Mon job et moi, une (belle) histoire d'amour ?

  • September 13, 2019

J’aime ma boite… un peu, beaucoup, à la folie, passionnément, pas du tout ? Fébrilité à la signature du contrat de travail, monotonie d’une énième réunion, excitations au démarrage d’un nouveau projet ou claquements de porte après une promotion refusée… L’entreprise et son salarié, c’est une relation qui se transforme au fil du temps, entre passion et désamour. Et si, finalement, une relation avec sa boite était une relation amoureuse comme les autres ?

La rencontre

Toute belle histoire commence par une rencontre. Une rencontre qui peut être un coup de chance, fruit de l’optimisme de celui qui aborde une jolie jeune fille dans un bar sans savoir si elle est célibataire : « Je me permets de vous envoyer ma candidature spontanée pour le poste de… » Ça passe ou ça casse, mais c’est audacieux.
Il y a également des rencontres réfléchies, résultats de plusieurs heures à swiper de profil en profil afin de trouver la perle rare. « Suite à l’annonce publiée sur votre site… » Il y a parfois beaucoup de prétendants pour peu d’élus, mais c’est le jeu.
Et il y a aussi des rencontres provoquées, ces dîners arrangés-organisés par un proche lassé de voir son ami en caleçon dans son canapé depuis des semaines. « Un poste se libère dans mon service, c’est une belle opportunité avec des perspectives d’évolution très intéressantes, tu verras. » Un petit coup de pouce qui permet souvent de faire remonter un CV en haut de la pile.

Les conseils de Cupidon : Cependant, et contrairement aux belles histoires hollywoodiennes, il est peu probable de heurter le job de vos rêves au coin d’une rue. Chercher et postuler représentent un long travail et suscitent de nombreux questionnements. La clé : oser. Vous n’avez pas exactement le profil demandé ? L’entreprise a ses raisons, que la raison ignore. Alors, tentez votre chance.

Contrairement aux belles histoires hollywoodiennes, il est peu probable de heurter le job de vos rêves au coin d’une rue.

Le premier rendez-vous

Le cœur qui bat la chamade, les mains moites et la gorge sèche : pas de doute, le grand moment est arrivé. Dans le hall de l’entreprise, l’employé d’accueil vous demande d’attendre patiemment l’arrivée du recruteur. « Monsieur Martin, ravi de faire votre connaissance. », trop pompeux ? « Hello Robert, comment ça va ? », trop détendu ? Pendant que vous cherchez le meilleur moyen de faire une bonne première impression et que vous essayez de vous souvenir des quelques chiffres que vous avez glanés sur le site Internet de l’entreprise, ledit recruteur approche. C’est parti, vous allez devoir donner le meilleur de vous-même lors d’un premier rendez-vous souvent décisif pour la suite.

Les conseils de Cupidon : Lors d’un premier entretien comme un premier rendez-vous amoureux, il y a ceux qui jouent la carte de l’improvisation et ceux qui ont stalké toutes les informations disponibles en ligne. Entre les deux, il y a un juste-milieu fortement recommandé. Pour donner envie à l’autre d’aller plus loin, rien de mieux qu’un savant cocktail de préparation et de naturel.

Pour donner envie à l’autre d’aller plus loin, rien de mieux qu’un savant cocktail de préparation et de naturel.

La passion des débuts

Vous vous êtes vus plusieurs fois, vous vous plaisez et vous avez décidé d’officialiser votre relation. Félicitations ! Les premiers mois - voire les trois premières années, selon certains experts - vous font entrer dans une période de séduction, vous incitent à vous dépasser. Le ciel est plus bleu, le café est meilleur, votre bureau est bien rangé et vous parvenez à feindre un réel intérêt devant les photos de votre collègue François et ses constructions en allumettes. Chaque nouveau projet est l’occasion de faire vos preuves, avant de pouvoir vous installer plus durablement.

