Comment soumettre vos sujets à des conférences tech ?

  • May 3, 2019

Cet article est issu de la section Behind the Code et s’adresse à un public de développeurs. Pour avoir accès à plus de contenus similaires, comme des retours d’expérience, des interviews de personnalités du monde du développement ou encore des articles de réflexions sur la programmation, n’hésitez pas à consulter directement notre rubrique Behind the Code, entièrement en anglais.

Un projet, un framework, ou un détail d’implémentation vous tiennent tellement à coeur que vous en parlez dès que l’occasion se présente ? Si les mini-conférences du jeudi midi dans votre entreprise et les repas de famille ne vous suffisent plus, alors il est temps de passer à l’étape supérieure en devenant speaker à une conférence reconnue dans votre domaine ! Nous vous livrons dans cet article nos conseils pour que vos propositions de sujets soient acceptées par les comités de sélection des conférences.

Identifiez plusieurs sujets

Avant même de vous lancer dans la préparation du talk en lui-même, prenez le temps de lister de manière exhaustive tous les sujets que vous auriez envie de présenter. Et cela tombe bien car il est recommandé de présenter plusieurs sujets afin de maximiser vos chances d’être retenu !

Notez bien que l’expérience humaine est toute aussi importante que le savoir technique dans le choix du sujet. Car si vous êtes plusieurs millions à utiliser Visual Studio, vous êtes peut-être le seul à l’avoir fait dans ces conditions spécifiques.

En panne d’inspiration ? Vous pouvez parler de détails d’implémentation d’un code autour d’un concept, d’un projet que vous avez réalisé, de l’utilisation d’outils destinés à faciliter votre travail au quotidien ou encore d’une expérience vécue qui relate des difficultés rencontrées, techniques ou humaines, et les enseignements tirés.

Préférez des sujets peu concurrentiels

Soyez stratégique en vous positionnant sur des sujets sur lesquelles la concurrence est faible. Vincent Pradeilles, technical leader chez Worldline et speaker aux conférences NSSpain et dotSwift, rappelle que puisque « les sujets techniques les plus évidents reviendront aux speakers réputés” , il vous faudra “privilégier des sujets moins prisés sur lesquels il y a moins de concurrence, tout en choisissant des sujets qui vous plaisent et sur lesquels vous vous sentez à l’aise. »

Ces sujets moins demandés courant néanmoins le risque de ne pas intéresser le public de la conférence, Vincent Pradeilles conseille de « les tester en écrivant un article de blog, des tweets, ou du code open-source avant même de se lancer dans la préparation d’un talk et de postuler à des conférences ». Cette phrase préparatoire pourra ensuite être réutilisée lorsque vous soumettrez votre sujet car elle constituera la preuve que vous avez bien préparé votre sujet.

Commencez à préparer le contenu du talk

Le contenu d’un talk et sa soumission sont deux exercices bien différents comme le rappelle David Cheney, organisateur de conférence, speaker et contributeur sur le langage Go, dans son article intitulé How to write a successful conference proposal : « Your talk and the proposal to give that talk are different because they target different audiences. The former is what you are going to present on stage, the latter is a pitch to the reviewers to let you give that presentation. »

S’il est primordial de garder en tête cette distinction, vous devrez en revanche commencer à préparer le contenu de votre talk en amont de la soumission de votre sujet de manière à pouvoir décrire le plus précisément possible ce que vous envisagez de présenter lors de votre talk.

Dans le cadre de cette première étape de préparation du contenu du talk, deux grandes erreurs sont à éviter selon Vincent Pradeilles :

  • Se placer dans un contexte technique trop précis qui ne permet pas à l’audience de se projeter. Les informations nouvelles présentées seront alors trop importantes, ce qui aura pour effet de noyer les idées fortes de votre discours.
  • Ne pas répondre à une problématique concrète. En apportant une solution à un problème concret et réel, il sera plus facile pour votre audience de s’approprier l’idée, le concept ou la technique pour l’appliquer dans son travail.

Surveillez les appels à soumissions

Répondre aux appels à soumissions n’est souvent pas l’étape la plus plaisante, mais elle est indispensable pour espérer monter sur scène. Les appels sont généralement lancés plusieurs mois avant la date de la conférence et il est important d’en être informé le plus tôt possible de manière à avoir le plus de temps possible pour la préparation de votre réponse. En faisant partie des premiers à soumettre une proposition de sujet, vous montrerez aussi votre motivation.

