Interview CTO | Quels sont les défis techniques d'une start-up e-commerce ?

  • December 15, 2016

Thomas Seres, un bayonnais de 33 ans, est en charge de toute l’infrastructure technique de Pandacraft en tant que Chief Technical Officer. Comment se passe le quotidien d’un CTO dans une startup e-commerce ?

Tel un Hub, le pôle Tech doit chaque jour apporter des réponses techniques aux besoins business. Quelles techno utilise-t-il ? Quels sont les principaux défis techniques et comment va évoluer l'architecture à terme ? Décryptage.

Comment devient-on CTO d’une startup comme Pandacraft ?

Le code a été une passion très jeune ! J’ai 33 ans mais c’est vers 12 ans que j’ai commencé à coder, en autodidacte. Organiser mes fichiers via un mini site en local, chercher de nouvelles techniques par moi-même : un vrai loisir ! Après un IUT, j’ai terminé mes études d’ingénieur informatique à Paris à l’ETNA. Ensuite j’ai occupé différents postes au sein d’une même entreprise : chef de projet, responsable business intégration. L’occasion de mixer des compétences techniques et manageriales. Devenir CTO, c’était une bonne synthèse de tout ce que j’avais appris dans mon parcours ! J’ai rejoint Pandacraft en 2013.

En quoi consiste ton métier ?

C’est un poste central qui permet de répondre aux besoins business de la boîte en leur apportant des réponses techniques. Je dois construire, gérer et améliorer la partie technique de Pandacraft, en lien direct avec les autres pôles de la boîte.

Pour donner une image, je suis dans une sorte de Hub qui vient agréger les besoins de tous : un peu comme une pieuvre dont les tentacules pousseraient sans cesse ! C’est donc un métier très varié qui évolue constamment, en même temps que l’évolution de la startup. Par exemple au début je ne faisais pas d’optimisation financière sur les infras serveurs alors que maintenant c’est nécessaire !

Que fait concrètement le pôle Tech ?

Notre cœur d’activité c’est le site. Je dois faire en sorte qu’il soit optimisé pour permettre :

  • la vente d’abonnements en ligne
  • le tracking de data pour le business

Concrètement je mets en place des modules pour répondre aux besoins business et agréger la data dans nos bases de données. Un des grands enjeux c’est l’automatisation : avoir une infrastructure technique qui rende chaque pôle indépendant.

  • pour que les BI puissent sortir des reports de manière simple et donc exploiter la donnée : on plug un système de dataviz (business intelligence)
  • pour le Marketing : je m’occupe de tout ce qui est marketing automation. Développer les plateformes nécessaires pour éviter les tâches répétitives et fournir des outils analytiques, notamment sur les campagnes d’emailing, le ciblage, l’analyse des typologies de clients etc. Ceci permet d’adresser plus facilement du contenu vraiment pertinent à nos utilisateurs !
  • pour le pôle achats / logistique : les flux logistiques sont automatisés

Pour le back et le front, quelle est l’infrastucture choisie et les technos utilisées ?

  • Pour la partie ecommerce, on a choisi Magento couplé à Wordpress
  • Côté techno : PHP, MySQL, du JS, React, Backbone, Underscore
  • Côté serveurs : AWS (EC2, S3)

Toute l’infra est prévue pour aller à l’international si besoin.

Comment trackes-tu la data ?

En ce qui concerne le tracking de data, il est effectué à 2 niveaux :

  1. Le premier niveau est interne, via des systèmes homemade qui nous agrègent de multiples data en relation avec les actions utilisateurs sur le site (origines, navigation, achats, cycles de vie des abonnements, ...). Le fait d'avoir un tel système interne nous permet d'être ultra réactifs et flexibles par rapport aux besoins croissants de data pour les pôles Business Intelligence & Marketing. Le but du jeu étant de leur apporter les infos les plus pertinentes. Par dessus toutes ces data, les équipes utilisent l'outil Tableau software afin d'interpréter les data et de sortir les reports dont ils ont besoin (et de manière autonome).
  2. Le 2ème niveau externe, plus générique : avec des outils comme Google Analytics, et récemment Kameleoon.

Quels sont tes principaux défis techniques ?

Le plus gros challenge jusqu’à présent est d’arriver à faire évoluer le site et ajouter constamment des nouveautés tout en maintenant l’existant. Tout cela avec un effectif réduit et avec une contrainte de temps : développer les nouvelles technos dans un laps réduit. Mais c’est ce que j’aime aussi dans le fait d’être dans une startup en croissance : c’est formateur d’un point de vue organisationnel, structuration / priorisation des nouveautés, spectre Tech des choses à gérer (back, front, serveurs, BI, analytics…).

Après, étant assez agnostique sur les technos, je tire une vraie satisfaction personnelle dans le fait de mettre en place un système pérenne et scalable !

Comment veux-tu faire évoluer les technos à terme ?

D’ici deux ans j’aimerais prendre un shift technologique : migrer l’architecture actuelle (qui est monolythique) vers une architecture plus éclatée, en microservices. Ça nous permettrait de s’abstraire du côté front de Magento, mais le garder en back et interagir avec lui via des API. J’aimerai que le côté front soit comme avec wordpress ; rendu via du React. Ce genre de techno va nous permettre d’être un peu plus agile et un peu plus en phase avec les usages qui sont fait à l’heure actuelle de Pandacraft, dans la mesure où la majorité de notre trafic provient du mobile (environ 55 %).

Selon toi quelles qualités sont requises pour être un bon CTO ?

Cela varie en fonction du moment dans lequel tu intègres la startup.

  • Au début, il faut être persévérant, ne pas se décourager. Il faut avoir une bonne réflexion par rapport à l’environnement –moi en l’occurrence le web –. Pour cela faire une bonne veille est essentiel et le meilleur canal reste de contacter des personnes ayant une bonne expérience sur le domaine qui nous intéresse ! Et il faut se demander ce qu’on peut apporter d’intelligent par rapport au besoin du business. C’est donc aussi comprendre le business.
  • Ensuite, au fur et à mesure, avec les équipes techniques qui s’étoffent, il y a un aspect managérial. Chez Pandacraft, c’est surtout organisationnel : comment prioriser et bien gérer toutes les demandes entrantes pour au final améliorer l’expérience utilisateur.

Qu’est-ce qui fait qu’un profil Tech aura envie de vous rejoindre ?

Pour la liberté et le grand champ d’action possible dans le pôle Tech, les responsabilités qu’on donne à chacun et l’esprit de famille qu’on a réussi à créer chez Pandacraft. Le pôle Tech est en train de grandir, avec de nombreux challenges à relever dans les prochains mois !

Laurent

Envie de rejoindre Pandacraft ?

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Linkedin

Pour aller plus loin

Les derniers articles

Suivez-nous!

Chaque semaine dans votre boite mail, un condensé de conseils et de nouvelles entreprises qui recrutent.

Et sur nos réseaux sociaux :