Escape game, sport, hackathon : que peut-il vous arriver en entretien d'embauche ?

  • March 29, 2018

_Dénicher les meilleurs talents en proposant aux candidats de s’amuser : le nouveau mot d’ordre de cette tendance que l’on appelle le “recrutainment”. Mélange des mots “recrutement” et “entertainment” (divertissement), cette méthode a de multiples avantages : mettre en avant une personnalité plutôt qu’un simple CV, détecter les soft skills ou encore soigner la marque employeur. _Bien que ce type d’entretiens arrivent généralement après un premier entretien classique, l’objectif est de dépasser les formules austères et pré-formatées. Pour attirer les meilleurs, de plus en plus d’entreprises choisissent de miser sur l’originalité et sur le jeu. Cette méthode est particulièrement en progression dans le secteur des industries. Candidats, à quoi devez-vous vous attendre ?

Panorama des méthodes de recrutement ludiques

La mise en situation

Une méthode de recrutement classique qui vous projette dans la peau d’un salarié et permet à l’entreprise d’analyser votre mode de fonctionnement. Au cours de l’entretien, on peut vous proposer un jeu de rôle ou un test. Les scénarios sont sans limite : calmer un client énervé, vendre un produit, trouver une solution à un conflit entre collègues, etc. Longtemps utilisées pour jauger votre niveau technique ou une compétence particulière, les mises en situation sont aujourd’hui principalement utilisées pour évaluer vos compétences comportementales. Ces tests n’ont pas forcément de “bonne” ou “mauvaise” réponse et font surtout appel au bon sens.

Si cela vous rassure, vous pouvez vous renseigner sur les plus classiques et jeter un oeil aux différentes “méthodologies” existantes pour y répondre. Mais dans tous les cas rassurez-vous, le recruteur est là pour observer vos réactions naturelles, alors restez vous-même et tenez-vous prêt à expliquer vos choix dans l’exécution de l’exercice.

Les MOOC

Ces formations en ligne ouvertes à tous sont parfois proposées par des entreprises elles-mêmes. Et celles-ci ont souvent une idée derrière la tête : s’en servir pour trouver les meilleurs candidats. Amazon, Facebook ou encore Google sont connus pour utiliser les MOOC - certains intégrant une forte dimension technique pour le recrutement de développeurs - leur permettant de sélectionner les meilleurs candidats parmi ceux qui auront suivi la formation jusqu’au bout. Passés au peigne fin par des algorithmes, les MOOC permettent aux entreprises d’analyser votre raisonnement, votre façon de répondre aux différentes épreuves et votre progression. Cet outil est souvent une méthode de présélection pour l’entreprise. Pour vous, c’est l’occasion idéale de montrer votre motivation au-delà de votre CV.

Les serious games

Aussi appelés business games, ce sont des jeux de rôle en ligne vous mettant face à un problème ou une mission à remplir liée, ou non, au contexte de l’entreprise.

Thalès a été l’un des précurseurs en France en proposant son jeu Moonshield il y a une dizaine d’années, destiné au recrutement de jeunes ingénieurs. Envoyé sur une base militaire lunaire, le candidat devait utiliser les technologies de l’entreprise et ses connaissances en sciences afin de contrer une chute de météorites sur Terre. À la fin, un classement permet aux recruteurs de sélectionner et convoquer les meilleurs. Ce jeu, comme des centaines d’autres, permet à l’entreprise d’évaluer vos compétences et/ou votre personnalité tout en vous projetant dans son univers.

Un outil très à la mode dans les entreprises du CAC40 qui sont près de la moitié à avoir développé le leur. Aujourd’hui, la start-up Origamix met même au point des jeux sur mesure pour permettre à tout type d’entreprises de repérer le candidat idéal pour un poste précis.

Challenges collectifs : sport, hackathons et escape games

Les défis lancés par les entreprises sont un excellent moyen pour elles d’identifier les personnes motivées et de les laisser exprimer leur personnalité.

