10 conseils pour réussir sa période d’essai

  • March 5, 2018

Ça y est, vous avez décroché le job de vos rêves ! Il vous reste un dernier obstacle à franchir avant de pouvoir vous installer durablement dans vos nouvelles fonctions : la période d’essai. Afin de vous aider à passer cette étape sans encombres, passons en revue les 10 choses à faire pour faire vos preuves et inspirer confiance à votre nouvel employeur durant ces quelques mois…

Prenez soin de vous

On vient de vous informer que vous commencez dans une semaine. Désormais vous comptez les jours en angoissant à l’idée, au choix, de ne pas entendre votre réveil le jour J, d’attraper un rhume d’ici là ou de ne pas être à la hauteur de votre mission. Des doutes parfaitement naturels mais qui ne servent à rien, si ce n’est à vous mettre dans un état d’esprit propice à l’échec. Rappelez-vous qu’on vous a choisi pour une bonne raison. Si on vous croit capable de faire ce job, c’est que vous l’êtes très certainement. Soyez donc confiant et préparez-vous sereinement à cette nouvelle aventure professionnelle. Faites-en sorte de dormir suffisamment pendant les jours qui précèdent et adoptez une bonne hygiène de vie. Arriver reposé, confiant et en pleine forme, c’est l’état d’esprit idéal pour conquérir le coeur de votre nouvelle entreprise.

Analysez votre nouvel environnement

Dès votre premier jour, vous allez devoir vous intégrer à une équipe de travail, avec des codes, des habitudes et des process. La première des règles consiste à observer. Vos collègues déjeunent-ils tous ensemble ou chacun devant leur bureau ? Est-ce qu’ils tutoient leurs supérieurs ou le vouvoiement est-il de rigueur ? Y-a-t-il des pots hebdomadaires auxquels il serait bon que vous assistiez ? Le style vestimentaire est-il plutôt casual ou strict ? Les relations entre collègues sont-elles strictement professionnelles ou les rapports sont-ils plutôt amicaux ? Prenez le temps de décrypter la manière dont votre nouvelle entreprise fonctionne afin de vous adapter…. tout en restant vous-même, bien entendu !

Ne vous découragez pas

Chaque entreprise est différente. Même si vous occupiez la même fonction dans votre entreprise précédente, votre quotidien et les tâches que vous aurez à effectuer n’auront peut-être rien à voir. Durant vos premiers jours, vous allez devoir assimiler beaucoup de nouvelles informations, vous adapter à de nouveaux process et acquérir de nouvelles compétences. Vos employeurs savent qu’un nouveau collaborateur a besoin de temps, ils ne s’attendent pas à ce que vous maîtrisiez toutes les facettes de votre nouveau poste immédiatement. En revanche, démontrez-leur votre motivation et votre volonté d’apprendre. Posez des questions, faites preuve de rigueur et de professionnalisme, gagnez chaque jour en autonomie. Ce qu’on attend de vous, c’est surtout une grande capacité d’adaptation.

Devenez indispensable

Définissez le plus rapidement possible avec votre supérieur l’étendue de votre mission ainsi que les limites de votre champ d’action : qu’attend-on de vous exactement ? Comment pouvez-vous non seulement y répondre et éventuellement pousser plus loin ces attentes ? Pour cela, renseignez-vous au maximum sur les projets en cours, les décisions stratégiques qui ont été prises et la façon dont vous pouvez les servir au mieux. Mettez à profit votre expérience pour faire des suggestions utiles, soyez force de proposition. L’objectif : devenir un apporteur de solution, la personne qu’on vient voir en cas de problème car on sait qu’elle parviendra à le résoudre.

Soyez ouvert sans être envahissant

Montrez-vous avenant, soyez souriant et sympathique. Faites en sorte d’établir un dialogue avec vos pairs comme avec vos supérieurs, sans en faire trop au risque de faire peur à vos nouveaux collègues. Même si eux, qui se connaissent potentiellement bien et depuis longtemps, parlent volontiers de leurs vies personnelles (leurs vacances, leurs sorties, leurs enfants) autour de la machine à café, montrez-vous intéressé, écoutez avec bienveillance mais tachez de garder pour vous les détails de votre vie personnelle, au moins le temps d’apprendre à les connaître et de créer des affinités.

Sachez communiquer

Non seulement poser des questions est une bonne façon de montrer votre intérêt pour votre nouvelle entreprise mais c’est aussi indispensable pour maîtriser son fonctionnement. N’hésitez pas à vous renseigner, ne restez pas avec des doutes ou des questions en suspens, adressez-vous à vos supérieurs pour obtenir d’eux toutes les données dont vous avez besoin pour faire votre travail correctement. Vos employeurs ont besoin de créer une relation de confiance avec vous, cela passe par le fait de s’assurer que vous êtes capables de communiquer avec eux quand vous rencontrez des difficultés et de travailler en équipe pour les surmonter.

