Arcep

  • Electronique / Télécommunications, IT / Digital, Objets connectés
  • Paris Cedex 15, Paris Cedex 12
  • www.arcep.fr
  • Année de création

    1997
  • Collaborateurs

    172
  • Parité

    45 % 55 %
  • Âge moyen

    35 ans
  • Turnover

    16 %

Derniers jobs

Aucune offre en ce moment, revenez d'ici quelques jours !

Il y a dans les administrations des agents que j’appelle des “barbares publics”, pour parler des entrepreneurs du numérique, qui sont les réformateurs dont nous en avons besoin. Il faut à mon avis renouer avec une forme de radicalité du service public, c’est-à- dire revenir à ses sources, à la cause que tous ses agents défendent. Je crois à la “barbarisation” de l’État plutôt qu’à sa modernisation. Car on ne changera pas l’État de manière incrémentale. Il faut être très radical au contraire, vu la crise intense qui sépare aujourd’hui les citoyens de leur administration.

Sébastien Soriano, président de l’Arcep, Acteurs publics, novembre 2017

Ils sont sociables

Présentation

Arbitre expert et neutre, l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes veille à ce que les réseaux d’échanges internet, télécom fixes, mobiles et postaux se développent comme un « bien commun », c’est-à- dire qu’ils répondent à des exigences fortes en termes d’accessibilité, d’universalité, de performance, de neutralité, de confiance et de loyauté : voir notre manifeste.

Les équipes de l’Arcep travaillent sur des dossiers avec des enjeux majeurs : contribuer à la couverture numérique fixe et mobile du territoire, développer les offres télécoms vers les entreprises, veiller à la neutralité de l’Internet, préparer l’arrivée de la 5G, fixer les conditions de déploiement de la fibre optique, mettre en place et développer des observatoires cartographiques mobile / fixe, organiser des ventes aux enchères de fréquences, travailler sur l’Internet des objets…

Pour atteindre ces objectifs, les principaux pouvoirs de l’Arcep consistent à attribuer des fréquences, imposer des obligations à un ou tous les opérateurs, pour favoriser les déploiements des réseaux fixes et mobiles, contrôler le respect de ses obligations et sanctionner au besoin,régler les différends entre deux opérateurs. Les décisions correspondantes peuvent être attaquées en justice. Au quotidien, les équipes sont au contact permanent avec les acteurs du secteur, pour identifier et évaluer leurs demandes, afin de proposer au Collège, l’instance décisionnaire, la solution qui semble, sur un sujet, la plus pertinente pour l’intérêt général.

Les dernières réalisations de l’Arcep en 2017 et 2018 :

Ce qu'ils recherchent

L’Arcep recrute des profils variés (ingénieurs, économistes, juristes) mais qui ont tous en commun :

  • le sens de l’intérêt général : l’Arcep est une institution qui veille à ce que les réseaux d’échanges se développent comme un « bien commun » (accessibilité, neutralité, universalité, performance, confiance et loyauté) ;
  • un goût marqué pour les secteurs : numérique, postal et télécoms ;
  • de réelles capacités d’adaptabilité ;
  • une aisance rédactionnelle reconnue ;
  • un esprit d’initiative ;
  • la capacité à présenter, de façon claire et synthétique, des enjeux complexes ;
  • l’envie de travailler en équipe.

Bon à savoir

Attention ! En intégrant l’Arcep, on devient Arcépien/ne ! Ce qui signifie :

  • Savoir parler « l’européen », et dialoguer à 28 pour faire l’Europe des télécoms (par visioconférences, mais aussi à Bruxelles, Riga ou ailleurs !) ;
  • Devenir accro aux acronymes (au risque de ne plus vous faire comprendre par votre famille et amis, les BLOM, FH, PMR, PRM, MVNO, ADM, CIA, GRACO, RTC n’auront plus aucun secret pour vous);
  • Rivaliser d’inventivité avec votre promo, pour organiser un « pot des nouveaux » (à thème) encore mieux que le précédent ;
  • Avoir envie de barbariser l’administration et l’action publique de l’intérieur (mobilité, agilité, efficacité !).

Intégrer ce profil sur votre site