Pourquoi est-il déconseillé de déjeuner à son bureau ?

  • February 26, 2019

Midi au bureau : les projets de déjeuners commencent à se préciser. Certains se font livrer un plat, d’autres sortent à la brasserie. Mais vous, vous n’avez pas le temps. Vous devez terminer ce dossier avant 18h, faire un point avec votre collègue… Une fois de plus, vous optez pour la formule sandwich-boisson-dessert, avalée en vitesse devant votre ordinateur en répondant à vos mails. Vous avez l’impression de gagner du temps mais c’est tout le contraire ! Pour vous aider, voici quelques conseils pour mieux profiter de votre pause déjeuner, même quand vous n’avez pas beaucoup de temps.

Une pratique de plus en plus répandue

Officiellement, selon l’article R4228-19 du code du travail, la loi française interdit de prendre ses repas dans les locaux affectés au travail. Sachez donc que si vous faites partie de ces gens qui mangent à leur bureau, devant leur écran, vous êtes hors-la-loi !
Selon une enquête réalisée par Edenred en 2016 auprès de 2 500 salariés dans 14 pays différents, le temps de pause déjeuner varie d’un pays à l’autre. Il est en moyenne de 30 minutes, mais peut monter à 45 minutes pour la France qui fait partie des bons élèves (avec 60% des salariés qui sortent déjeuner à l’extérieur). Malheureusement, on observe que cette tendance s’inverse : dans un monde où tout va de plus en plus vite et où nous voulons tout optimiser, il est facile de se laisser tenter par manger sur le pouce pour pouvoir avancer dans son travail. Ce serait donc 27% des salariés français qui déjeuneraient à leur bureau.

Les impacts physiques

Déjà, vos collègues peuvent être gênés par les effluves de votre plat qui se diffusent en un temps record dans tout l’openspace. Si vous avez cuisiné du hareng fumé la veille, réfléchissez-y à deux fois avant d’ouvrir votre Tupperware…

Autre point : il faut se rappeler que le clavier de l’ordinateur est un nid à microbes : une étude a démontré qu’il est plus sale que la cuvette des toilettes. Or, il ne vous est jamais venu à l’idée de prendre votre pause déjeuner en allant au petit coin… Pour éviter de tomber malade, évitez donc de rester devant votre ordinateur et mangez dans un endroit dédié.

Outre ces problèmes d’hygiène et de cohabitation en openspace, il existe un point plus important à prendre en compte et qui concerne votre santé. Selon la médecin Laurence Plumey, nutritionniste, auteure du livre Sucre, gras et sel : ce que contiennent vraiment nos aliments (éditions Eyrolles), le déjeuner est le repas le plus important de la journée. Il représente la moitié des besoins nutritionnels. Après le déjeuner, il faut attendre encore 8 heures avant le dîner. Il permet à la fois de récupérer de la fatigue de la matinée mais également d’être efficace l’après-midi. Il a donc un rôle essentiel, d’autant plus lorsque l’on est au bureau et que l’on doit réfléchir sur des dossiers complexes.

En mangeant à son bureau, notre attention n’est pas focalisée sur ce qu’on mange et on n’assimile donc pas les aliments que l’on avale et on fait du repas un acte automatique. En général, on mange très vite en mastiquant peu et on ne laisse pas le temps au cerveau de réaliser qu’on est en train de le nourrir, ce qui diminue la sensation de satiété. Une étude de l’Université d’Indianapolis confirme les effets de la mastication sur la satiété. 13 volontaires ont mâché 55 grammes d’amandes plus ou moins rapidement. Pendant les 3 heures suivantes, les chercheurs ont démontré que les personnes qui avaient mâché plus lentement avaient moins faim que celles qui avaient mâché rapidement.

Le risque de ne pas bien mâcher est donc de compenser avec les sucreries proposées par le distributeur vers 16h-17h ou bien de prendre un dîner copieux et de stocker les calories pendant le sommeil. Manger sur le pouce nous pousse également à avaler de l’air. Si on reste assis tout l’après-midi après, on peut être sujet à des ballonnements et des maux de ventre.