Les conseils de Cupidon : La période d’essai est le moment idéal pour marquer des points et il est naturel de chercher à montrer les meilleures facettes de sa personnalité. Mais si c’est un test pour l’entreprise, c’est aussi un test pour vous. Au-delà de l’enthousiasme des débuts, il est important de chercher à rester lucide. Car ces quelques mois vous permettent de déterminer si vous souhaitez vous engager sur le long terme ou vous arrêter là.

La période d’essai est le moment idéal pour marquer des points et il est naturel de chercher à montrer les meilleures facettes de sa personnalité.

La routine

Après quelques semaines, quelques mois ou quelques années, le romantisme cède le pas au réalisme et à la routine. Avec leurs lots de bons et de mauvais côtés. Le quotidien est parfois répétitif, mais confortable : vous retrouvez François à la machine à café à 10h05, vous attendez avec impatience le pudding du vendredi midi à la cantine et vous savez exactement comment aborder votre chef pour qu’elle valide votre projet. Mais les petites irritations des débuts vous semblent aujourd’hui plus pénibles et votre motivation est en berne. Bref, vous dormez ensemble, mais vous ne vous touchez plus.

Les conseils de Cupidon : Si entretenir la flamme de l’amour est un travail quotidien, conserver sa motivation au travail aussi. Sans quoi, vous risquez de rejoindre les 32% de travailleurs européens qui souffrent de bore-out, le syndrôme de l’ennui au travail. Heureusement, la monotonie n’est pas une fatalité ! Se fixer des objectifs et mesurer sa progression est un excellent moyen de lutter contre les effets pervers de la routine, de continuer à s’améliorer et de donner le meilleur de soi.

Si entretenir la flamme de l’amour est un travail quotidien, conserver sa motivation au travail aussi.

Et parfois… la rupture

Les couples qui dépassent les 20 ans de mariage deviennent aussi rares que les salariés qui célèbrent leurs 20 ans d’ancienneté. Les raisons de mettre fin à une relation amoureuse ou professionnelle sont nombreuses : les sacrifices que l’on vous demande sont trop importants, la “crise de la trentaine” vous pousse à chercher plus de sens dans votre quotidien, on vous fait de l’œil ailleurs, etc. La souffrance, le mal-être, le burn-out deviennent les indicateurs d’une relation essoufflée.

Les raisons de mettre fin à une relation amoureuse ou professionnelle sont nombreuses […] La souffrance, le mal-être, le burn-out deviennent les indicateurs d’une relation essoufflée..

Les conseils de Cupidon : Une rupture n’est pas une décision prise à la légère. Pourquoi partir ? Comment ? Pour faire quoi ? Autant de questions qui se mêlent à la peur du changement et l’appréhension de perdre une certaine stabilité. Avant d’aller vérifier si l’herbe est plus verte ailleurs, Welcome to the Jungle vous dresse une liste non-exhaustive des questions à se poser avant de quitter son job, et quelques pistes pour mieux vivre cette phase transitoire.

Rencontre, premier rendez-vous, passion, routine, rupture… La relation à l’entreprise ressemble à s’y méprendre à la relation de couple. Cependant, cette dernière phase de “rupture” fait partie d’une logique naturelle - et nécessaire - d’évolution de carrière. Notamment dans les premières années.

Alors, on reste amis ? En parallèle, les transformations du monde du travail proposent de nouvelles alternatives au traditionnel contrat “d’amour à durée indéterminée”. Le libertinage et sa logique multi-employeurs ou encore le flirt et sa succession de contrats à durée très déterminés offrent une autre manière d’envisager les relations professionnelles et permettent de sortir du schéma classique passion - routine - rupture. Entreprise je t’aime, moi non plus.

Suivez Welcome to the Jungle sur Facebook pour recevoir chaque jour nos meilleurs articles dans votre timeline !

Photo d’illustration by WTTJ

Marlène Moreira

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Linkedin

Pour aller plus loin

Les derniers articles

Suivez-nous!

Chaque semaine dans votre boite mail, un condensé de conseils et de nouvelles entreprises qui recrutent.

Et sur nos réseaux sociaux :