Il faut donc mener une veille régulière sur les réseaux tels que Twitter, dans les communautés de développeurs comme Slack ou GitHub, ou encore via des newsletters et des sites spécialisés. Certains sites s’emploient également à référencer des conférences comme par exemple Cocoa Conferences qui s’adresse aux développeurs iOS et macOS ou des sites plus généralistes comme confs.tech et Awesome Tech Conferences.

Rédigez une proposition pertinente

”Une proposition doit séduire deux publics : le public de la conférence évidemment, mais aussi le comité de sélection” rappelle Vincent Pradeilles.

Les conférences peuvent récupérer votre proposition de différente manière : via un formulaire sur leur site, sur PaperCall, ou encore par e-mail. Il est généralement demandé un titre de conférence, un résumé, une description, des références ainsi qu’une courte biographie. Si les différents éléments demandés en guise de réponse nécessitent un peu de travail supplémentaire, gardez en tête que cela ne sera pas fait en vain puisque le titre, le résumé ou la courte biographies seront bien souvent repris mot pour mot sur le site Internet de la conférence.

Petit rappel qui peut paraître évident, mais qui échappe à environ 30% des candidats, d’après l’expérience de Karolina Szczur qui a fait partie du comité de sélection de nombreuses conférences : avant de vous lancer dans la rédaction de la réponse, assurez-vous de bien lire les règles à suivre. Les instructions peuvent par exemple préciser la langue, les thèmes acceptés, les dates de soumission et le nombre de mots maximum.

Le titre et le résumé demandent une attention particulière car ils doivent susciter l’intérêt avec une formulation impactante. Gardez en tête que le style d’écriture doit être adapté à l’audience de la conférence. Le meilleur moyen de viser juste est de regarder les talks et les textes des éditions précédentes.

La description permet de présenter en détails le contenu de votre talk. Soyez précis, clair et exhaustif. Ne vous contentez pas d’un survol rapide. Votre objectif est de confirmer au comité de sélection que vous êtes légitime et que votre sujet va répondre aux attentes de la conférence.

Des formulaires de soumission intègrent également la possibilité de renseigner vos références. Si cela n’est pas le cas, essayez quand même de trouver un moyen subtil de le faire dans la description en ajoutant des liens vers :

  • Du contenu externe directement en lien avec le talk. Par exemple un article de blog ou du code qui montrera au comité pourquoi vous êtes légitime sur le sujet.
  • Des vidéos de talks précédents où vous parlez dans la langue attendue pour la conférence. Cela montrera que vous êtes à l’aise avec la prise de parole en public dans cette langue.
  • Vos réseaux professionnels tels que LinkedIn, GitHub ou Twitter. Cela montrera que vous êtes actifs dans la communauté.

Enfin, utilisez votre texte de biographie pour rappeler votre légitimité pour ce talk. C’est l’occasion de souligner vos nombreuses années d’expérience passées à travailler sur des problématiques en lien avec le sujet.

Restez motivé

Il peut se passer jusqu’à un an entre l’envie de participer à une conférence et la participation effective. Donc armez-vous de courage et de motivation et surtout ne vous découragez pas !

Il est ainsi conseillé de vous entraîner régulièrement devant un public, que ce soit à l’occasion d’un meet-up local ou d’une présentation au sein de votre entreprise afin d’augmenter votre niveau de confiance. Suivez également l’actualité des conférences qui vous intéressent et de regardez régulièrement des talks afin de vous aider à vous projeter.

Enfin, gardez à l’esprit qu’une conférence peut recevoir plusieurs centaines de propositions pour quelques dizaines de places. Un refus ne signifie pas nécessairement que votre sujet est mauvais. Il peut simplement avoir été donné à un speaker plus expérimenté.

Que pouvez-vous faire à présent ?

  • Prenez cinq minutes de votre temps afin de noter 5 projets ou expériences qui vous ont passionnés.
  • Choisissez l’un des sujets que vous avez noté. Parlez-en autour de vous et rédigez un premier draft d’article pour structurer vos idées.
  • Établissez une liste de conférences qui vous intéressent et regardez les vidéos des éditions précédentes afin d’identifier le public visé.

Accédez à plus de contenus pour les développeurs sur la rubrique dédiée Behind the Code !

*Suivez Welcome to the Jungle sur Facebook pour recevoir chaque jour nos meilleurs articles dans votre timeline !

Illustration par Brice Marchal*

Guillaume Sasdy

C# .NET developer @ CSN Energy

  • Ajouter aux favoris
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Linkedin

Pour aller plus loin

Les derniers articles

Suivez-nous!

Chaque semaine dans votre boite mail, un condensé de conseils et de nouvelles entreprises qui recrutent.

Et sur nos réseaux sociaux :