Les impacts psychologiques

La pause déjeuner n’est pas seulement une tranche horaire lors de laquelle on calme sa faim. Au-delà du besoin physiologique, le déjeuner est également un temps où l’on permet à son cerveau de faire une pause, un temps de relaxation où l’on se déconnecte de son travail. Il est donc important que la rupture soit spatiale et psychologique. Des universitaires berlinois se sont penchés sur les conséquences psychologiques d’un repas. Ils ont étudié les émotions de 32 personnes : 16 d’entre elles mangeaient seules à leur bureau tandis que les 16 autres s’accordaient une vraie pause et prenaient un repas à table avec d’autres personnes. Résultat : les personnes ayant pris plaisir à manger au restaurant étaient plus aptes à se relaxer, à laisser se relâcher leurs fonctions cognitives, permettant ainsi de maîtriser davantage leur palette d’expressions faciales et donc d’augmenter potentiellement leur créativité et leur rapport aux autres.

La pause déjeuner est donc loin d’être une perte de temps et d’efficacité et se révèle bénéfique lorsque l’on prend le temps : amélioration des relations entre collègues, augmentation de la créativité, fonctions cognitives reposées, moins de stress et donc plus d’efficacité dans l’après-midi.

Les conseils de Lucile Woodward, coach sportif et nutrition pour profiter au mieux de sa pause déjeuner

1. Manger consistant et nourrissant

Pour garder la force mentale et morale lors de la seconde partie de journée, Lucile Woodward conseille de prendre un déjeuner complet : féculents, fibres, minéraux et un ou deux fruits en dessert pour permettre de maintenir un bon niveau d’énergie.

La coach sportif met en garde contre l’hérésie de la salade trop légère à midi. Trop de personnes qui font attention à ce qu’elles mangent choisissent cette option en pensant bien faire mais bien souvent, elles se retrouvent à grignoter plus le soir. Cela ne permet pas d’avoir un sommeil réparateur et une bonne régénération cellulaire.

Dans le cas où l’on est amené à faire un déjeuner avec des collègues ou des clients, il faut garder en tête que ce n’est pas un repas festif. Au restaurant, on reste raisonnable et on opte pour un choix plus léger que la formule entrée-plat-dessert-café gourmand. Cela nous permettra d’être encore efficace l’après-midi.

2. Bouger avant de prendre son repas

Que ce soit 30 minutes de marche ou 20 minutes de footing, ce n’est pas grand chose et ça permet de sécréter de la sérotonine, neurotransmetteur de la bonne humeur et qui permet d’être plus concentré pour le reste de la journée. Sortir prendre l’air avant de manger aide à combattre la sédentarité.
Alors, on ne se fait plus livrer son repas au bureau : on descend le chercher et on n’hésite pas à marcher 10 minutes pour aller à son traiteur préféré !

3. Apprécier ce moment de convivialité

Faire une pause avec ses collègues permet de partager un moment de convivialité, de parler, d’échanger des bons plans. Cela peut être l’occasion de faire des mini réunions d’équipes pour des sujets qui ne nécessitent pas une grande concentration ou pour faire des points de manière plus informelle. Le repas est également un moment privilégié pour le team building : c’est un bon moyen de s’intégrer à l’équipe en particulier pour les nouveaux arrivants.
Les espaces Morning Coworking permettent aux coworkers de déjeuner avec des personnes qui travaillent à côté d’eux et qu’ils ne connaissent pourtant pas ! N’hésitez pas à instaurer ce genre de pratique dans votre entreprise pour rencontrer des personnes qui ne font pas forcément partie de votre équipe et échanger avec eux !

4. Préparer au maximum à la maison

Préparer ses repas à l’avance permet de savoir ce qu’on mange, de choisir des produits qui sont le moins transformés possible, de faire des économies et d’éviter les craquages. On peut cuisiner le week-end en grande quantité quand on a plus de temps. On peut également cuisiner les repas pour le soir et en faire un peu plus pour pouvoir en emporter le lendemain au bureau.

Vous l’aurez compris, la pause déjeuner est essentielle dans votre journée de travail : elle vous permet de faire un vrai break, de recharger vos batteries et en prime de sympathiser avec vos collègues. Vous êtes convaincus ? Mettez votre ordinateur (et vous-même) en veille, lâchez vos dossiers en cours et profitez !

Suivez Welcome to the Jungle sur Facebook pour recevoir chaque jour nos meilleurs articles dans votre timeline !

Photo by WTTJ

Maeva Lefebvre

Envie de rejoindre LUCILE WOODWARD SAS ?

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Linkedin

Pour aller plus loin

Les derniers articles

Suivez-nous!

Chaque semaine dans votre boite mail, un condensé de conseils et de nouvelles entreprises qui recrutent.

Et sur nos réseaux sociaux :