FYI, disruptif, propale... Le dictionnaire de l'open-space

  • June 7, 2019

« On se fait un brief pour la pres’ de la réu de demain ? »

Il y a encore quelques années, c’est à peu près la phrase la plus excentrique que l’on entendait au bureau. Et puis la start-up nation est passée par là, le marché du travail se transforme à une vitesse vertigineuse et le vocabulaire lui aussi s’adapte. Au risque d’écorcher les oreilles de certains, on utilise de plus en plus d’anglicismes et de formules complexes, parfois de manière exagérée voire totalement incompréhensible. Tour d’horizon des mots à maîtriser pour être “in” au bureau.

Les anglicismes

Unicorn

Les entrepreneurs aussi ont un faible pour les licornes. Disons que c’est un peu l’objectif à atteindre lorsqu’on lance sa boîte : c’est-à-dire être valorisé à plus d’un milliard de dollars sans même être coté en Bourse. En France, des entreprises comme Criteo, Blablacar ou encore Ventes Privées sont des Licornes.

Scaler

“Scaler” vient du verbe “to scale” et signifie “monter en grade”. Lorsqu’une entreprise « scale », son activité augmente et elle passe d’une petite structure à une beaucoup plus grande, parfois multinationale, prouvant la solidité de son business plan.

Team building

Participer à une chasse au trésor avec vos collègues adorés, ou être enfermé dans un escape game avec celui qui vous a volé votre promotion, fun ou angoissant ? Le team building est une méthode de management qui a vu le jour dans les années 1980 mais dont on a surtout entendu parlé au cours des dernières années et qui s’est même transformé en business à proprement parlé. Le principe est de participer à des activités sportives ou culturelles challengeantes en dehors du bureau dans le but de renforcer la cohésion d’équipe. Alors, on va teambuilder ?

Call

Nous sommes nombreux à lever les yeux au ciel très très fort au contact d’anglicismes inutiles ou accumulés dans une conversation. Pourtant, vous l’avez sans doute entendu un peu partout depuis plusieurs années, dans le domaine professionnel, on ne s’appelle plus, on se “call” tout simplement. La “conf call” est un dérivé qui désigne à un appel à plusieurs participants.

Burn-out / bore-out

Le terme burn-out est devenu un terme familié pour désigner un épuisement professionnel qui se traduit par un mal être physique et/ou psychologique. Depuis quelques temps, on emploie également le mot de bore-out pour désigner un autre mal : celui de s’ennuyer au travail. Que vous ayez un emploi fictif, que l’on vous ait mis au placard ou que votre boîte ne soit pas en grande forme, si vous passez vos journées à faire tourner votre stylo sur votre pouce ou à compter les tics de langage de votre collègue, posez-vous des questions…

ASAP

Acronyme de “as soon as possible”, ASAP est servi à toutes les sauces à l’oral ou à l’écrit pour avertir l’interlocuteur qu’on est sur le coup et que l’on fait le possible pour répondre à sa demande dans les meilleurs délais. Pour les non bilingues, n’hésitez pas à vous approprier l’acronyme DQP pour “Dès que possible.”

FYI

Autre acronyme anglais, FYI signifie “for your information”. C’est une abréviation de communication écrite, souvent utilisée pour transférer un mail, un article, un lien qui contient des informations dont le destinataire doit prendre connaissance. Peut se traduire par “bon à savoir.”

Wording

On rencontre surtout ce terme dans le domaine du référencement web. “Wording” peut se traduire par “champ lexical” et c’est donc la ligne éditoriale à tenir pour conserver une identité de marque cohérente. Passer dans le langage courant de l’entreprise, on l’utilise plus largement pour parler de réécriture : “Il faudrait changer le wording du dossier de presse.”

Scope

Ce mot anglais désigne le spectre des compétences, le champ d’action de quelqu’un ou quelque chose. Exemples : “Donne le dossier à Mélanie, ce n’est pas mon scope” pour signifier que ce n’est pas dans son champ d’expertise ou “Ce n’est pas le scope de la mission” lorsque l’on s’égare un peu du projet.

