« Je suis toujours en retard » : pourquoi et comment lutter ?

  • January 15, 2018

« Le retard est la politesse des artistes... », André Maurois - romancier

Les citations ou les traits d’esprit ont beau lui donner du charme, être en retard peut être un véritable calvaire.

Vous êtes déjà passé à côté d’une opportunité parce que vous étiez en retard ? Vous terminez vos projets à la dernière minute et au comble du stress ? Vous avez beau faire des efforts pour changer mais rien n’y fait et cela nuit à vous et à ceux qui vous attendent ? Alors cet article est fait pour vous.

Welcome to the Jungle vous aide à comprendre pourquoi vous n’arrivez jamais à être à l’heure et comment changer cette (mauvaise) habitude.

Pourquoi suis-je toujours en retard ?

1. Je n’ai pas la notion du temps

Toujours en retard ? Dans une étude, menée en 2003 par Jeff Conte de la San Diego State University aux Etats-Unis, sur 181 conducteurs de métro à New-York, des chercheurs démontrent que certains n’arrivent pas à être ponctuels car leur perception du temps est différente de la norme. Là où une minute est perçue comme 58 secondes par les conducteurs “efficaces”, pour les autres une minute représente 77 secondes ! Si cet écart de 19 secondes vous semble faible, faites le calcul sur une journée…

« Ne prévoyez jamais d'être exactement à l'heure. Prévoyez toujours d'être en avance. Cela vous permettra d'arriver juste à temps. », Diana Delonzor - auteure de « Never Be Late Again »

2. Le retard dépend de ma personnalité

Certains facteurs psychologiques contribuent au retard chronique. Une étude menée dans les années 90 par le professeur Diana DeLonzor, auteure de Never Be Late Again : 7 Cures for the Punctually Challenged, met en évidence les liens entre les retardataires compulsifs et certains traits de caractère comme l’anxiété ou le manque d’estime de soi. Elle identifie sept profils de retardataires :

  1. Le « deadliner », le profil le plus commun, est celui qui ne parvient à être productif que dans l'urgence et qui affirme ne bien travailler que sous pression. Ce profil affronte quotidiennement la menace de la procrastination.
  2. Le « producer »** **qui aime faire le plus de choses possibles en un minimum de temps, mais qui sous-estime la durée des tâches qu'il doit effectuer. Le « productif » prévoit trop d’activités en une seule journée.
  3. Le « absent minded professor » (en référence au célèbre professeur Tournesol ?) qui se laisse distraire facilement et ne peut pas passer d’un point A à un point B sans faire des détours par les points C,D... Ce type de personnalité, au lieu d'avancer efficacement sur le seul et même projet, va s’éparpiller sur des tâches secondaires.
  4. Le « rationalizer » qui n'admet pas qu'il puisse être en retard et préfère blâmer les éléments extérieurs (les embouteillages, le métro etc.). Malheureusement quand celui-ci travaille au sein d’une team, c’est toute l’équipe qui pâtit de ses excuses.
  5. L’« indulger » qui a du mal à gérer son temps et se blâme pour son retard. À force d'auto-persuasion, l’indulger pensera qu’il ne peut pas lutter contre cette mauvaise habitude.
  6. L’« evader » qui essaie de maîtriser son anxiété en voulant tout contrôler, par exemple en ne quittant sa maison que lorsque celle-ci est parfaitement rangée, au risque d’être en retard.
  7. Le « rebel » est une personne qui savoure le fait d’être en retard, parce qu'elle aime l'idée d’être attendue. Ce sont parfois des gens qui manquent d'assurance et se complaisent dans l’idée que quelqu’un les attend.

Vous vous êtes reconnus dans un ou plusieurs de ces portraits ? Les conseils qui suivent ont été hiérarchisés par type de personnalité mais ils sont tous bons à suivre pour gérer votre retard !

Les 4 conseils pour en finir avec son retard

1. Pour les « deadliners » : vaincre la procrastination

Étudiant, qui n’a pas connu les révisions de dernière minute ? La tendance à repousser les tâches que l’on n’a pas envie de faire est compréhensible mais la procrastination peut finir par polluer votre quotidien. Les projets ne sont pas délivrés à temps ou le sont mais la qualité en pâtit. Or, finir un projet est gratifiant et ça entretient l’estime de soi ! (Lire : 8 conseils testés et approuvés pour enfin arrêter de procrastiner)

  1. Faites une to-do list la plus détaillée possible (à lire : Les 5 secrets d'une to-do list efficace).
  2. Faites-vous des clins d’oeil à vous-même pour démarrer votre journée. Par exemple : quelques post-its bien placés sur votre bureau la veille pour vous guider dans les tâches à effectuer.
  3. Décomposez les tâches les plus importantes en petites tâches.
  4. « Tout travail mérite salaire » : quand vous faites une tâche à temps ou la première partie d’un projet, accordez-vous une pause.
  5. Consacrez un temps limité à chaque tâche. Établissez une durée minimum pour certaines tâches (exemple : lire chaque semaine 5 articles) et une durée maximum (pas plus d’une demie-heure sur les mails le matin) (à lire aussi : Productivité : 6 astuces pour mieux gérer ses mails).

