Heureux comme un Danois au travail

  • March 7, 2018

Des mots aux sonorités faisant écho au contenu du dernier catalogue Ikea envahissent les dernières tendances lifestyle. Issus des pays nordiques, le « hygge », le « lagom » ou encore la pause « fika » insufflent une vague de douceur, d’harmonie et de bien-être dans nos mentalités. Les danois ont même un mot dédié pour définir le bien-être au travail : « arbedjdsglaede ». Pour eux, le travail représente plus qu’un simple gagne-pain, c’est également une source de plaisir.

Welcome to the Jungle a exploré le système danois pour comprendre ce qui le rend si propice au bien-être et dégager les bonnes pratiques à adopter au sein de votre tribu.

« Les valeurs danoises sont avant tout des valeurs humaines. » Malene Rydahl, auteure de Heureux comme un Danois

Le Danemark, 2ème pays le plus heureux au monde

Depuis l’un des premiers sondages dédiés au bonheur en 1973, le Danemark arrive presque toujours en tête. Détrôné par la Norvège en 2017, le World Happiness Report de 2016 (rapport mondial sur le bonheur) classait le Danemark en première position et la France… en 32ème. Si cette dernière s’est modestement hissé à la 31ème place en 2017, elle reste malheureusement derrière des pays fortement inégalitaires et corrompus comme le Mexique ou le Brésil.

L’indice du bonheur est considéré comme la meilleure mesure du progrès social et les danois disposent d’avantages remarquables en particulier sur le plan professionnel. Pourtant, à première vue, le rêve n’est pas garanti : le taux d’imposition marginal est aux alentours de 60% dès 52.000 euros de revenus par an et la TVA à 25 %. Et côté météo, le climat est froid neuf mois sur douze et la nuit tombe à 15 heures l’hiver… Alors, quels sont donc les ingrédients de ce bonheur danois au travail ?

La flexisécurité du marché du travail

Initiée dans les années 1990, la flexisécurité du marché du travail danois repose sur trois principes :

  • des règles d’embauche et de licenciement très souples apportant de la flexibilité aux entreprises,
  • des indemnités chômages généreuses apportant de la sécurité aux salariés,
  • et une formation professionnelle continue.

En France, la récente réforme du droit du travail avec la Loi Travail 2017, témoigne d’une volonté de libérer le travail suivant la tradition du modèle scandinave. Affaire à suivre…

Les bonnes pratiques à adopter au sein de sa tribu

« La confiance, c’est précisément ce petit rien qui change tout dans la vie de tous les jours : la tranquillité d’esprit. » Malene Rydahl

Développer la confiance et l’autonomie dans les relations de travail

La confiance est LE véritable pilier de la société danoise. Il n’est pas rare de tomber sur des vestiaires non protégés ou encore de voir un enfant dans une poussette sans surveillance à l’entrée d’un magasin. Le résultat ? Un quotidien serein avec un postulat de base : la personne en face est digne de confiance.

L’autonomie est un autre fondement de la société danoise, et plus largement la liberté personnelle : le fait d’être libre de choisir sa voie. Chacun peut vivre sa vie selon son style de vie, ses passions en subissant peu de pression sociale. La scolarité est gratuite voire rémunérée (760 euros sont versés par l’État pour les études supérieures). 70% des enfants de 13 à 17 ans travaillent à côté pour gagner progressivement en autonomie. De ce fait, la grande majorité des danois quittent le domicile parental à 18 ans afin de vivre leur vie selon leur style propre et il n’est pas rare de voir des danois commencer des études à 30 ans.

Comment cela se traduit au travail ?

La hiérarchie horizontale est privilégiée à la hiérarchie verticale car elle laisse place à une véritable liberté d’exécution. C’est une forme de liberté encadrée où la notion de discussion d’égal à égal (ou presque) est préférée à l’idée de validation par un supérieur hiérarchique afin de favoriser la responsabilité collective.

En effet, quand la confiance est donnée au collaborateur, il est valorisé pour ce qu’il est. Et quand personne ne remet en cause son envie de contribuer à la réussite de l’entreprise, il en ressort responsabilisé car le contrôle entraîne le soupçon, au risque d’infantiliser. La confiance garantit donc un meilleur environnement pour les affaires et l’autonomie des salariés.