Passés dans le langage courant

Disruptif

Vous êtes convaincu que le produit que vous allez lancer va complètement “disrupter” le marché du camping-car ? Cela signifie que pour l’économie et les utilisateurs, il y aura un avant et un après votre innovation, qui impactera aussi d’autres secteurs économiques de façon plus ou moins directe. Au-delà du marché de la caravane, pour reprendre les grands classiques, on peut dire que Uber a disrupté le marché du transport et Airbnb a disrupté le secteur de l’hôtellerie parce qu’on ne se voit plus faire sans. Dans l’open-space, ce terme est employé à tout va pour montrer son efficacité : “Le dossier sur lequel je bosse va tout disrupter, je le sens.”

Présentéisme

Au sens le plus strict, cela signifie “être présent”. Dans le domaine de l’entreprise, c’est l’obligation d’assurer des horaires de travail fixes dans un lieu déterminé. On parle de plus en plus de présentéisme car c’est une notion critiquée : est-il nécessaire de se montrer au bureau tôt le matin et tard le soir pour être efficace et surtout pour être bien dans sa vie ? Les alternatives au présentéisme fleurissent et permettent de réinventer le travail, comme le flex office, le télétravail ou encore les vacances illimitées.

À lire : Comment en finir avec le présentéisme ?

Réunionite

La “réunionite”, c’est la manie de faire des réunions longues et fréquentes sur des sujets qui pourraient être traités d’une autre façon. Beaucoup de spécialistes y voient une perte de temps et de productivité lorsque les réunions ne sont pas bien organisées : PowerPoint inutiles, sujet mal défini, nombre de participants qui ne permet pas à chacun de s’exprimer etc. En France, la durée moyenne d’une réunion de cadres est de 4 heures…

À lire :

Propale

La “propale” est une façon cool de dire “proposition”, au sens d’offre commerciale. C’est un peu l’équivalent du devis. “Je te fais une propale pour cette mission et on se rappelle ?”

Être charrette

Un classique parmi les classiques, “être charrette” s’utilise lorsque l’on est débordé, sous l’eau, en retard sur son travail. Cela signifie aussi que l’on met tout en oeuvre pour remonter à la surface et assurer les délais, quitte à travailler intensément pendant un certain laps de temps.

Un nouveau vocabulaire pour des nouveaux modes de travail

Télétravail

Les problématiques récentes de bien-être au travail ont conduit à la mise en place de nouvelles organisations. Le télétravail en fait partie, et de plus en plus d’entreprises autorisent leurs employés à travailler de façon régulière ou ponctuelle à l’extérieur du bureau, à leur domicile ou ailleurs. Avec le tout digital, de nombreuses tâches professionnelles peuvent se réaliser simplement à l’aide d’un téléphone et d’un ordinateur.

À lire :

Coworking

Conséquence directe de la popularité grandissante du télétravail et du statut de freelance, les espaces de coworking sont aussi de plus en plus nombreux à voir le jour. Ils consistent en des bureaux partagés et très souvent payants, que l’on peut généralement utiliser à la demande.

À lire : Le coworking au quotidien : trois start-up racontent

Slasher

Un slasheur est une personne qui accumule plusieurs emplois à la fois, par nécessité aussi bien que par choix.

Co-walking

Le co-walking est peut-être une solution à la “réunionite”. Cela consiste à organiser un rendez-vous avec quelqu’un en allant se balader et s’aérer. L’objectif est double : libérer la parole dans un contexte moins formel et aussi pallier à la sédentarité de la vie de bureau.

Free sitting ou Flex office

C’est une organisation de l’espace en entreprise où chacun peut choisir l’endroit qui lui convient le mieux pour travailler : open-space, canapé, table haute ou basse. Vous n’avez donc pas de bureau attitré, l’objectif étant de pouvoir changer de cadre dès que l’on en sent le besoin. Cela permet aussi d’échanger avec des collègues que l’on ne croiserait pas forcément au sein d’une organisation plus traditionnelle. L’inconvénient en revanche, c’est qu’il peut être nécessaire d’arriver plus tôt le matin pour s’assurer d’avoir le poste de travail que l’on souhaite.

Suivez Welcome to the Jungle sur Facebook pour recevoir chaque jour nos meilleurs articles dans votre timeline !

Photo by WTTJ

Aglaé Dancette

Fondateur, auteur, rédacteur @Word Shaper

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Linkedin

Pour aller plus loin

Les derniers articles

Suivez-nous!

Chaque semaine dans votre boite mail, un condensé de conseils et de nouvelles entreprises qui recrutent.

Et sur nos réseaux sociaux :