Les 7 news pour briller à la machine à café le 12 septembre 2019

  • September 12, 2019

Parce qu’on sait à quel point paraître malin est primordial lors des pauses entre collègues - surtout si le boss tend l’oreille -, la rédaction de Welcome to the Jungle vous livre toutes les deux semaines les dernières actus chaudes du monde du travail. On vous en prie, c’est normal.

France

La grève des urgentistes continue

Après plus de cinq mois de grève et malgré un “pacte de refondation” présenté ce lundi par la ministre de la Santé Agnès Buzyn, le mouvement de grève continue dans des centaines de services d’urgence en France. Le détail de ce plan qui ne convainc pas les professionels de santé : douze mesures et un rajout de 630 millions d’euros débloqués d’ici 2022, afin de “lever la pression” sur les urgences. Des renforts sont notamment promis en termes de création de postes (médecins comme soignants). Mais là où le bât blesse selon le secteur médical : aucune annonce de réouverture massive de lits ou de nouvelle revalorisation salariale pour les infirmiers et les aides-soignants.

Le salaire, sujet le plus tabou entre collègues

Que livre-t-on de nous à nos collègues, ces femmes et hommes que l’on côtoie parfois plus que nos amis ou notre famille ? Apparement beaucoup de choses, mais certains sujets restent très tabous rappelle une enquête RégionsJob. Le plus tabou d’entre tous ? Celui du salaire, pour 83% des salariés ! (et ça tombe bien, on consacre un dossier de 26 pages sur ce thème, dans le tout nouveau numéro de notre magazine en kiosque !). Une absence de discussion qui pèse sur la transparence salariale des entreprises : 78% des sondés ne connaissent pas le salaire de leur manager, et 50% celui de leurs autres collègues. Quant aux deux autres sujets polémiques, ils font eux-aussi consensus : nous serions 61% à éviter de parler politique à la machine à café, 58% en ce qui concerne la religion.

Les intentions d’embauche augmentent encore

+6% de créations net d’emploi. C’est ce que promet le dernier baromètre ManPowerGroup pour le quatrième trimestre 2019. Une augmentation d’un point par rapport au trimestre précédent, et de 4 points en comparaison de la même période il y a un an. Dans le détail, ce sont 8% des employeurs qui prévoient d’embaucher d’ici les fêtes de fin d’année, contre 2% qui envisagent de réduire leur effectif, et 88% qui pensent rester stables.
Sur le podium des secteurs, la construction et l’industrie devraient particulièrement recruter, avec respectivement 15 et 8% de créations net d’emploi. Enfin, côté géographie, le Centre-Ouest et L’Ile-de-France se démarquent, tandis que le Nord voit particulièrement ses intentions de recrutement diminuer.

Discrimination : 1/3 des salariés seraient concernés

C’est un pourcentage alarmant que révèle une nouvelle étude ADP : plus d’un tiers (36 %) des salariés français interrogés estime avoir été discriminé sur son lieu de travail. La principale cause de cette discrimination - ressentie ou véritable - ? L’âge, selon un tiers des concernés. Et si ce sont particulièrement nos ainés (22%) qui se sont sentis laisés, les moins de 25 ans (14%) voient également leur date de naissance comme un poids en entreprise ! Dans la liste des critères de discrimination viennent ensuite : l’apparence (20%), le genre (19%), la formation, les expériences, les origines (9%) ou encore l’orientation sexuelle et la religion (3%).

À noter que certains secteurs seraient plus à “risques” que d’autres : dans l’IT, 47 % des salariés se sont sentis discriminés (12 % à cause de leur apparence, 11 % à cause de leur formation) ; et ils seraient 46% dans le secteur culturel (notamment à cause des origines ethniques et du genre).

Bosser moins, un argument en or !

Le fameux “travailler plus pour gagner plus” est-il définitivement relégué au placard ? Selon une étude récente de l’Ifop pour le JDD, 54% des sondés affirment en tout cas vouloir travailler moins ! Une véritable tendance - la semaine de quatre jours en est un exemple - qu’a voulu illustrer Capital en images, avec un portfolio des 8 métiers et entreprises où l’on travaille peu, dans le public comme dans le privé. Ce qu’on y apprend ? Que les pilotes d’avion ne peuvent effectuer plus de 900 heures de vol par an (contre les 1.600 heures annuelles d’un 35h), que les aiguilleurs du ciel bossent 32 heures par semaine avec 8 heures de pause hebdomadaire inclues, ou encore que le fameux “fini-parti” des éboueurs Marseillais existe encore ! Résultat : des journées de 4 heures en moyenne. Dégaine !

16% des pros travaillent pendant leur pause-déj

Dans la famille “collègues à l’heure du déjeuner”, vous êtes plutôt sandwich à la va-vite ou brasserie avec les vieux copains ? En tout cas, selon une étude Yougov, nous serions 83% à trouver que la pause-dej est un moment important de notre journée. Pour relâcher, beaucoup de Français scrollent les réseaux sociaux (30%), d’autres en profitent pour vraiment se reposer et faire une sieste (23%) ou encore pour s’occuper de leurs affaires persos - que celui qui n’a jamais reservé ses vacances au bureau nous jette la première pierre - … mais 16% continuent à bosser pour ne pas perdre de temps ! Un temps qui se réduit d’ailleurs comme peau de chagrin selon Yougov : en 1975 nous nous accordions en moyenne 1H38 pour déjeuner, contre seulement 38 minutes aujourd’hui.
Autre enseignement : 46% des sondés se concoctent eux-mêmes leurs plats - coucou le tupperware -, 17% se rendent au restaurant d’entreprise, 14% sortent s’acheter leur repas, 8% vont au restau et 5%… ne mangent pas du tout !

Monde

Chez Kering, le congé paternité passe à 14 semaines !

C’est une politique audacieuse et qui mérite d’être saluée : le groupe Kering a annoncé ce mardi 10 septembre élargir son congé maternité de 14 semaines à celui des hommes ! Dans les faits, les papas de ce groupe mondial bénéficieront donc à partir du premier janvier 2020 du même congé que leurs collègues femmes : à savoir 14 semaines rénumérées intégralement, lors de la naissance ou de l’adoption d’un enfant. Un bien beau cadeau pour les 35.000 salariés du groupe, et un dispositif bien plus avantageux que la moyenne, quand on sait par exemple qu’en France les pères bénéficient d’un congé naissance de 3 jours et d’un congé paternité de 11 jours. Dans son communiqué annonçant la nouvelle, le groupe de luxe a dit vouloir : « favoriser un meilleur équilibre entre vies professionnelle et personnelle » ainsi que « promouvoir l’égalité entre les salariés, femmes et hommes, indépendamment de leur situation personnelle ». Perso, chez Welcome to the Jungle, on applaudit.

Et pour lire davantage sur le sujet : Congé paternité en France : quand la loi piétine, les entreprises s’engagent. L’exemple de Patagonia.

Suivez Welcome to the Jungle sur Facebook et abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir chaque jour nos meilleurs articles !

Photo by WTTJ

Clémence Lesacq

  • Ajouter aux favoris
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Linkedin

Pour aller plus loin

Les derniers articles

Suivez-nous!

Chaque semaine dans votre boite mail, un condensé de conseils et de nouvelles entreprises qui recrutent.

Et sur nos réseaux sociaux :