le recruteur a du travail d’un designer par exemple, avant même d’ouvrir son portfolio. Rebecca est très sensible à cela, surtout quand elle recrute sur certains postes : « Le visuel du CV, si c’est pour un poste très créatif, ça peut compter. »

Quand un recruteur passe en revue plus d’une centaine de CV par jour, il peut finir par juger un CV en un coup d’œil, à sa simple présentation. Il est donc important de créer des catégories bien claires, soigner les alignements, variez les polices et les espacements afin d’offrir une expérience de lecture optimisée.

Sans changer de police, il existe de nombreux moyens de varier visuellement le texte (gras, italique, souligné, lettres capitales, taille de police différente, couleur…) en veillant à ce que l’ensemble soit homogène et uniforme.
Si vous n’êtes vraiment pas doué pour le graphisme, pourquoi ne pas utiliser des modèles de CV en ligne ? Ces templates en ligne peuvent vous aider à garder le contrôle de la mise en page.

8. Oublier de renommer son CV : la toute petite erreur qui se voit tout de suite

Avant d’aboutir à une version finale, votre CV passe de main en main pour être relu par votre cousin recruteur et par votre copine douée en orthographe. Vous avez des V1, V2, V3… Super pour organiser vos fichiers dans votre ordinateur, mais n’oubliez pas avant de postuler de renommer la version finale de manière adéquate. Un très sobre CV + nom et prénom est une option classique, certes, mais qui a fait ses preuves. Vous pouvez également ajouter le titre du poste que vous visez et éventuellement le nom de l’entreprise.
Par exemple : “CV_ThomasDupont_BusinessDeveloper”

À la fin, n’oubliez pas, le meilleur moyen d’éviter des erreurs d’inattention visibles au premier coup d’œil est de se faire relire… Même par quelqu’un qui n’est pas un expert. Il pourra relever au premier coup d’œil une typo mal venue, une faute d’orthographe visible comme le nez au milieu de la figure ou un agencement de paragraphes un peu bancal.

Les attentes des employeurs varient en fonction des métiers et votre CV trahit dès le premier coup d’œil des compétences qui pourraient être recherchées pour le poste : une certaine rigueur, de la créativité, une maîtrise du design, des qualités rédactionnelles, des qualités de synthèse, etc. Soignez donc tout particulièrement les détails qui pourraient vous discréditer. Et passez-y un peu de temps, ça en vaut la peine !

Suivez Welcome to the Jungle sur Facebook pour recevoir chaque jour nos meilleurs articles dans votre timeline !

Photo by WTTJ

Cécile Pichon

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Linkedin

Suivez-nous!

Chaque semaine dans votre boite mail, un condensé de conseils et de nouvelles entreprises qui recrutent.

Et sur nos réseaux sociaux :