Les do & don't du chargé de Relations Publiques

  • February 5, 2019

Avoir une bonne idée est une chose, la faire rayonner et connaître du public en est une autre ! Voilà pourquoi le métier de chargé de Relations Publiques (RP) est devenu incontournable. Leur mission est de représenter un client (entreprise, institution, association, etc.) et de mettre en place une stratégie de notoriété en utilisant des canaux comme les médias presse, télé, radio et web. La relation publique a la particularité d’ouvrir des horizons plus larges que la « retombée presse » pure, en proposant également des partenariats avec d’autres marques, événements et salons pros, des conférences ou interventions publiques dans le secteur du client, etc. Ils sont souvent des collaborateurs externes à l’entreprise, ce qui leur permet de prendre du recul sur le produit et l’offre à représenter. Ils sont également chargés de créer du contenu de qualité (dossier de presse, Communiqué de presse, Interview, etc.) adaptés à tous les supports de communication de l’entreprise.
Mathilde Mignon, de l’agence RP #Digital, spécialisée dans le loisir et les voyages, nous livre quelques tuyaux pour faire la différence quand on est chargé de RP !

DO

Être inspiré

Pour que le produit ou le service représenté par un chargé de RP se fasse remarquer, il faut essayer de le faire coïncider avec l’actualité, innover en imaginant des partenariats décalés, des événements qui marquent le public, ou des propositions de test pour la presse média et web. « Chaque communiqué de presse doit avoir un angle précis, faire une à deux pages max et avoir un titre très accrocheur car seulement 15 % des CP envoyés à des journalistes sont ouverts… Il faut aussi trouver régulièrement une nouvelle info en lien avec le produit ou le service que l’on présente pour ne pas ressasser le discours ! »

image

Savoir de quoi/qui on parle

Le RP est un collaborateur externe à l’entreprise, mais un collaborateur quand même. Il doit tout connaître de l’entreprise qui lui a confié sa communication, et savoir répondre aux questions des journalistes ou influenceurs. Le chargé de RP doit surtout croire dans le produit pour le défendre avec conviction ! « Nous sommes formés par les porteurs du projet et rencontrons très régulièrement nos clients ! Nous avons en permanence toutes les infos et les visuels à portée de main afin d’être ultra-réactifs si un journaliste a besoin de contenu rapidement. »

Être incollable sur l’actu

Pas d’excuses ! Pour bien surfer sur l’actualité, il faut être au courant de tout ce qui se passe ! « Nos partenaires sont souvent étonnés de nous entendre dire que nous enverrons de nombreux communiqués aux journalistes, en faisant coïncider leur produit à l’actu. Un même produit peut générer une dizaine de communiqués différents. C’est notre rôle de faire une veille pointue de l’actu de leur secteur ou de trouver des ponts entre société et loisirs. »

« Un même produit peut générer une dizaine de communiqués différents. C’est notre rôle de faire une veille pointue de l’actu de leur secteur ou de trouver des ponts entre société et loisirs. »

image

Garantir des résultats

Les chargés de Relations Publiques préparent en amont avec le client une stratégie avec des objectifs ciblés. Au delà de la notoriété, son rôle est surtout de faire décoller un projet ou relancer des ventes. Les résultats sont quantifiables, et garantissent l’efficacité d’une campagne ! « On peut mesurer l’impact de notre travail sur le nombre d’articles publiés sur le sujet (à nous d’aller chercher au quotidien ces résultats), avec des sondages au standard de nos partenaires pour savoir d’où viennent leurs nouveaux clients, nous vérifions avec les webmasters le nombre de visites ou commandes liées à une sortie presse, etc. »

Soigner son carnet d’adresses

Même si la plupart des agences sont abonnées à des logiciels professionnels recensant tous les journalistes et médias, par secteur, par région, ou par type de support, les agences de Relations Publiques veulent se démarquer grâce à la qualité de leur relation avec chaque média : « On crée nous-même notre carnet d’adresses, histoire de mieux connaître les spécialités, les sujets de prédilection ou les affinités des influenceurs ou des journalistes… Il faut donc avoir lu leurs articles, et suivi leurs parcours. »

DON’T

Envoyer des infos tous azimuts

C’est souvent l’erreur classique : pour toucher le plus de monde, certains chargés de Relations Publiques envoient un communiqué de presse impersonnel à tous leurs contacts! Sait-on jamais? « Les journalistes et influenceurs sont submergés d’informations, il vaut mieux prendre le temps de s’adresser à l’un d’entre eux concerné par le projet du client, et lui proposer quelque chose de plus personnel. C’est une collaboration ! »

image

« Il vaut mieux prendre le temps de s’adresser à un journaliste ou influenceur concerné par le projet du client, et lui proposer quelque chose de plus personnel. C’est une collaboration ! »

Ne compter que sur les relations média traditionnelles

Si les retombées presse sont indispensables au bon lancement d’un projet, il ne faut pas faire l’impasse sur le marketing d’influence, c’est à dire la sphère des instagramers, blogueurs, youtubeurs premiers testeurs de concept et ambassadeurs amateurs (ou pros pour certains). On estime que 86% des abonnés d’un influenceurs se fient à ses commentaires pour se forger une opinion sur un produit. Par ailleurs, le contact classique mail / relance téléphonique a évolué depuis quelques années et il faut imaginer d’autres relations avec certains journalistes ou influenceurs ! « Il est indispensable de penser digital ! Certains journalistes veulent être contactés sur leurs réseaux sociaux pros, d’autres ne veulent plus recevoir de CP ou être appelés. Il faut également accepter que certaines traditions de relations presse ou publique soient transformées par les influenceurs, et s’adapter à leur manière de travailler. »

Oublier les bonnes manières

On n’insiste pas, on ne dérange pas à des heures indécentes un journaliste ou un client. Les chargés RP sont souvent les premiers contacts du public avec une entreprise, alors il faut soigner l’effet !

image

Être timide, ou trop avenant

Pour faire ce métier, mieux vaut avoir un peu de culot et oser relancer, innover, prendre la parole rapidement et efficacement. Mais attention à ne pas trop en faire: le bon dosage entre discrétion et éloquence, c’est le secret du bon chargé de Relations Publiques. «Pas de place pour le bagou en agence ! Il faut rester à sa place, c’est le client la vedette, et il faut apprendre à s’effacer avec humilité lorsque les retombées sont un succès. »

Se décourager trop facilement

Tout cela n’est pas une science exacte, et parfois les retombées ne sont pas à la hauteur de la qualité du projet et de l’acharnement du chargé de Relations publiques. Mais c’est justement à son endurance que l’on reconnaît son travail, à sa patience et sa capacité de remise en question tout au long du projet ! « Obtenir un article presse peut parfois demander plusieurs mois de travail pour quelques lignes ! Mais le secret de notre métier, c’est de ne jamais se décourager et d’aborder la relation avec le média ou avec le client avec autant d’enthousiasme qu’au premier jour ! »

« Le secret de notre métier, c’est de ne jamais se décourager et d’aborder la relation avec le média ou avec le client avec autant d’enthousiasme qu’au premier jour ! »

Suivez Welcome to the Jungle sur Facebook et abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir chaque jour nos meilleurs articles !

Photo by WTTJ

Claire Ribadeau Dumas

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Linkedin

Pour aller plus loin

Les derniers articles

Suivez-nous!

Chaque semaine dans votre boite mail, un condensé de conseils et de nouvelles entreprises qui recrutent.

Et sur nos réseaux sociaux :