Privilégiez la connaissance de soi et l’empathie

Le modèle éducatif est basé sur la connaissance de soi et l’empathie. L’élitisme est souvent laissé de côté au profit du sens, du développement personnel et de l’estime de soi. Les cours d’empathie sont obligatoires pour les enfants de 6 à 16 ans. C’est le seul pays au monde à avoir adopté cette pratique ! L’objectif est à la fois de ressentir et de comprendre les émotions de son entourage. Dès lors le système Danois favorise l’épanouissement dès l’école et par la suite au sein de l’entreprise, pour que le travail ne soit pas vécu comme une contrainte. En France, dans une école classée en réseau prioritaire, une initiative pédagogique fondée sur l’empathie et la bienveillance est testéepour prévenir la violence et le harcèlement.

Comment cela se traduit au travail ?

De meilleurs choix de carrière et recrutements sont fait quand on se connait. L’employé peut alors trouver et donner du sens à son travail. Et l’empathie est indispensable au vivre ensemble. Elle est au cœur de l’intelligence émotionnelle et permet de développer ses softs skills en entreprise (ou savoir-être en français). Un DRH de ne tiendra, par exemple, pas le même discours devant son board que devant ses équipes lors d’un plan social.

Equilibrez vie professionnelle et vie personnelle

Les danois font partie des Européens les plus épanouis sur le plan familial. En entreprise, la culture du résultat est privilégiée au présentéisme pour garantir l’équilibre vie professionnelle et vie personnelle.

Comment cela se traduit au travail ?

Les horaires de travail demeurent très flexibles et le télétravail est courant. Il n‘est pas rare de quitter le travail à 17 heures pour s’accorder au programme des enfants ou privilégier leur famille. Les droits de congé des salariés demeurent très étendus avec la possibilité de prendre un congé “enfant malade” par exemple.

La durée légale du temps de travail par semaine est de 37 heures (le taux horaire hebdomadaire ne doit pas dépasser les 48 heures sur une période de quatre mois). En effet, un trop gros taux horaire dans la semaine est considéré comme contre productif et gage d’un travail inefficace.

Respectez l’égalité

L’égalité est inhérente à la société danoise : que ce soit l’égalité des chances ou l’égalité hommes-femmes.

La mobilité sociale est une des conséquences du système social et fiscal danois qui est très redistributif et permet l’émergence d’une société plus égalitaire et ouverte. Ainsi, quel que soit le point d’origine, tous les chemins sont possibles. De plus, chacun est libre de choisir le rôle qui lui convient le mieux sans stéréotype ni tabous. Par exemple, tout le monde a le droit d’exprimer ses émotions et de parler de soi sans que ce soit interprété comme un signe de faiblesse.

Comment cela se traduit au travail ?

La différence en heures de travail entre les hommes et les femmes est très faible. Pour ce qui est du congé maternité : le père a droit à deux semaines suite à l’accouchement, la mère à quatre semaines avant et quatorze semaines après. Mais surtout, les trente-deux semaines restantes peuvent être partagées librement entre les deux. Et depuis 2002, travailler à temps partiel constitue un droit pour les salariés danois.

Pratiquez le Hygge

Concept danois difficile à traduire, il est gage d’un état d’esprit positif procuré par un moment jugé réconfortant, agréable et convivial. Il fait référence à un sentiment de bien-être et une atmosphère intime et chaleureuse.

Comment cela se traduit au travail ?

Associé à la notion de famille et d’amis, le hygge s’applique aussi au sein de la tribu. Les relations sont bienveillantes et les collaborateurs sympathiques, ouverts et disponible. Il n’est pas rare de voir des collègues attentionnés, partageant des clubs de sport ou des activitées culturelles qui n’ont pas peur de devenir amis.

Alors, qu’allez-vous faire pour améliorer votre « arbedjdsglaede » ?

Suivez Welcome to the Jungle sur Facebook pour recevoir chaque jour nos meilleurs articles dans votre timeline !

Photo by Carlo Villaric

Ingrid Dupichot

Freelance Content Writer

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Linkedin

Pour aller plus loin

Les derniers articles

Suivez-nous!

Chaque semaine dans votre boite mail, un condensé de conseils et de nouvelles entreprises qui recrutent.

Et sur nos réseaux sociaux :