Side project : « Je suis manager et directrice d'une troupe de théâtre »

  • July 31, 2019

Vous connaissez le principe du side hustle (ou side project) ? C’est très simple, il consiste à développer un projet, une passion lointaine ou en devenir dans laquelle on souhaite s’investir en parallèle de son métier officiel. Chez Welcome to the Jungle, nous avons voulu partir à la rencontre de plusieurs personnes inspirantes qui se sont lancées dans cette double vie professionnelle.

Floriane Massé combine deux activités. Officiellement, elle est responsable des achats au sein de la direction des moyens de fabrication chez France Télévisions où elle pilote une équipe de dix personnes, mais à côté de cette fonction, elle a décidé de créer une troupe de théâtre indépendante. Avec l’aide d’une metteuse en scène et des comédiens qui composent sa bande, le projet a pu voir le jour et n’arrête pas de grandir. Récemment, sa troupe se produisait au théâtre du Passage vers les étoiles, dans le 11ème arrondissement de Paris. Rencontre.

Floriane, pourquoi t’es-tu lancée dans le théâtre en plus de ton métier chez France Télévisions ?

Depuis le lycée, je suis amoureuse de cet art. J’ai commencé par faire un Bac L, option Arts Appliqués. À l’époque, je faisais 10h de théâtre chaque semaine. Je me suis lancée dans des études spécialisées dans le théâtre, dans l’optique de devenir comédienne, mais la réalité m’a vite rattrapée. J’ai pensé que l’obtention d’un diplôme “officiel” était nécessaire pour démarrer dans la vie professionnelle, c’est pour cette raison que j’ai intégré une école de commerce : l’INSEEC, afin d’entrer rapidement dans le monde du travail.

« J’ai pensé que l’obtention d’un diplôme “officiel” était nécessaire pour démarrer dans la vie professionnelle. »

Voilà 6 années que j’ai rejoint les équipes de France Télévisions et l’envie de faire du théâtre ne m’a jamais abandonnée. En 2016, après plusieurs années à jouer dans une école d’amateurs, l’envie de monter un projet de toute pièce m’a rattrapée : j’ai décidé de monter une troupe avec des personnes aussi passionnées que moi. J’ai pensé que ce projet personnel pourrait m’apporter un équilibre entre ma vie professionnelle et ma vie privée. Ensemble, nous avons déjà monté une première pièce : “La Nuit de Valognes”, par Éric-Emmanuel Schmitt.

« En 2016, après plusieurs années à jouer dans une école d’amateurs […] j’ai décidé de monter une troupe avec des personnes aussi passionnées que moi. »

image

Au quotidien, que t’apporte ce side project ?

À une époque où nous avons tendance à changer rapidement de métier ou d’employeur, le théâtre et mes responsabilités auprès de la troupe m’apporte beaucoup de stabilité car j’arrive à m’accomplir aussi en dehors de mon travail et à avoir un autre pilier dans ma vie. C’est clairement un moyen parfait pour moi de me poser professionnellement. Dans cette quête de sens perpétuelle, je pense que la complémentarité entre un métier qui nous plaît et le développement d’un projet personnel est une solution parfaite.

« J’arrive à m’accomplir aussi en dehors de mon travail et à avoir un autre pilier dans ma vie. »

image

Ton side project t’aide-t-il dans ton métier ?

Complètement. Au quotidien, j’ai le sentiment profond d’évoluer, de prendre plus d’initiatives, de ne plus avoir peur de prendre la parole en public (forcément le théâtre, ça aide), et d’assouvir cette volonté de repousser toujours un peu plus mes limites. Cette configuration m’a totalement permis de m’affirmer. Par exemple, je me suis récemment portée volontaire pour devenir formatrice en interne. Je ressens aussi un autre bénéfice dans mon side project : avoir deux vies d’équipe totalement différentes. Cela m’aide à progresser dans mes fonctions managériales. Mon side project me donne plus confiance en mon rôle de manager et vice versa.

« J’ai le sentiment profond d’évoluer, de prendre plus d’initiatives, de ne plus avoir peur de prendre la parole en public. »

N’est-ce pas trop difficile de combiner un “vrai métier” et un projet personnel ?

Tout est une question d’organisation ! Sur le papier, cela ne semble pas évident et pourtant ça l’est. Actuellement, chez France Télévisions, je travaille de 9h à 19h et cela ne m’empêche pas de planifier 6h de répétition chaque semaine avec ma troupe de théâtre.

« La clé, c’est la planification. »

L’un des avantages que nous avons avec la troupe, c’est que nous occupons tous des fonctions de manager, ce qui nous permet de moduler nos horaires. Mais la clé, c’est la planification. À chaque rentrée, nous établissons un programme qui sera le socle annuel de nos créneaux pour les répétitions. Sauf extrême urgence, il ne doit pas changer, il faut donc s’imposer une certaine rigueur et prévoir en avance ce temps consacré à son side project dans son agenda. En revanche, cela m’arrive de poser des congés pour pouvoir suivre le rythme de la troupe. Il faut être prêt à ce genre de petit “sacrifice”, mais quand on est passionné, cela ne pose aucun souci.

image

Y a-t-il des précautions juridiques à prendre avant de se lancer ?

À mon avis, il ne faut surtout pas hésiter à en parler à son employeur. C’est votre vie, vous avez le droit d’avoir des projets en dehors du boulot. En général c’est plutôt très bien accueilli. De plus en plus de directeurs se soucient du bien-être de leurs salariés, alors si votre projet peut y contribuer…

« Vous avez le droit d’avoir des projets en dehors du boulot. »

Bien que le fait de se lancer dans un projet entrepreneurial tout en étant salarié est autorisé par la loi, prenez le temps de vérifier quelques éléments de votre contrat de travail. Une éventuelle clause dite “d’exclusivité” qui interdit aux employés de l’entreprise d’exercer toute autre activité professionnelle simultanément, peut y être mentionnée. Ce n’est pas tout : votre engagement dans un side project ne doit pas nuire à votre entreprise et vous ne pourrez pas utiliser les ressources de votre société pour développer votre projet personnel.

image

Si tu devais donner un conseil aux personnes qui hésitent à se lancer…

Souvent, quand je parle de mon expérience, on me demande si j’ai eu peur de me lancer. Je pense qu’il ne faut surtout pas se mettre de barrières. Si vous avez envie de monter un projet sans qu’il ne devienne votre “vrai métier”, lancez-vous ! Qu’avez-vous à perdre ? Strictement rien ! Si la passion vous habite, le temps que vous vous apprêtez à consacrer à ce side project ne doit surtout pas être considéré comme une corvée mais comme un moyen de vous retrouver…

« Il ne faut surtout pas se mettre de barrières. Si vous avez envie de monter un projet […] lancez-vous ! »

Je suis persuadée que nous pouvons donner du sens à notre quotidien, autrement que par notre “métier principal”. Nous avons tous notre propre définition du sens, mais je suis intimement convaincue que la complémentarité entre un projet personnel qui nous tient à cœur et un métier qui nous passionne, offre la formule parfaite. L’épanouissement personnel que je trouve dans mon side project me permet de gagner en bien-être au quotidien et je pense que c’est ce que beaucoup de personnes recherchent aujourd’hui.

Suivez Welcome to the Jungle sur Facebook pour recevoir chaque jour nos meilleurs articles dans votre timeline !

Photo d’illustration by WTTJ

Valentin Cimino

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Linkedin

Pour aller plus loin

Les derniers articles

Suivez-nous!

Chaque semaine dans votre boite mail, un condensé de conseils et de nouvelles entreprises qui recrutent.

Et sur nos réseaux sociaux :