Soyez fiable et rassurant

On ne s’attend pas à ce qu’un nouveau collaborateur soit immédiatement opérationnel, en revanche, votre savoir-être, lui, sera observé dès le premier jour. Adoptez un comportement professionnel et dynamique, évitez de céder au stress ou pire, à l’agacement quand quelque chose ne fonctionne pas comme vous voulez. Soyez réactif, répondez rapidement à vos emails, accédez aux demandes qui vous sont formulées et, si ce n’est pas possible, expliquez pourquoi et proposez des solutions alternatives. Autre point très important : quand vous prenez un engagement, tenez-le. Mieux vaut ne pas s’engager que de décevoir.

Humilité et bienveillance

On l’a vu, montrer sa motivation, c’est indispensable durant sa période d’essai. Malgré tout, veillez à ce que votre volonté de faire vos preuves ne passe pas pour de l’arrogance. Même si vous pensez n’avoir besoin de personne pour faire correctement votre travail, échangez avec vos collègues, profitez de leur retour d’expérience, posez-leur des questions qui démontrent votre capacité à écouter les autres. Faire preuve d’humilité et de bienveillance, c’est la meilleure façon de s’attirer confiance et sympathie. De même, évitez absolument tout recours à la manipulation. Manoeuvrez pour vous faire bien voir au détriment de vos collègues, il n’y a pas pire. Faites votre travail correctement, ne vous en vantez pas et ne vous attribuez pas les fruits du travail des autres. Si en revanche vous constatez que certains de vos collègues n’hésitent pas à recourir à ce genre de pratiques, défendez-vous en ayant vous-mêmes recours à la transparence et à l’honnêteté.

Soyez lucide

Une période d’essai doit permettre à votre employeur de s’assurer que vous êtes fait pour le job mais elle doit aussi vous permettre à vous de vous assurer que ce poste et cette entreprise vous conviennent. Si vous sentez que ce n’est pas le cas, si le courant ne passe vraiment pas avec votre employeur ou vos collègues, si vous ne vous sentez pas en phase avec la culture d’entreprise, si votre mission ne vous plaît pas, il est encore temps de faire machine arrière. Soyez honnête avec vous-même !

Dédramatisez

Finalement, malgré toute votre bonne volonté, ça n’a pas fonctionné. Votre employeur ou vous-même avez décidé qu’il valait mieux mettre fin à cette tentative. Plutôt que de vous persuader que vous êtes nul et qu’aucune autre entreprise ne voudra plus jamais vous employer, tirez des leçons de cette expérience : qu’est-ce que cela dit de vous que vous pourriez utiliser pour la suite de votre carrière ? Peut-être que cela vous a permis d’identifier des points faibles sur lesquels travailler. Peut-être que, désormais, vous savez que vous n’êtes pas du tout fait pour ce type de fonction, ce type d’entreprise ou ce secteur d’activité. Il y a forcément des choses positives à retirer de cette expérience, si décevante soit-elle. Il faut les trouver et s’en servir !

Infos utiles, infos légales

La signature

  • La période d’essai n’est pas obligatoire. Pour qu’il y en ait une, cela doit avoir été mentionné dans votre lettre d’engagement ou votre contrat de travail. Ces documents doivent également en préciser la durée et le possible renouvellement.

La durée

  • En CDI la période d'essai ne peut excéder quatre mois (pour les cadres) et en CDD, elle ne peut excéder une durée équivalent à un jour par semaine comprise dans le contrat. Ex : si le contrat dure six semaines, la période d’essai ne pourra donc pas durer plus de six jours.
  • La période d’essai peut être renouvelée une fois pour les CDI et pour les CDD - à poste différent. En CDD, si vous occupez le même poste, les mêmes fonctions, vous n’aurez pas à effectuer une nouvelle période d’essai.
  • Pour un stage qui se transforme en embauche, et à poste identique : la durée de votre stage devra être déduite de votre période d’essai.
  • Pour une embauche à la suite d'un contrat en apprentissage ; que ce soit en CDI, CDD ou interim ; aucune période d’essai ne pourra vous être imposée.

La rupture

  • Une période d’essai peut être rompue librement, par l’employeur comme par l’employé, à condition de respecter un délai de prévenance. Ce délai de prévenance pour l'employeur est de 24h en deçà de huit jours de présence, 48h en deça d’un mois de présence, un mois au-delà de trois mois de présence.
  • Pour le salarié, le délai de prévenance est de de 24h en deçà de huit jours de présence et de 48h pendant le reste de la période.
  • La rupture peut se faire sans motif, sans formalisme et sans indemnités.
  • Mais l’employeur ne peut pas rompre la période d’essai pour un motif discrimant relatif au salarié lui-même. La période d’essai a du lui permettre de tester vos aptitudes à effectuer la mission qui vous a été confiée et rien d'autre !

Suivez Welcome to the Jungle sur Facebookpour recevoir chaque jour nos meilleurs articles dans votre timeline !

Photo WTTJ @Mirakl

Cécile Nadaï

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Linkedin

Pour aller plus loin

Les derniers articles

Suivez-nous!

Chaque semaine dans votre boite mail, un condensé de conseils et de nouvelles entreprises qui recrutent.

Et sur nos réseaux sociaux :