« Je voulais faire partie de l'aventure en plein boom de Drivy » | Victor, 25 ans, IPAG

  • October 5, 2016

Etudiant comme jeune diplômé, c’est l’aventure qui motive Victor 25 ans dans tous ses choix professionnels. D’un petit boulot sur les marchés à un Master en entrepreneuriat à l’IPAG, il est finalement arrivé chez Drivy en juin 2016. Ni l’entreprise ni le poste ne lui étaient familiers. Il a pourtant vite compris que cette startup française avait un fort potentiel et était même… en plein boom !

Comment a-t-il fait son choix, sur quoi a-t-il été évalué en entretien et quels conseils donnerait-il aux étudiants intéressés par les startups ? Décryptage.

Hello Victor ! Licence, Master et petits boulots : une route sinueuse t’a conduit jusqu’à Drivy, raconte !

Oui en effet ☺ Après une licence en langues étrangères appliquées, j’ai rejoint l’IPAG où j’ai fait une spécialisation Entrepreneuriat et un double Master avec une école américaine en commerce international. Résultat : 5 langues étrangères maîtrisées mais je ne savais pas du tout ce que je voulais faire…

Seule certitude : avoir un travail atypique et ne jamais m’ennuyer! J’ai fait plein de petits boulots : guide à Versailles à vélo, agent immobilier, vendeur sur les marchés (je connais les noms de 180 fromages différents !) pour découvrir différents horizons. Ces expériences m’ont beaucoup aidé : ça a été une vraie ouverture d’esprit sur des pratiques, des habitudes, des façons de travailler… qui permet de construire ses envies de carrière et d’affiner ce qui nous plaît plus et moins ! J’ai découvert l’univers de Drivy sur Welcome to the Jungle et ça m’a donné envie de tenter l’aventure….

Tu ne connaissais pas Drivy avant et n’aurais jamais pensé faire ce métier. L’ouverture d’esprit et l’aventure : les clés pour chercher et trouver un emploi ?

Oui je pense que c’est indispensable ! Tout évolue très vite, dans les techniques comme les manières de travailler, alors des métiers se créent chaque jour dont on ne soupçonnait même pas l’existence ! Et il en est de même pour les types de business… Finalement ce qui compte c’est d’adhérer à un état d’esprit et à un projet.

J’ai regardé les vidéos Interviews de plusieurs personnes de Drivy sur WTTJ, ça m’a de suite mis dans l’ambiance ! L’entreprise était en pleine expansion, venait juste de terminer une levée de fonds pour son internationalisation… et même si je n’ai pas le permis : le concept m’a beaucoup plu. Drivy c’est aujourd’hui déjà plus de 60 personnes et la marketplace de location de voitures leader en Europe. Contribuer à sa bonne utilisation dans un nouveau pays était un challenge intéressant : alors me voilà Customer Support & Claims Manager pour la Belgique !

Comment entre-t-on chez Drivy ? Parle-nous de tes entretiens !

On ressent beaucoup dans l’entretien cette recherche de « personnalité », tout en s’éloignant nettement des tests classiques qu’on peut retrouver dans les grands groupes. C’est très axé « fit culturel » ! On est aussi testé sur notre rapidité de compréhension et sur notre réactivité.

On ne connaît ni le produit ni le poste pour lequel on postule : ils évaluent surtout la manière dont on répond à des mails, dont on gère une situation de crise par téléphone etc. : il faut être pragmatique, prendre des initiatives et s’adapter.

Pour le dernier entretien j’ai rencontré un des managers… qui a donné le feu vert !

Qu’est-ce qui t’a le plus surpris en arrivant ici ? Drivy fait-elle partie de ces startups « cool » ?

Juste avant de commencer mon CDI, j’ai été invité à une soirée de départ sur la terrasse de Drivy. Ça ne pouvait pas être mieux pour me plonger dans la culture de la boîte ! Tout le monde était dehors, il y avait un traiteur libanais, des lumières, une vraie ambiance festive… je n’aurais jamais imaginé ça ! Même si on parle beaucoup du côté « cool » des startups, je ne pensais pas qu’il serait aussi fort. Ici la nourriture est à volonté, tous les fruits et jus sont bio… On fête les anniversaires, les départs, les retours de vacances…

Et puis j’aime la transparence qui règne ici ! Tout est ouvert : chacun travaille en openspace, les salles sont vitrées, on peut parler sur Slack à son Directeur… ça renforce beaucoup le sentiment d’appartenance.

Quels conseils donnerais-tu à tous ceux qui aimeraient tenter l’aventure startup ?

Déjà de foncer! Il n’y a pas d’expérience professionnelle plus enrichissante que la startup ☺ Même si vous n’êtes pas expert dans un secteur ou un métier, vous pouvez toujours tout apprendre sur le terrain car chaque entreprise fonctionne différemment. Être curieux et avoir envie de découvrir est un vrai moteur !

Mes conseils après quelques mois ici pour vivre au mieux son expérience en startup seraient :

  • bien prendre le temps de connaître l’équipe, ne pas faire l’introverti
  • rester humble dans l’apprentissage
  • poser des questions sans en poser trop, pour gagner en légitimité et ne pas être considéré comme le « nouveau » trop longtemps
  • prendre des notes !

Dans les petites startups il y a une grande concurrence pour décrocher un poste, mais ensuite quand vous y êtes c’est parti et c’est une vraie école de la vie !

Et maintenant, comment vois-tu les prochains kilomètres ?

Je reste ouvert ☺ Dans 20 ans je ferai peut-être un métier totalement différent. Mais entrer dans une startup pour l’aventure, c’est aussi pouvoir grandir avec elle et suivre son évolution donc j’espère contribuer encore à celle de Drivy !

C’est aussi un environnement qui donne envie de se lancer dans l’entrepreneuriat. On verra comment sera la route !

Suivez Welcome to the Jungle sur Facebook pour recevoir chaque jour nos meilleurs articles dans votre timeline !

Camille Fauran

Envie de rejoindre Drivy ?

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Linkedin

Pour aller plus loin

Les derniers articles

Suivez-nous!

Chaque semaine dans votre boite mail, un condensé de conseils et de nouvelles entreprises qui recrutent.

Et sur nos réseaux sociaux :