Partir travailler à Tel Aviv

  • September 6, 2019

Surnommée la “capitale méditerranéenne du cool” par le New York Times, cette ville éveillée 24h/24 a une impulsion unique. Connue pour ses plages de sable fin, comme pour sa vie nocturne, culturelle et technologique, les multi-facettes de Tel Aviv lui offrent une ouverture internationale privilégiée. Le centre économique israélien (oui, Tel Aviv n’est pas la capitale !) a plus d’un tour dans son sac pour vous attirer dans ses filets ! On vous dit tout ce dont vous avez besoin de savoir avant de vous y installer.

Le marché du travail

Israël en général, et Tel Aviv, ont en effet quelques arguments pour éveiller l’attention d’une main d’œuvre qualifiée : un taux de chômage plutôt très bas en juillet 2019 ( 3,7%), une croissance à plus de 3% depuis 2015, plus de 6 000 start-up réparties sur le territoire… Vous êtes séduit ? Avant de faire vos bagages, sachez que si la maîtrise de l’hébreu n’est pas obligatoire, maîtriser quelques notions sera particulièrement apprécié par les recruteurs. De même, travaillez votre anglais : il est indispensable de pouvoir communiquer dans la langue de Shakespeare pour trouver un emploi à Tel Aviv.

Ces détails linguistiques réglés, à vous un marché économique dynamique, très en demande de diplômés en études supérieures, notamment dans le secteur des nouvelles technologies. Tel Aviv est même surnommée la Silicon Wadi (wadi veut dire “vallée” en hébreu) ! Et ce n’est pas tout : de grands groupes français - Veolia, L’Oréal, Alstom ou encore Sanofi - sont implantés sur place, et prêts à embaucher les cerveaux français. La communauté française est d’ailleurs particulièrement représentée avec au moins 50 000 français et françaises recensés en Israël en 2016. N’hésitez pas à les rencontrer, et à échanger avec eux : le networking vous permettra de trouver un poste plus facilement, les offres d’emploi n’étant pas centralisées comme en France avec Pôle emploi.

Les secteurs qui recrutent

  • Les nouvelles technologies : un data analyst gagne en moyenne 13 079 shekels/mois (soit 3 340 euros/mois)
  • L’industrie (le métro est en pleine construction) : un ingénieur gagne environ 21 390 shekels/mois (soit 5 560 euros/mois)
  • Le tourisme : Israël a accueilli non moins de 4 millions de touristes en 2018, nouveau record du pays !
  • Le commerce : un sales manager gagne en moyenne 8 204 ₪/mois (soit environ 2 100 euros/mois)
  • Le marketing et la communication : comptez 10 235 ₪/mois en moyenne (soit un peu plus de 2 600 euros/mois) pour un marketing analyst

La vie en entreprise

Ici, pas de présentéisme : tant que le travail est fait, vous êtes plus ou moins libre de choisir vos horaires. Attention cependant, la durée de travail légale est de 42 heures par semaine, et il vous faudra sûrement ajouter quelques heures supplémentaires à ces semaines déjà bien chargées. Anael, product manager, installée à Tel Aviv depuis plus de trois ans, nous le confirme : « je fais beaucoup d’heures supplémentaires, c’est vrai, mais ça me va du moment que j’ai cette flexibilité de gérer mon calendrier comme je l’entends. » À vous de voir si cet équilibre vous convient également.

je fais beaucoup d’heures supplémentaires, mais ça me va du moment que [je gére] mon calendrier comme je l’entends.

L’ambiance au bureau est détendue, très “start-up nation” : des évènements sont souvent organisés au sein des entreprises pour encourager la cohésion des équipes. « Je travaille dans une petite start-up de 30 personnes, où l’ambiance au travail est super, avec une culture du travail humaine : des petits déjeuners ou des afterwork sont régulièrement organisés », nous explique avec enthousiasme Anael. Elle ajoute : « c’est complètement normal de voir ses collègues en dehors du bureau, et même de rencontrer leurs conjoints ! »

En revanche, notez bien que si en théorie, votre employeur est censé vous accorder un mois de préavis en cas de licenciement, en pratique, vous pouvez vous retrouver au chômage en une semaine seulement : pensez à bien lire votre contrat avant de le signer, et n’hésitez pas à avoir recours à un avocat en cas de doute.

Les plus

  • Le climat : il fait beau pratiquement toute l’année, et au cœur de l’hiver, le thermomètre descend rarement en dessous de 10 degrés.
  • « Tel aviv est une ville super intéressante car c’est une ville cosmopolite : on se retrouve facilement à des soirées avec des personnes de toutes nationalités, qui ont des cultures différentes ! » raconte Anael.
  • Le sentiment de liberté dans la ville : « il suffit de marcher dans la rue pour le ressentir. Je n’ai jamais connu ça ailleurs », s’enthousiasme-t-elle.