Ces défis de toute nature (sportifs, de logique…), consistent à vous faire travailler en équipe, sur un problème à résoudre ou un nouveau projet à construire. Les challenges d’open-innovation sont par exemple un moyen idéal pour réunir et évaluer des candidats aux compétences très diverses sur une même problématique. Étalés sur plusieurs semaines ou plusieurs mois, ils permettent aux entreprises de juger de la persévérance et de la créativité des candidats. Les challenges sont aussi un excellent moyen de recruter dans un domaine très spécialisé : en 2017, la Marine Nationale a organisé son premier hackathon, en partenariat avec l’école 42 et Thalès. Une vingtaine d’étudiants disposaient de deux jours pour répondre à une problématique de l’entreprise. Chaque réponse a été évaluée par un jury et l’équipe vainqueur s’est vue offrir un stage de six mois.

Un conseil : dans ces situations, restez calme, essayez de ne pas devenir le control freak ou le fantôme de la session et misez sur vos atouts : vous avez de bonnes capacités d’analyse ? Concentrez-vous sur la résolution des énigmes. Vous avez un charisme naturel ? Jouez le coordinateur pour faire travailler tout le monde de façon fluide, etc.

Les afterworks

Ces soirées peuvent être organisées comme une méthode de pré-sélection en réunissant plusieurs candidats, afin de valider si, au-delà de vos compétences, vous pourrez vous intégrer dans votre future équipe.

C’est l’occasion parfaite pour vous d’avoir des échanges informels avec vos (potentiels) futurs responsables mais surtout avec les autres salariés de l’entreprise. À la fin de l’événement, ceux-ci sont souvent amenés à donner leur avis sur votre candidature afin de la valider définitivement ou non.

On attend de vous d’être décontracté et naturel car c’est justement votre personnalité qui intéresse. Ne perdez pas votre temps à déballer votre CV mais posez des questions à vos interlocuteurs, intéressez-vous à l’entreprise et à ses projets. Évidemment, sachez-vous détendre tout en restant professionnel, ça serait dommage de perdre toute crédibilité en dansant sur les tables après un verre de trop.

Peut-on refuser de participer à un entretien de ce type ?

Oui, vous pouvez toujours refuser de participer. Mais cela enverrait un message négatif à votre recruteur. Qu’avez-vous à cacher ? Ces jeux ne sont pas fait pour vous piéger mais pour révéler des aspects de votre personnalité qui n’apparaissent pas forcément sur votre CV. À moins d’être capable de justifier votre refus (“je suis claustrophobe, je ne peux pas participer à cet escape game”), il est conseillé de participer avec bonne humeur. Dans la majorité des cas, on jugera moins votre résultat que votre enthousiasme, votre façon d’interagir avec les autres candidats, votre ingéniosité, etc. D’autant plus que les entretiens “gamifiés” sont rarement le seul moyen de vous évaluer.

Cela reste un outil parmi d’autres et non une méthode globale. Ils sont combinés à des entretiens plus classiques pendant lesquels vous pourrez mettre en avant et échanger sur votre expérience et sur vos attentes.

Cet enthousiasme face à des méthodes de recrutement plus ludiques et moins conformistes est un signal positif. L’entreprise qui vous recrute cherche à voir en vous plus que des intitulés de postes pompeux ou une collection de diplômes. Elle valorise vos choix et votre parcours, peu importe s’ils sont classiques ou non. Alors merci aux candidats et aux recruteurs qui “jouent le jeu” !

Suivez Welcome to the Jungle sur Facebook pour recevoir chaque jour nos meilleurs articles dans votre timeline !

Photo by WTTJ @beNext

Marlène

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Linkedin

Suivez-nous!

Chaque semaine dans votre boite mail, un condensé de conseils et de nouvelles entreprises qui recrutent.

Et sur nos réseaux sociaux :