2. Pour les « professeurs Tournesol » : arrêter de se disperser

Arrêter de s’éparpiller demande de la discipline et de la pratique comme le sport.

La prochaine fois que vous sentez que vous allez vous égarer dans ce que vous faites ou que vous êtes prêt à arrêter de travailler, essayez les actions suivantes :

  1. Résistez et travaillez une quinzaine de minutes de plus : ne pas céder immédiatement à une envie, c’est muscler votre volonté.
  2. Demandez-vous quel est vraiment l’intérêt d’aller sur les réseaux sociaux alors que vous pourriez terminer votre travail plus tôt : faites le ratio entre plaisir immédiat (se distraire) et réalisation sur le long terme.

3. Pour le « producer », l’« evader » ou l’« indulger » : muscler son organisation

La volonté fonctionne comme des piles, plus vous en usez, plus elle se fatigue. Au travail comme à la maison, le mot d’ordre c’est l’organisation ! Il existe des techniques simples à mettre en place pour ne pas se laisser déborder :

  1. Économisez du temps sur les tâches répétitives qui vous prennent inutilement de l’énergie. Au travail, automatisez tout ce qui peut l’être (à lire aussi : Les 7 outils à installer d'urgence pour être plus productif).
  2. Chaque week-end, notez une liste de tâches personnelles et professionnelles que vous voulez terminer durant la semaine.
  3. À la fin de chaque journée, rayez vos tâches accomplies et reportez les autres au lendemain.
  4. Mettez vos réflexions, vos idées et projets par écrit : liste, organigramme, notes à coller sur la porte d’entrée... toutes les astuces pour avoir les choses en tête sont bonnes à prendre.

À lire aussi : Organisation : les 8 règles d'or pour ne plus jamais se laisser déborder

4. Pour tous, prendre soin de soi et dormir

Le manque de sommeil est une cause majeur du retard. Alors, pensez à vous coucher à une heure qui vous permet de dormir suffisamment. Rien n'est plus important que d'obtenir un sommeil de qualité avant de débuter la journée !

SleepyTime est un application qui vous indique à quelle heure vous coucher et vous lever pour ne pas casser votre rythme. Lorsque vous dormez, vous enchainez des cycles de sommeil de 90 minutes environ. Or, même si vous dormez pendant 8h, il suffit que votre réveil sonne au milieu d’un cycle de sommeil pour que vous soyez fatigué toute la journée.

À lire aussi : Sleeping routine : 8 bonnes pratiques à adopter

Au sein de ma tribu, que reflète mon retard ?

La ponctualité est un trait de caractère recherché dans les entreprises. Celle-ci est signe de politesse, de savoir-vivre et de fiabilité. Vous arrivez souvent en retard, mais comme vous terminez votre travail de la journée, vous vous dites que ce n’est pas grave ?

Pourtant, vous devenez pour l’entreprise une source de stress, vous passez pour quelqu’un d’irrespectueux et de peu fiable. Votre équipe ne pouvant compter sur vous à l’heure, vous devenez une source de désorganisation du fonctionnement de votre équipe. Sans mentionner vos collègues qui, eux, arrivent à l’heure et travaillent déjà depuis plusieurs minutes lorsque vous arrivez.

Qu'est-ce que je risque ?

Votre entreprise doit vous avoir communiqué précisément vos horaires. Un retard causé par un événement extraordinaire (intempéries, perturbation importante des transports…) est excusé. Par contre, un retard répété sans raison solide peut être l’objet d’un avertissement, de sanctions (retenue sur salaire) et même de licenciement pour faute grave. De quoi réfléchir à cette mauvaise habitude et travailler sur soi pour changer.

Mais à force de volonté, c'est possible !

Suivez Welcome to the Jungle sur Facebook pour recevoir tous nos meilleurs articles dans votre timeline !

Margot Peignier

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Linkedin

Pour aller plus loin

Les derniers articles

Suivez-nous!

Chaque semaine dans votre boite mail, un condensé de conseils et de nouvelles entreprises qui recrutent.

Et sur nos réseaux sociaux :