Les moins

  • Un des pays avec les plus grosses inégalités sociales.
  • Les tensions géopolitiques qui agitent régulièrement le pays.
  • Le coût de la vie plus élevé qu’en France.
  • Les transports : « ils n’arrivent jamais à l’heure indiquée et ne s’arrêtent pas toujours quand ils sont censés s’arrêter », s’agace Anael.
  • Les congés : « Seulement 12 jours de congés payés, et pas de RTT ! », ajoute-elle.
  • Le congé maternité est fixé à 15 semaines, soit une semaine de moins qu’en France et le congé paternité est de 5 jours (contre 11 en France).

Pour qui ?

À vous les découvertes architecturales Bauhausiennes, mais aussi les plages ! Car même si on travaille beaucoup, « la plage est accessible à pied ou vélo et donc ça compense avec le rythme un peu rapide » nous dit Anael. Vous pourrez tout autant profiter des dernières tendances occidentales (restauration vegan, café trendy et avocado toasts instagramables) que profiter d’une vie nocturne particulièrement agitée, et bonne nouvelle : la plupart des clubs, des bars et des restaurants restent ouverts pendant Shabbat ! Comme nous le résume parfaitement Anael, « Tel Aviv est le mix entre une station balnéaire et une mégalopole ! » Que demande le peuple ?

Infos pratiques

Loyers :

Les prix pour un logement ne sont pas donnés à Tel Aviv. Comme toutes les métropoles, la ville n’échappe pas à l’ inflation immobilière : il vous coûtera en moyenne 2000€/mois pour un appartement 3 pièces en centre-ville, et 1200€ pour un studio…

Transports :

Pas de métro à Tel Aviv pour le moment : la première ligne est attendue pour 2021 ! En attendant, vous pouvez prendre le bus. Investissez dans une carte électronique Rav Kav plutôt que dans des tickets individuels, ce qui vous permettra d’économiser 20% sur vos trajets. Il est possible de prendre un abonnement mensuel, qui vous reviendra à 57€, quand un ticket simple coûte 7 shekels (soit moins de 2 euros). Gardez en tête que la plupart des bus arrêtent de fonctionner pendant Shabbat (le jour de repos hebdomadaire, du vendredi soir au samedi soir, ndlr). Le conseil d’Anael : « Essayez d’habiter dans la ville, afin de réduire au maximum votre dépendance aux transports. »

Santé

Comme en France, vous et votre entreprise cotisez auprès de la Sécurité Sociale locale, afin d’être assuré en cas de maladie, chômage, accident du travail ainsi que pour votre retraite. Mais vous devez obligatoirement vous affilier à l’une des quatre caisses d’assurance : Clalit, Leumit, Maccabi ou Meuhedet.

Internet et téléphonie mobile

Pour votre téléphone, vous avez l’embarras du choix parmi les nombreux opérateurs du pays : Partner, Cellcom, Pelephone, Hot mobile, RamiLevy, 012mobile, Golan. Vous trouverez des offres d’abonnement à partir de 35 shekels (soit environ 9 euros). Nous vous conseillons tout de même de vous rendre sur place, les sites Internet n’étant disponibles pour la plupart qu’en hébreu. Pour votre box télévision et Internet, comptez environ 25€ par mois.

Infos visas

Vous pouvez faire la demande d’un visa A-2 si vous êtes étudiant, et vous aurez la possibilité de rester une année sur place. Si vous souhaitez travailler, faites la demande d’un visa B-1 : vous pourrez rester sur place pour une durée limitée, qui sera déterminée par le Ministère de l’Intérieur israélien. Dans tous les cas, vous devrez remplir une demande d’entrée sur le territoire d’Israël.

Toujours pas convaincu par Tel Aviv, une de ces rares métropoles qui mêlent avec talent modernité et traditions, tout en vous donnant l’opportunité de manger du houmous à tous les repas ? Ce n’est pas grave, on partira à votre place !

Suivez Welcome to the Jungle sur Facebook pour recevoir chaque jour nos meilleurs articles dans votre timeline !

Anouk Renouvel

Freelance @ Communication numérique

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Linkedin

Pour aller plus loin

Les derniers articles

Suivez-nous!

Chaque semaine dans votre boite mail, un condensé de conseils et de nouvelles entreprises qui recrutent.

Et sur nos réseaux sociaux :